Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retourner chez notre père, c'est la Libération (des chaînes du samsara). Pour se libérer, il faut le vouloir et faire ce qu'il faut pour ça. C'est l'enjeu de la spiritualité, c'est le but de la vie humaine.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, l'âme et la libération des incarnations.
L'âme incarnée a un rêve oublié : revenir, en toute liberté et conscience, d'où elle vient

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce que l'on éprouve, en conscience de l'Unité, on peut l'appeler la paix, la douceur, l'amour, mais le mot qui en parle le mieux est « béatitude ». La béatitude n'est pas le samadhi. Il y a de la béatitude dans le samadhi, il y a même tout le flacon ! Mais la béatitude est comme l'océan : on peut en avoir la valeur d'un dé à coudre, un litre, une piscine ou la totalité.

 

 

L'amour, on peut en trouver auprès d'êtres vivants. On peut ressentir de la paix, au détour d'un instant. On peut trouver le calme en s'éloignant des Hommes, mais quelle est l'origine de l'amour et de la paix ? Dans un Cuba libre, il y a du rhum blanc, du Coca-Cola et du citron. Dans la béatitude, il y a toutes sortes de ressentis, comme l'amour, la paix, le contentement, la douceur, la dévotion, la satisfaction.

 

 

 

C'est en soi

 

 

 

La béatitude se trouve en soi. Bien sûr que les conditions extérieures sont plus ou moins favorables à une démarche intérieure, mais la béatitude ne se trouve qu'en soi, en un "endroit" bien particulier, là où la pensée, les émotions ne sont pas. On peut trouver d'autres choses, en soi, comme la confusion, la souffrance, la haine, la bêtise, la cruauté, mais là, il y a la pensée et les émotions, il n'y a même que ça. Ce que vous trouverez en vous dépendra de la direction où vous regarderez.

 

 

Nous ne sommes pas notre rôle social, ni les pensées, les émotions, pas plus que les connaissances apprises. Nous sommes la conscience et selon vers quoi elle se tourne, la conscience change de couleur, d'humeur. C'est tout l'enjeu de la spiritualité, de la pratique spirituelle ! Si une spiritualité, une religion vous fait penser, vous demande d'apprendre des choses, qui viennent de livres, alors vous ne pourrez pas trouver la béatitude.

 

 

" La béatitude est le nom que l'on donne au ressenti de la conscience quand elle se tourne vers l'Unité, son harmonie ". Il arrive à tout le monde de ressentir de la béatitude, sauf que beaucoup de gens ne lui donnent pas ce nom, parce qu'ils ne le connaissent pas. On peut croire, quand on ne connaît pas la béatitude à sa source, que c'est la présence d'une personne ou les circonstances, les possessions, bref les choses du dehors qui nous procurent ce ressenti, mais en vérité la béatitude vient de l'intérieur. Les choses du dehors peuvent, tout au plus, nous disposer favorablement à ce ressenti, ce qui est déjà beaucoup.

 

 

 

La liberté

 

 

 

Aller au-dedans est une démarche délibérée. C'est ça la spiritualité. Tout ça à cause du libre-arbitre ! Vous connaissez les lois de la robotique : « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la première loi. Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n'entre pas en contradiction avec la première ou la deuxième loi. » (Isaac Asimov ; « Cercle vicieux » 1942). Pour ce qui concerne l'être humain, il y a l'équivalent et c'est le libre-arbitre. S'il n'y avait pas le libre-arbitre, l'être humain ne serait pas un être humain, tout au plus un primate humanoïde. L'Homme est la seule créature vivante qui peut décider d'être végan ou femme, quand il est un homme ou homme, quand il est une femme ou aucun de ces deux genres, ou les deux, bref ! C'est compliqué.

 

 

Vous connaissez l'histoire, dans la bible, de ce garçon qui partit de chez son père, pour courir le monde et faire fortune, rencontrer la gloire et qui revint sans rien, blessé par la vie. Que fit son père, quand son fils revint ainsi ? Il tua le veau gras ! (Jésus, selon Luc 15:11-32, le fils prodigue) Dieu est le père de tout, le nôtre aussi, conséquemment et Dieu, notre père, veut notre amour, mais pas nous obliger à l'aimer. C'est pour ça qu'il nous laisse la liberté de l'aimer ou de ne pas l'aimer. Bon, évidemment, Dieu n'est pas une personne humaine. Dieu a tout créé, donc Dieu est au moins aussi grand que tout. Mais tout, ce n'est pas grand : tout est infini, donc Dieu est infini.

 

 

Pour en revenir à cette histoire de l'enfant prodigue, nous sommes cet enfant et quitter notre père, c'est nous incarner et vivre l'existence humaine. Retourner chez notre père, c'est la Libération (des chaînes du samsara). Pour se libérer, il faut le vouloir et faire ce qu'il faut pour ça. C'est l'enjeu de la spiritualité, c'est le but de la vie humaine. Si on demande aux gens quel est leur but, dans la vie, on aura beaucoup de réponses différentes, mais en vérité la vie humaine n'a pas comme propos l'accomplissement de ces buts individuels, de ces objectifs existentiels. Il en faut, pour la dynamique de la vie, mais le but fondamental de la vie est le même pour tout le monde : l'âme veut retourner chez son père.

 

 

 

Le but de la vie

 

 

 

La béatitude n'est pas le but, c'est une conséquence de la conscience de l'Unité, de son harmonie. L'important, pour nous (c'est-à-dire l'âme), c'est d'avoir conscience de l'Unité. L'Unité est une des qualités de Dieu. Quand l'âme, notre conscience, connaît l'Unité et reste en elle, alors la béatitude apparaît, grandit. La béatitude est en nous constamment, mais on ne s'en aperçoit que quand on veut trouver l'Unité. Le propos de la spiritualité, la raison d'être de l'Observance de l'agya, autrement dit de la pratique de la sadhana (ensemble de ce qui fait une voie spirituelle) de La Voie, c'est d'avoir conscience de l'Unité, de sa parfaite béatitude.

 

 

La béatitude de l'Unité est partout et partout, c'est aussi en nous et en nous, c'est là que c'est le plus près de nous et le plus facile à atteindre, alors c'est pourquoi je dis qu'il vous faut vous tourner vers l'intérieur de vous, avant de vouloir aller partout et de rencontrer les gens : « Préoccupe-toi, en premier, du Royaume et tout le reste te sera donné en plus » (Matthieu 6:33)

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #liberté, #Dieu, #âme, #méditation, #bonheur

Partager cet article

Repost0