Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La connaissance non apprise ou Veda n'est pas la connaissance jnana. Je sais que cette histoire de connaissance non apprise est une chose difficile à appréhender, comme le non-agir. (dont Lao-Tseu parlait dans le Tao-Te-King et krishna qui le nommait le « service » ou « abandon du fruit de ses actes »)

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la vraie connaissance.
La connaissance de l'essence est intérieure et vient de l'intérieur, pas des livres

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

Dans la confusion, le mental est très fort. Il fait des choses incroyables, il invente, il organise, il construit. Quand il fait ces choses-là, il est à sa place, utilisé à ce pour quoi il a été créé. Mais le mental se targue de spiritualité et là, ce n'est plus son domaine, il n'a pas été conçu pour ça ! Il n'arrive pas à exercer ses talents dans la spiritualité. Il le fait dans l'ésotérisme, la religion, la théosophie, le New-âge, le paranormal où il invente toutes sortes de concepts, de dogmes, de rituels.

 

 

Ces voies, du mental, ne mènent nulle part, sinon à plus de confusion. Ce n'est pas parce qu'une confusion parle de Dieu, d'anges, de démons, de taux vibratoires, de corps astral et autres choses de ce genre qu'elle n'est pas une confusion. Elle est une confusion. L'activité du mental, dans la confusion de cette sorte que je viens de vous dire est vaine, plus que ça : elle est contre-productive.

 

 

 

La spiritualité

 

 

 

La spiritualité, c'est se donner, s'abandonner à la contemplation de l'harmonie de l'Unité et pour ça, il n'est pas besoin de mots, juste d'actes. La spiritualité est une pratique, une pratique quotidienne. Pour avoir conscience de l'harmonie de l'Unité, il existe des techniques, dont une que l'on a nommé la « technique du Saint-Nom ». « Saint-Nom » est un mot, on peut le remplacer par d'autres mots, comme : « Verbe », « Parole », « Vertu du Tao », « Satnam », etc. Mais ce n'est pas qu'un mot, c'est avant tout une réalité. Ce mot désigne plusieurs choses : la force, l'énergie qui est à l'origine de toute vie, la technique de méditation permettant d'être dans les conditions d'en avoir conscience et l'effet que ça fait d'en être conscient.

 

 

On peut pratiquer la technique du Saint-Nom toute la journée, quelle que soit notre activité. Plus souvent, on pratique cette technique, dans la journée et plus on réalise. Réaliser est le but de La Voie, ça signifie « rendre réel », c'est tout le contraire d'une théorie, de concepts. Pratiquer le « Saint-Nom » et avoir conscience du « Saint-Nom » sont deux choses différentes.

 

 

On peut pratiquer le « Saint-Nom » et ne pas en avoir conscience, comme on peut avoir conscience du Saint-Nom sans pratiquer la technique. On peut aussi avoir conscience du Saint-Nom sans connaître ce mot, alors on parlera de bonheur, de douceur, de joie, d'amour, de sérénité, de paix, de béatitude. La technique du Saint-Nom est plus destinée à garder le contrôle du mental, des émotions. Ce contrôle favorise la conscience de l'harmonie de l'Unité, donc du « Saint-Nom ».

 

 

 

La conscience de la vie

 

 

 

Vous pouvez faire ce que vous voulez, durant votre existence, dans les limites de la loi et du vivre-ensemble, mais commencer par avoir conscience de la vie, en soi, est un préalable essentiel. Vivre sans cette conscience, c’est vivre en aveugle, en sourd, en inconscient. Alors le mental prend les commandes de votre vie et il n'est pas prévu pour ça. Le mental doit toujours rester sous le contrôle de l'âme, de la conscience profonde, de la raison. C'est à ça que sert la spiritualité.

 

 

 

On peut écrire et lire plein de choses, à propos de Dieu, de la vérité,  de la béatitude, de la spiritualité. Il y a de nombreux livres sur la spiritualité. Il y a les Upanishads, les Védas, la Bhagavad-Gîtâ, le Tao-Te-King, les évangiles, le guru granth sahib, les sutta pitaka, le yogasûtra, le Bhaktimàrga, etc. La Bhagavad-Gîtâ était une Upanishad, avant d'être récupérée par les hindouistes et incluse dans le Mahâbhârata, après quelques retouches.

 

 

 

Avoir la réponse

 

 

 

Souvent, ces écritures sont comme des poèmes, mais vous ne trouverez jamais le « mode d'emploi » dans ces livres. Ils sont des bhajans (chants dévotionnels) sans musique, sinon celle des mots lus à haute voix. Ils n'ont été écrits que pour inspirer les dévots à pratiquer. Le mode d'emploi est toujours donné par un maître vivant. Le bouddha, dont on parle le plus, Gautama, a eu des maîtres, dont le dernier ; Mahavira, le guru des jaïns, qui lui a donné une initiation, les techniques de méditation avec lesquelles il est entré en nirvikalpa-samadhi, devenant ainsi un bouddha (éveillé). Ici, on ne parle pas de l'éveil des wokes, bien sûr !

 

 

Quand on médite de la bonne façon, avec les bonnes techniques, on a la réponse à toutes les questions. Cette réponse est sans mot, sans phrase, sans concept. C'est la connaissance révélée. Cette connaissance se dit, en sanskrit, « Veda ». Ici, il ne s'agit pas de la compilation d'écrits* faite par les sages nommés « rishis ».

 

 

Le mot Veda signifie connaissance et parle de la connaissance qui ne s'apprend pas, celle que l'on reçoit par la fréquentation de l'harmonie de l'Unité. Un yoga particulier, le jnana-yoga ou yoga de la connaissance (jnana) demande à ses pratiquants de s'instruire par la lecture de livres sacrés. La connaissance non apprise ou Veda n'est pas la connaissance jnana. Je sais que cette histoire de connaissance non apprise est une chose difficile à appréhender, comme le non-agir. (dont Lao-Tseu parlait dans le Tao-Te-King et krishna qui le nommait le « service » ou « abandon du fruit de ses actes »)

 

* Rig-Veda, Sama-Veda, Yasur-Veda, Atharva-Veda.

 

 

Je me souviens d'un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître, où j'étais jeune et n'avais pas grand-chose à faire. Je vivais en Inde, dans un ashram où j'étais chargé, par mon maître, de donner satsang et de révéler les techniques de méditation de La Voie. Tous les jours, je n'avais qu'à méditer et à donner satsang. Le reste, les disciples de l'ashram le faisaient pour moi.

 

 

J'avais une relation continue et profonde avec le Saint-Nom. Quand vous faites quelque chose, comme balayer, faire la vaisselle, travailler, cuisiner, vous pouvez être « dans le service » (un des quatre piliers de La Voie) mais c'est difficile d'être vraiment « dans le Saint-Nom ».

 

 

À l'époque dont je vous parle, je n'avais, comme service, que le satsang, à donner et la Révélation. Mais le service donne une Grâce différente, celle de la dédication. Ressentir fortement le feeling du « Saint-Nom » demande une grande disponibilité. La vie quotidienne, a fortiori quand on est parent, ne permet pas toujours cette disponibilité. Alors, faites-vous une raison, recevez ce que vous recevez, avec reconnaissance et continuez l'Observance parce que vous aimez la vie avec le Saint-Nom.

 

 

« Celui qui a réalisé, agit dans le non-agir,

détaché des fruits de ses actes,

conscient de l'Unité du Tout.  »

 

Tao-Te-King, ou l'énergie du Tout, extrait de 1.2

 

 

 

« Le service libère, qui s’y engage,

des suites de l’action, bonnes ou mauvaises.  »

 

La Bhagavad-Gîtâ, 2:50 ou " Le chant de l'éveillé ", extrait de 1.10

 

 

 

« Par la méditation et par le service,

tu trouves la connaissance vraie de l'Unité. »

 

Bhaktimàrga 2-1-33

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #connaissance, #samadhi, #éveil, #méditation, #HansYoganand

Partager cet article

Repost0