Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si la motivation d'une personne, pour méditer, est d'optimiser son capital santé, d'être bien, équilibré mentalement et de ralentir des ans les irréparables outrages (Racine, « Athalie », acte II, scène V) c'est bien, mais ce n'est pas, en vérité, le réel intérêt de la méditation. En tout cas pas selon La Voie, ni même le Yogasûtra.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, le yoga, la méditation et les sadhanas.
Le yoga n'est pas le hatha-yoga et la méditation n'est pas les postures

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le fichier mp3

 

 

 

 

 

 

 

C'est un fait indéniable, maintenant, scientifiquement : la méditation est bonne pour l'esprit, dans le sens de psyché ou le cerveau, selon la terminologie scientifique. Toutes sortes d'études sérieuses vont en ce sens. De quelle méditation parle-t-on ? C'est qu'il n'y a pas qu'une sorte de méditation, mais qu'importe, ce n'est pas le propos de ce satsang. Il s'agit de méditations-profondes, pas de réflexions intellectuelles. Ces bienfaits, procurés au cerveau, profitent à toutes sortes de fonctions, au corps comme à la psyché. Les fonctions métaboliques du corps sont améliorées, le vieillissement est ralenti, les facultés cognitives, la mémoire sont améliorées... Tout ça est bel et bon, mais la méditation-profonde n'est pas un médicament !

 

 

Si la motivation d'une personne, pour méditer, est d'optimiser son capital santé, d'être bien, équilibré mentalement et de ralentir des ans les irréparables outrages (Racine, « Athalie », acte II, scène V) c'est bien, mais ce n'est pas, en vérité, le réel intérêt de la méditation. En tout cas pas selon La Voie, ni même le Yogasûtra, la Bhagavad-Gîtâ (ou chant de l'éveillé), la Gheranda-Samhita, la yogatattva-Upanishad, le Bhaktimàrga, la dhyanabindu-Upanishad, etc.

 

 

 

Posture confortable

 

 

 

Une fois, je regardais la télévision et un des personnages, une femme, faisait du Hatha-yoga « à l'occidentale » dans la posture (asàna) « tadasana » (arbre en équilibre) et quelqu'un est entré, qui, la voyant ainsi, debout en équilibre sur un pied, lui demanda : « Tu fais quoi ? », la femme en équilibre répondit : « Je médite ». Mais non, quand on est dans une posture telle que « tadasana » ou « dandayamana-dhanurasana » (arc-debout), par exemple, on ne médite pas ! On fait du Hatha-yoga, mais on ne médite pas : une posture de méditation doit pouvoir être tenue longtemps, sans fatigue. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est le yogasûtra : « Ces étapes sont : le respect de ses devoirs, vis-à-vis des autres et de soi-même, l'autodiscipline, avoir une posture stable et confortable en méditation ; garder son attention posée sur la respiration, rester concentré, ne pas bouger. » (Yogasûtra, 2:29).

 

 

Il n'y a pas que le yogasûtra qui le dit, dans le Mahàsatipatthàna-Sutta (satsang du Bouddha, adressé à ses disciples, parlant de l'établissement de l'attention), il est dit : « Un dévot, un pratiquant, doit trouver un endroit calme et isolé et s’asseoir les jambes croisées, le corps droit et fixe, dans une posture confortable qu'il peut garder longtemps. » (extrait de la première partie, « le corps », A/La respiration).

 

 

La Bhagavad-Gîtâ, le dit aussi : « En un lieu sain et calme, il (le méditant) doit installer un endroit pour méditer, un coussin ni trop haut, ni trop bas. Là, il doit s'asseoir de façon à pouvoir tenir sa posture longtemps et sans douleur en maîtrisant le mental et les sens et en fixant ses pensées sur un unique point, comme on le lui a appris. » (extrait de 6: 11 à 14)

 

 

Tenir longtemps, et confortablement, les postures de Hatha-yoga que je vous ai dit et tant d'autres dont je n'ai pas parlé, n'est pas possible ! Il ne s'agit donc pas de méditation. Je ne sais pas ce que c'est, peut-être une thérapie, une hygiène de vie, mais certainement pas de la méditation. La méditation-profonde est une pratique spirituelle, dont le propos n'est pas le bien-être, physique et psychique du pratiquant. Le but de la méditation-profonde est l'Unité ; faire que notre conscience se rassemble dans l'Unité et ceci en vue de préparer sa Libération (des chaînes du samsara). C'est vrai que la méditation-profonde, ça fait du bien au méditant, mais ce bien procuré, est un « effet secondaire », un épi-phénomène !

 

 

 

Spiritualité et religion

 

 

 

La personne engagée, activement, dans une vie spirituelle, ne cherche pas à diminuer ses rides... Enfin, si, ce n'est pas incompatible : on peut être engagé sur une voie spirituelle profonde, fondamentale, visant à la Réalisation et à la Libération et s'occuper de sa peau ! Mais le but de la pratique spirituelle n'est pas d'avoir une belle peau, de beaux cheveux et de beaux ongles ! Maintenant, le mot « méditation » n'est pas déposé et on a bien le droit de lui faire dire ce que l'on veut ! Je vous donne juste l'avis de La Voie.

 

 

Si la méditation-profonde apporte tant de bienfaits, ce n'est pas accidentel ; une bonne santé est nécessaire à l'accomplissement de sa destinée spirituelle. Le quatrième pilier de La Voie (les angas), parle de ça : de prendre soin de soi, de son corps qui est le temple de Dieu et qui sert au service et à la méditation. Être bien, en forme, est mieux pour observer l'agya (la sadhana de La Voie).

 

 

La méditation est un des quatre piliers de La Voie. La méditation seule ne suffit pas, pour avoir une vie spirituelle : on ne va pas passer toutes nos journées, du lever au coucher, assis en lotus, sur notre zafu (coussin de méditation). Manger végétalien, utiliser du sel rose de l’Himalaya, s'habiller en vêtements ethniques, faits dans du coton bio, équitablement, boire du lapsang-souchong ne suffit pas non plus. Tout ça est bien, vraiment ! Mais ça ne suffit pas.

 

 

Vous pouvez être en pleine forme, faire dix ans de moins que votre âge, mais vous ne mourrez pas guéri ! Vous n'avez pas été incarné pour exister, être en bonne santé et heureux. Il y a un propos, à la vie humaine et ce propos doit être atteint le temps de l'incarnation. C'est ça le vrai but de la spiritualité ! La méditation est une des facettes de la vie spirituelle, mais pas toute la spiritualité. Le régime alimentaire ne fait pas partie de la spiritualité... D'une religion, oui, mais la spiritualité n'a rien à voir avec la religion. On peut avoir de la spiritualité dans une religion, mais la spiritualité n'est pas une religion.

 

 

Quelle est la différence entre la spiritualité et la religion ? En spiritualité, la parole est vivante, en religion, la parole est morte. Ce que je veux dire, c'est que les maîtres-éveillés qui ont été à l'origine, bien malgré eux, des religions (Jésus, Gautama, Lao-Tseu, Guru Nanak, « krishna », etc) ont disparu. Les religions, qui se revendiquent d'eux, sont apparues après leurs départs. Dans une spiritualité, comme entendue sur La Voie, le maître est vivant. Quel est l'intérêt d'un maître vivant ? C'est qu'il peut répondre directement à vos questionnements et il peut même vous corriger.... Mais il est vrai qu'on n'aime pas être contredit, c'est peut-être pour ça que les enseignements des maîtres ont toujours plus d'audience après leur mort que de leur vivant !

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #méditation, #santé, #bonheur, #spiritualité, #yoga, #posture, #lavoie

Partager cet article

Repost0