Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous n'avons plus besoin de retrouver l'enfant que nous fûmes, car cet enfant est un souvenir de l'âme et, conscient du Saint-Nom, nous sommes l'âme, donc l'enfant de nos souvenirs.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la dévotion le Saint-Nom et le soleil.
Le dévot, l'amoureux de Dieu est en adoration comme la feuille se donne au soleil

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

Je pourrais tresser des lauriers au Saint-Nom*, dire, entre autres, qu'il peut transformer un sombre jour pluvieux en fête lumineuse. Je pourrais affirmer que le Saint-Nom nous donne un bonheur que rien d'autre, ni personne ne peut apporter. Je pourrais affirmer que le Saint-Nom éclaire tous les mystères, les transformant en évidences. Je pourrais affirmer que le Saint-Nom donne un sens à notre vie, non seulement un sens, mais le bon sens ! Pourtant, je ne le dis pas, parce que ce n'est pas vrai : ce n'est pas le Saint-Nom qui fait ça, c'est la conscience que l'on a de lui.

 

*Saint-Nom : Parole (logos), Verbe, Satnam, « vertu-du-Tao ». Force, énergie de vie, émanation de Dieu en même temps que technique de méditation permettant d'en prendre conscience.

 

 

Le Saint-Nom est en tout, il est la "matière" originelle de toutes choses et sa manifestation que nos sens (intérieurs et externes) peuvent percevoir. Imaginez l'océan, plein de poissons. Si les poissons rassasient notre faim et satisfont notre besoin en protéines, ce n'est pas grâce à l'océan, mais à notre pêche. Il est certain que s'il n'y avait pas de poissons dans l'océan, nous ne pourrions pas les pêcher, mais si nous ne les pêchions pas, nous ne pourrions pas les manger. C'est ainsi avec le Saint-Nom ; en avoir conscience demande de faire des choses, ça ne vient pas comme ça, « accidentellement », sauf exceptions.

 

 

Tous les êtres ont le Saint-Nom en eux, si non, ils n'existeraient pas, mais combien peuvent dire que le Saint-Nom illumine leurs journées ? Ceux qui connaissent son existence et la méthode (sadhana) pour en avoir conscience. Une méthode, c'est pratique, ce n'est pas une théorie et une pratique demande à être faite.

 

 

 

Les poissons

et l'océan

 

 

 

L'océan ne s'occupe pas des poissons (et autres créatures) mais les poissons (et autres créatures) sont en vie grâce à lui. Le Saint-Nom (de Dieu), est en tout, mais il ne s'occupe pas de nous ; c'est à nous de nous occuper de lui, plus exactement de nous tourner vers lui.

 

 

Se tourner vers le Saint-Nom, c'est une méthode, ça porte un nom ; la méditation. Sur La Voie, cette méditation est de deux sortes. Une est exclusivement intérieure, l'autre, plus légère, se pratique en même temps que l'on fait tout ce que l'on a à faire dans la journée, c'est le service. Le service et la méditation sont deux des quatre piliers de la sadhana* de La Voie (agya).

 

* Sadhana : mot sanskrit signifiant "ce qu'il faut faire" et désignant l'ensemble des pratiques qui constituent une voie spirituelle, comme la méditation, les rituels, les prières, etc.

 

 

Le Saint-Nom est là, partout et tout le temps, depuis toujours et pour toujours, sans discontinuer et si tous les êtres lui doivent leurs vies, ce qui importe à chaque être, c'est sa propre vie. Voici comment Dieu, en même temps que Dieu universel est celui, intime, de chaque croyant. Qu'importe au croyant, dévot que d'autres aiment Dieu, son Saint-Nom. Le dévot ressent l'amour de Dieu, de son Saint-Nom pour lui, exclusivement et c'est vrai ! C'est pour ça que l'on dit de Dieu qu'il est omniprésent.

 

 

 

Comme la feuille

au soleil

 

 

 

Le soleil brille pour tout le monde, mais tout le monde n'est pas une feuille d'arbre ni un lézard. Tout le monde profite de sa lumière, mais les plus heureux sont les feuilles d'arbres et le lézard... souvent, les chats, aussi. Un dévot, avec le Saint-Nom, est comme une feuille, un lézard et un chat avec le soleil. Le Saint-Nom est comme le soleil, toujours là, disponible. C'est à nous, à chacun de s'en préoccuper ou non.

 

 

Avoir conscience du Saint-Nom c'est déjà connaître son existence. Beaucoup de poissons, dans l'océan, ne savent pas que l'eau existe. Connaître son existence ne suffit pas, il faut aussi savoir comment faire pour le contempler, s'y adonner. C'est toute l'utilité du maître vivant, de sa parole et de la Révélation, de l'Observance, de l'agya (la sadhana).

 

 

Beaucoup de chercheurs croient avoir trouvé et ne cherchent plus. Ils se contentent des écritures, de les apprendre par cœur et de manier les concepts avec brio. Mais, de lire un livre sur le soleil, au fond d'une cave, à la lumière d'une ampoule, n'est pas comme d'être allongé sur un transat, au-dehors, en plein soleil, les yeux fermés, ressentant sa chaleur pénétrer chaque cellule de son corps.

 

 

Quand on connaît la méthode (sadhana), qu'on l'observe et que l'on est plus souvent conscient du Saint-Nom que non, alors notre conscience est à sa juste place. L'existence se passe alors, pour nous, comme elle le doit. Nous n'avons plus besoin de retrouver l'enfant que nous fûmes, car cet enfant est un souvenir de l'âme et, conscient du Saint-Nom, nous sommes l'âme, donc l'enfant de nos souvenirs.

 

 

Aux initiés à La Voie, qui connaissent les quatre techniques de méditation, je dis que l'agya, ses quatre piliers, doit être observé dans son entièreté. Le service, le satsang, la méditation et les angas sont inséparables. Négligez un de ces piliers et tout l'édifice s'écroule. Mais, ne soyez pas inquiet, tout se remonte vite ; il suffit de recommencer l'Observance. Une seconde de Saint-Nom vaut mieux que dix ans de confusion.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #HansYoganand, #enfant, #bonheur, #méditation, #SaintNom

Partager cet article

Repost0