Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Grâce de Dieu est là tout le temps, pour tout le monde, mais tout le monde n'en a pas conscience. Sans conscience de la Grâce, comment lui obéir et, ainsi, en profiter pleinement ?

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la Grâce.
La Grâce est là tout le temps, c'est à vous d'y être attentif

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

La Voie ou Veda*, ne remplace pas l'existence quotidienne. Ce n'est pas comme pour ces hommes qui se présentent à la légion étrangère, pour changer de vie et à qui l'on donne un nouveau nom. L'existence est faite de nombreuses choses, de gens, de devoirs, d'obligations professionnelles et familiales et l'Observance* n'efface pas tout, pour tout remplacer.

 

* Veda : Ce mot (sanskrit), ici ne désigne pas l'ensemble de textes révélés aux sages « rishis » mais la connaissance. Le mot « Veda » signifie, en sanskrit, « vision », « connaissance ». On ne parle pas des connaissances que l'on peut lire dans des livres, ni apprendre, mais de la connaissance révélée, dont la source est intérieure.

 

* Observance : pratique assidue de la sadhana (corpus de pratiques) de La Voie.

 

 

Ce qui fait le monde, c'est notre regard et si notre regard change, le monde change. L'Observance change notre regard, alors les choses changent en restant les mêmes. C'est comme quelqu'un de malheureux qui changerait de pays, pour laisser son malheur derrière lui et changer de vie. Dans ce nouveau pays, après quelque temps, il serait de nouveau malheureux. La raison de son malheur, il la porte en lui et où qu'il aille, elle restera en lui.

 

 

Un aphorisme, du Yogasûtra, dit : « Par la maîtrise dans l'inspiration, on se tient sans attachements au-dessus de la boue des marais, des épines et de la mort. » (livre trois, aphorisme 39). Si le problème est intérieur, la solution l'est aussi. Quoi qu'il arrive, allez chercher la solution en vous, avant tout.

 

 

 

L'Observance

 

 

 

L'Observance donne la conscience du « Saint-Nom* » sans rien enlever à la vie, ça lui donne quelque chose en plus, de la couleur, du goût et de la texture. Rien de ce qui faisait notre vie ne change, mais notre regard a changé et notre réalité avec lui. Une autre conséquence de l'Observance, c'est que notre regard plus subtil, voit l'action de la Grâce* dans les événements de la vie et nous pouvons, alors, aller où elle veut nous mener.

 

* Saint-Nom : « Satnam », « Parole », « Verbe » (Logos), « Vertu du Tao ». Force active de l'harmonie du Tout, présente en toutes choses et leur donnant la vie. La conscience du « Saint-Nom » a, pour conséquence, la béatitude.

 

* Grâce : Harmonie en action. Guidance de ceux qui la perçoivent et la suivent. Les chrétiens parlent de providence.

 

 

La société humaine, avec ses aberrations, on ne peut pas l'éviter, sauf d'être moine, ermite, ou hors-réseau. La plupart de ceux qui arrivent à La Voie, qui demande à recevoir la Révélation et se proposent d'observer son agya*, n'arrivent pas vierges. Ils ont eu une vie, avant et y sont souvent bien installés. Ils ne vont pas quitter famille, travail et amis pour vivre en ermites ! Il faut bien qu'ils fassent avec. Il y a une notion très importante, pour un pratiquant de La Voie, c'est le respect de ses obligations, de ses devoirs.

 

* Agya : ensemble des quatre piliers de la sadhana de La Voie. Une sadhana (ce qu'il faut faire) est un ensemble de pratiques, de recommandations qui font une voie (màrga) spirituelle.

 

 

Un ancien maître de La Voie, un éveillé disait, à ce propos : « Assume tes devoirs, sans chercher à les fuir et sans être lié ni par le succès ni par l’échec, c'est ta liberté. » (Bhagavad-Gîtâ, 2:47/Le chant de l'éveillé, extrait de 1:10) Ce maître oublié, que les « aryas* » surnommaient « le krishna » ou « le noir », disait aussi : « La conscience de la Grâce vient aux Hommes qui s’acquittent de leurs devoirs avec dédication et par l'Observance des piliers de La Voie. Les devoirs sont donnés par la connaissance et la connaissance vient de la conscience de l'Unité. Cette conscience se trouve dans l'accomplissement de ses devoirs et l'Observance de l'agya. » (Bhagavad-Gîtâ, 3:14/Le chant de l'éveillé, extrait de 2:4)

 

* Aryas : ou aryens. Terme signifiant « nobles ». Ces nobles habitaient une région, au Nord des Indes védiques, l'Aryavarta. Les aryens étaient originaires de la Bactriane* et des plateaux de l'Iran (la Perse et avant l'empire Assyrien). Ils étaient blancs de peau et les peuples originaires de l'Inde avaient la peau sombre, voir telle que les noirs d'Afrique. Les aryas surnommaient tous les Indiens « natifs » de « krishna ». C'était l'équivalent du mot « nègre », pour les blancs en Amérique, à une certaine époque. Le maître oublié, dont « le chant de l'éveillé » (ou Bhagavad-Gîtâ) est l'enseignement, était une personne sombre de peau.

 

* Bactriane : Ancienne région d'Asie centrale s'étendant entre les montagnes de l'Hindou-Kouch et l'Oxus (Amou-Daria), sur le nord de l'Afghanistan actuel. La Bactriane fut le premier foyer du zoroastrisme.

 

 

 

La Grâce

 

 

 

Rien au monde ne peut nous apporter une vision de l'existence comme l'Observance nous apporte, à part, peut-être, le premier grand amour de notre vie. La Voie est un grand amour qui n'en finit pas et où l'on ne risque pas d'être abandonné. On peut toujours abandonner la pratique, mais la Grâce ne nous abandonne jamais.

 

 

Dans un livre de Giovanni Guareschi, « Don Camillo » et un film : « Le retour de Don Camillo », le prêtre, joué par Fernandel, est envoyé en pénitence dans un petit village de montagne. Don Camillo avait l'habitude de parler à Jésus et Jésus lui répondait. Mais dans ce village, il n'entendait plus Jésus lui parler. Il se disait que c'était la grande croix de l'autel de son église qui lui manquait, aussi alla-t-il la chercher. C'était un sacré défi, la croix pesait lourd et le chemin était très long et malaisé.

 

 

Il fait nuit, c'est l'hiver, il neige. Après de longs efforts, dignes du chemin de croix de Jésus, don Camillo tombe dans la neige, épuisé, la croix sur son dos et là, Jésus lui parle et l'encourage. Alors don Camillo se réjouit, reprend courage et demande à Jésus pourquoi il ne lui parlait plus. Jésus lui répond qu'il n'a jamais cessé de lui parler, mais que c'est lui, don Camillo, qui ne l'entendait plus, tant son esprit était occupé par sa vanité.

 

 

C'est ainsi, avec la Grâce de Dieu : elle est là tout le temps, pour tout le monde, mais tout le monde n'en a pas conscience. Sans conscience de la Grâce, comment lui obéir et en profiter pleinement ? L'Observance de l'agya permet à cette conscience de la Grâce d'émerger et de perdurer. Ainsi il nous est possible d'aller dans le sens de l'harmonie du Tout (ou Dieu, ou Tao) et d'accomplir le pourquoi de notre vie. Alors tout prend un sens.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #grâce, #Dieu, #doncamillo, #bonheur, #HansYoganand

Partager cet article

Repost0