Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur la voie de la liberté il vous faut observer l'Agya, pratiquer mais votre pratique donne l'impulsion, la Grâce s'occupe du reste. C'est comme l'assistance de la direction et des freins sur une voiture. Il n'est pas nécessaire de galérer.

 

l'astérique* renvoie au dico

 

 

 

 

 

''Quand l'esprit traverse l'illusion les concepts disparaissent ''

[Bhaktimàrga 1-4-45]

 

 

j'ai vu une vidéo très drôle, sur internet:

une équipe de sportifs s'amusait à faire semblant d'être en train de ramer

sur un outrigger, longue embarcation utilisée dans l'aviron de compétition.

Ces jeunes gens se tenaient l'un derrière l'autre,

sur un long couloir roulant d'une aérogare,

et faisaient semblant de ramer en cadence.

 

Cette vidéo m'a fait penser à la pratique, l'Observance* de l'Agya*,

précisément à un de ses trois pieds; la Méditation*.

Tant que vous pratiquerez comme on empile les briques

pour fabriquer sa maison,

vous ne serez pas dans la bonne posture intérieure.

 

Cette équipe avançait mais leurs gestes de rameurs n'y faisaient rien.

Ils se seraient tenus immobiles, debout les uns derrière les autres,

qu'ils auraient avancé tout aussi bien.

C'est le tapis roulant qui avançait.

 

 

La bonne posture

 

 

La Méditation est ainsi: il vous suffit de vous placer sur le tapis,

en pratiquant les techniques, et ça avance tout seul.

Encore une fois la vraie expérience,

celle qui compte, ne se vit pas pendant la séance de Méditation

mais après, pendant le Service*.

 

 

Si vous cherchez à vivre des états de conscience modifiée,

prenez du LSD ou de l’ecstasy...

vous aurez toutes les expériences

que votre ego-spirituel* souhaite.

Je ne vous dis pas qu'il n'arrive jamais rien

d'extraordinaire pendant la Méditation formelle,

mais en vérité* le ''bénéfice'' de la Méditation vient après,

dans le quotidien: votre Conscience* est plus profonde,

la Grâce* est apparente et sa guidance* active à vos yeux.

De la magie décore votre existence.

 

 

La vie d'un, d'une Chela*, d'un, d'une premie* n'est pas faite que de Méditation,

elle est faite de l'Observance et dans l'Agya il y a trois pieds.

Aucun de ces trois pieds ne peut se passer des autres.

Si vous cassez un des trois pieds d'un tabouret [à trois pieds !]

il sera déséquilibré et tombera.

Il y a le Satsang* et le Service aussi.

 

 

Le but de la voie

 

 

Le but de la voie n'est pas de vivre des expériences mystiques,

de faire du tourisme spirituel comme on visite les chutes du Niagara...

il est de vivre ce pour quoi vous avez été créé, d'accomplir la volonté de L'Un*,

de vous accomplir.

Le moyen de cet accomplissement c'est d'approfondir votre conscience

et une méthode pour faire ça c'est l'Observance de l'Agya.

 

Cette Observance n'est possible qu'après

avoir eu la Révélation* des quatre techniques

et grâce à l'enseignement de la parole vivante, le maître* de la voie.

Sans le guide* il suffirait d'ouvrir les Yogasûtra,

de les lire mais personne, jamais, n'a atteint le but de la vie

en lisant les Yogasûtras.

Il faut un guide vivant pour vous guider

mais pour ça il faut le lui demander.

Jamais il ne vous obligera.

 

Quand on est disciple de la voie, le mental* prend la voie à son compte

et échafaude des théories.

Avant d'avoir été initié le mental fabriquait des théories de chercheur*,

ensuite il fabrique des théories de Marcheur* ou de Chela.

Mais une théorie reste une théorie.

 

Imaginez une personne, au bord de l'océan, à marée basse,

qui construit un palais de sable: il monte des tours, des murs, des balustrades,

des contreforts, des escaliers doubles, des tourelles, des clochetons,

des fenêtres à meneaux et la marée monte...

très vite l'eau vient et sape les murs du palais de sable qui s'écroule.

Ce n'est pas grave si vous vous y attendiez mais si non

c'est une catastrophe !

 

Ce palais est fait, dans votre esprit, des concepts*

qu'il tricote avec le fil de votre pratique...

et ces concepts s'écroulent quand vient le moment de se recentrer,

quand vous fermez les yeux et que vous lâchez-prise pour méditer.

Ce n'est pas grave de délirer ainsi,

à condition de ne pas prendre ces délires comme Vérité.

C'est l'attachement aux concepts qui vous plonge dans la confusion* !

 

 

Construisez sur du sable

 

 

Construisez vos concepts sur du sable

et attendez-vous à les voir s'écrouler à la prochaine marée haute.

A chaque marée haute,

c'est à dire à chaque fois que vous pensez à méditer,

à écouter, lire du Satsang, à être dans le Service,

vos concepts s'écroulent

et vous ne cherchez pas à les garder intacts.

C'est ça le détachement*, le lâcher-prise.

 

 

Vous savez la définition du courage...

le courage n'est pas de ne pas avoir peur, il est de faire ce que l'on a à faire

malgré la peur de le faire.

C'est comme pour le détachement:

le détachement n'est pas le non-attachement,

c'est le lâcher-prise et l'acceptation.

Accepter de lâcher-prise,

accepter de ne plus avoir l’échafaudage de ses concepts

pour tenir debout votre pratique.

 

Tout est rendu possible par votre besoin de le faire,

d'accomplir le propos de votre venue dans cette existence.

Plus ce besoin sera grand, plus votre Observance sera régulière,

votre posture bonne et plus votre satisfaction sera grande.

 

Aucune spiritualité*, aucun enseignement ne vaut rien en restant dans la théorie,

les lectures, les concepts.

Ce qui donne la valeur à tout ça c'est le un de votre pratique,

de votre détermination.

Vingt zéros enfilés les uns derrière les autres ne valent rien,

ajoutez le chiffre un devant et ils prennent toute leur valeur.

 

Ce qui donne sa valeur à un enseignement c'est sa pratique.

L'arbre donne ses fruits quand on s'occupe de lui.

Ce n'est pas vous qui créez le fruit

mais c'est votre travail qui le favorise,

qui lui donne tout son goût.

 

Vous avez tout ce qu'il faut pour ça,

vous qui avez reçue la Révélation des quatre techniques,

il vous reste à pratiquer.

Si vous ne connaissez pas ces techniques,

demandez à les connaître.

 

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

 

Autres Satsang sur ce thème:

-A bon arbre bon fruit

-Lâchez du lest

-Effeuillez l'artichaut

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable,

si possible, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #observance, #agya, #yoga, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0