Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un vrai, guru, un maître éveillé véritable, comme l'étaient Jésus, le bouddha Gautama, Lao-Tseu, Patanjali, par exemple, comme un gourou escroc s'adressent tous deux aux malheureux, aux faibles, à ceux qui en ont besoin.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, le guru, le satsang et la parole vivante
L'enseignement d'un maître est une parole vivante

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le fichier mp3

 

 

 

 

 

 

 

Ceux qui ont des oreilles pour entendre le satsang sont rares quand-même. Entre la conscience profonde et les oreilles, il doit y avoir le moins de filtres possibles. L'âme et l'oreille doivent être en prise directe. Les gens instruits en spiritualité ont toutes leurs connaissances apprises (jnana) comme filtres, entre leurs oreilles et leur âme. Pour recevoir le satsang il faut des gens qui n'ont pas trop de connaissances théoriques et qui ont, en même temps, une grande maturité d'âme. Cette maturité vient à force de se réincarner. Vies après vies l'âme se raffine, comme une pierre brute, dans le lit d'un torrent, s'arrondit jusqu'à devenir un galet.

 

 

Alors, ces âmes anciennes, incarnées en Homme, ne peuvent faire autrement que de se poser des questions essentielles, sans obligatoirement les formuler en mots spécialisés, comme le font ceux qui ont lu beaucoup de livres anciens. Dans les années soixante, soixante-dix, on disait de ces gens qu'ils étaient des chercheurs, sous-entendu de vérité. Ils manquent d'amour profond, celui du Saint-Nom* et ils cherchent à le retrouver. L'âme est originaire du Tout, de l'Unité, du Tao, de Dieu et elle a gardé, en mémoire, cette origine. Elle cherche à revenir à son origine, comme le fils prodigue retourne chez son père (Luc ; 15:11-32). Quand le mental, les pensées sont laissés libres, ce souvenir de l'âme est confus, informulé.

 

* Saint-Nom : ou Parole, Verbe, Satnam, vertu du Tao, est l'énergie active du Tout ou Dieu, en même temps qu'une technique de méditation permettant d'en avoir conscience.

 

 

 

Avoir des oreilles

 

 

 

Jésus, qui était un éveillé (ou bouddha), disait, à la fin de ses satsang : « Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende. » (Matthieu 13:9 - 11:15). Jésus savait bien que, parmi tous ces gens qui venaient l'écouter, peu l'entendaient. Il a dit, un jour, à ses disciples et apôtres : « J’en choisirai un entre mille et deux entre dix mille. » (Thomas, logion 23).

 

 

Des milliards de gens ont un livre saint et très peu d'entre eux comprennent ce qu'il dit, en vérité. Des interprétations, il y en a des milliards, officielles et personnelles, mais le messager est mort, il ne peut expliquer ce qu'on rapporte de ses paroles dans les livres. Il faut un maître vivant ainsi, il peut expliquer de vive voix. Mais les gens n'aiment pas les maîtres vivants, ils les traitent de gourous, de mégalomanes, d'escrocs. Ils préfèrent les maîtres morts ainsi, ils peuvent accommoder, à leur sauce, ses propos.

 

 

On dit que ces gourous, ces mégalomanes escrocs et pervers narcissiques s'adressent aux faibles, à ceux qui sont malheureux, déstabilisés, faibles et c'est vrai ! Mais un vrai guru, un maître éveillé véritable, comme l'étaient Jésus, le bouddha Gautama, Lao-Tseu, Patanjali, par exemple, s'adresse aussi aux malheureux, aux faibles, à ceux qui en ont besoin. Quelqu'un de satisfait de sa vie et de lui, ne cherchera pas la vérité ! « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » (Marc 2:17)

 

 

Du vivant du bouddha Jésus, les autorités l'ont traité de gourou ! C'est seulement après qu'il a disparu, qu'on s'est intéressé à son enseignement. Mort, le bouddha est transformé en Dieu. Jésus, par exemple, est devenu Dieu. La plupart des chrétiens prient Jésus, pas Dieu ! Ils disent qu'il est vivant. C'est une croyance et j'ai entendu dire, par les bien-pensants, qu'il fallait respecter les croyances, alors je ne dis rien. Juste, je me demande si on doit respecter toutes les croyances, même les mauvaises ?

 

 

 

Distinguer le bon du mauvais

 

 

 

Comment distinguer les bonnes des mauvaises croyances ? Jésus a dit quelque chose qui peut être signifiant à ce propos : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. » (Matthieu 7:16) En disant ça, il parlait des prophètes, mais ça s'applique aussi aux enseignements, aux dogmes et aux croyances. Mais qu'est-ce qu'un bon fruit et qu'est-ce qu'un mauvais fruit ? Un bon fruit te rapproche de l'Unité, de la paix, de la conscience de la Grâce*. Un mauvais fruit produit de la confusion, des concepts.

 

* Grâce : la Grâce est le pouvoir du Saint-Nom capable de donner l'expérience de la conscience de la béatitude. Ce pouvoir est le seul capable de transcender l'inertie propre à notre nature humaine et de faire que nous puissions nous accomplir spirituellement et trouver la paix véritable, venue du dedans. La Grâce ''coule'' en nous tout le temps. Pour s'en remettre à elle, il faut placer sa conscience là où elle se trouve.

 

 

Les gurus*, comme les gourous, les véritables maîtres comme les escrocs s'adressent au même public ; ceux qui souffrent. C'est comme les vrais médecins et les charlatans, ils s'intéressent aux malades. Mais ce n'est pas parce qu'un médecin s'intéresse aux malades qu'il est un charlatan ! Comment reconnaît-on un guru ? Là encore, les propos de Jésus, à propos des prophètes, s'appliquent.

 

* Guru : maître spirituel. « Gu » ténèbres et « ru » lumière. Le guru est donc celui qui dissipe les ténèbres de l'ignorance par la lumière de la connaissance (Veda). Cette connaissance n'est pas une connaissance apprise dans des livres. Cette traduction est remise en cause par certains historiens de l'hindouisme qui lui préfèrent celle-ci : « Homme de poids » ou « Homme important ».

 

 

Beaucoup de gens qui arrivent à La Voie, sont passés par tant de souffrances qu'il en faut du temps, après qu'ils ont reçu la Révélation et qu'ils se soient mis à pratiquer l'agya, pour simplement se « remettre à niveau ». Ensuite, une fois leurs blessures calmées, ils avancent vraiment sur La Voie de la vérité (l'universelle, pas la personnelle).

 

 

Qu'ils ne s'impatientent pas et continuent à observer les piliers. Dans l'ancien temps, les aspirants qui arrivaient à la porte de la salle d'initiation de l'ashram*, avaient eu une longue période de préparation, de nombreux mois, une année parfois, selon la personne. Durant cette période, précédant la Révélation, les chercheurs étaient des « aspirants ». Ils écoutaient, lisaient du satsang et, pour ceux qui habitaient près de l'ashram, venaient y faire du service (rendre service, car pour être dans le service il est besoin de connaître la technique dite du "Saint-Nom"). Le jour où ils recevaient la Révélation, ils partaient dans la pratique sur des chapeaux de roues !

 

* Ashram : monastère, communauté spirituelle en Inde.

 

 

Aujourd'hui, personne ne veut attendre ; ceux qui me demandent la Révélation veulent l'avoir immédiatement. Si je commence par leur poser des questions, avant de leur donner un rendez-vous sur Skype, ils ne me répondent pas et ne m'écrivent plus. C'est la façon de communiquer par internet : on ne dit ni bonjour ni au revoir, comme si on s'adressait à une intelligence artificielle. Ils auraient voulu que je leur adresse un lien vers une vidéo explicative, mais les techniques ne s'expliquent pas ; elles se montrent ! C'est ainsi. Tant pis pour eux. C'est leur vie.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #guru, #gourou, #pratique, #vérité, #âme

Partager cet article

Repost0