Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avec une sorte de « coach », une « méthode », il est possible de faire la différence entre ces dimensions et d'identifier ce qui, en nous, relève de chaque dimension. On a le corps et ses sens, pour la dimension la plus « grossière », le cerveau et son mental, pour la dimension des pensées et des émotions et la conscience ou âme, pour tout ce qui est spirituel.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, les maîtres et guru et l'enseignement.
On ne va pas sur une voie spirituelle sans avoir de guide, ou coach, comme pour d'autres apprentissages

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

 

Lao-Tseu a dit : « Le sage est comme une vallée plein de vide. » (Tao-Te-King 1.15) Il a dit aussi : « C'est le vide du vase qui fait sa contenance. » (Tao-Te-King 1.11). Ce n'est pas l'argile qui fait la contenance du vase, c'est le vide. Ce qui fait l'utilité d'une maison, c’est le vide des fenêtres et des portes, sinon la lumière ne pourrait pas entrer et nous ne pourrions ni entrer ni sortir de cette maison. Ce qui fait notre valeur la plus essentielle, c’est le vide qu'il y a en nous. Ce n'est pas du vide comme quand on aspire l'air d'une bouteille, c'est plus comme celui qu'il y a entre les montagnes et qui forme la vallée. Le vide qu'il y a en nous est un vide des pensées, des émotions, des concepts et de la fausse identité que l'on croit être, mais il est plein de l'essence de tout, de l'harmonie de l'Unité. C'est le "vide" de la Béatitude (ananda).

 

 

Le "vide" de la béatitude est comme le blanc de la lumière ; il y a toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, dans la lumière, il suffit d'un prisme pour les faire apparaître. Le "vide" de la Béatitude, du Royaume, comme l'entendait Jésus, quand il disait qu'il était en dedans et en dehors de nous (évangile selon Thomas, logion3), a tout créé. Les physiciens disent le « big-bang », pour parler de ce vide à partir duquel tout a été créé. Le prisme qui a transformé la vacuité en multitude, c’est la Parole, Le Verbe (Saint-Nom), celui que « Jean », au début de son évangile, a dit qu'il était au début avec Dieu et qu'il était Dieu. Lao-Tseu a parlé de ce « prisme » qui a tout créé et qui maintient tout en vie. Il l’appelait « la vertu-du-Tao », c'est le « Te », du Tao-Te-King.

 

 

 

La raison d'être

 

 

 

Notre existence a un sens, autre que d'exister, que de ne pas mourir, que de se loger, de se nourrir, de se reproduire. Un des piliers, qui soutiennent la pratique spirituelle de La Voie, le service, dévoile ce sens au pratiquant. Quand on est occupé à une activité favorable à la concentration et qu'on pratique, en même temps, une technique de méditation dite « du Saint-Nom », on réalise le sens, la raison d'être de notre existence. L'ignorance (ou, comme disait Patanjali ; la « nescience ») est comme un vide, le blanc de la lumière. Ce blanc, passé au prisme de l'Observance, (des piliers de la pratique, ou sadhana, ou encore agya) du service (un des quatre piliers), se transforme en arc-en-ciel de sens, de raisons, de conscience et de réalisation.

 

 

Quand on médite, que ce soit de façon formelle ou dans le service, l'âme retrouve toute sa raison d'être et s’épanouit comme un arc-en-ciel, comme une fleur à partir d'un bourgeon. Quand l'âme s'épanouit, c'est-à-dire nous, puisque nous sommes l'âme, la vie prend des couleurs, du volume et un sens. On peut faire ce qu'on veut de sa vie, dans les limites de la loi et de la liberté d'autrui, mais pourquoi ne pas, d'abord, aller vers l'essentiel ? Jésus l'a dit : « Préoccupez-vous en premier du Royaume et tout le reste vous sera donné en plus » (Matthieu 6:33)

 

 

Il y a plusieurs dimensions à la vie, à l'existence. Il y a la dimension la plus « grossière », tangible, celle de la Création, des choses, que l'on peut percevoir avec nos sens tournés vers le dehors. Il y a une dimension plus subtile, celle de nos pensées. Il y a une dimension encore plus ténue, celle de nos émotions et, encore plus subtil, il y a le domaine de l'âme. Le mieux c'est de vivre toutes ces dimensions, mais bien souvent, la dimension de l'âme, c'est-à-dire la dimension spirituelle est négligée. Il y a ceux qui ont une vie religieuse, je veux dire qui sont actifs au sein d'une religion, mais combien vivent la dimension spirituelle dans leurs pratiques religieuses ? La plupart du temps, la religion est dans la dimension mentale, c'est-à-dire celle de nos pensées et, plus subtile, celle de nos émotions, mais n'atteint pas celle de l'âme.

 

 

 

Le coach et sa méthode

 

 

 

Avec une sorte de « coach », une « méthode », il est possible de faire la différence entre ces dimensions et d'identifier ce qui, en nous, relève de chaque dimension. On a le corps et ses sens, pour la dimension la plus « grossière », le cerveau et son mental, pour la dimension des pensées et des émotions et la conscience ou âme, pour tout ce qui est spirituel. La dimension la plus grossière, c'est-à-dire celle matérielle des choses, des corps, des sens et de leurs plaisirs est spirituelle, en fin de compte. C'est la Création de Dieu et, quand on a la conscience « aiguisée », on voit la « main-de-Dieu », la manifestation de sa Grâce dans la beauté du monde. Les pensées, les connaissances apprises, les émotions et les sentiments ont leur utilité, encore faut-il que tout ça reste sous le contrôle de l'âme.

 

 

Le « coach » dont je parle et sa « méthode », La Voie, vous apprend les techniques de la méthode et reste après, avec son satsang (un autre des quatre piliers) pour vous guider tout au long de votre cheminement. Vous avez la liberté d'accepter la méthode et le suivi du coach ou non. La méthode du « coach » (la sadhana) n'est pas une invention du « coach ». Le « coach » a eu un « coach », avant d'être ceinture noire et d'être « coach » à son tour. Le « coach » du « coach » avait eu un « coach » aussi. C'est une histoire qui remonte à loin dans le temps. On parle de plus de huit mille ans ! Certains « coachs » ont marqué l'histoire et donné naissance, malgré eux et souvent sans qu'ils l'aient su, à des religions. Vu de l'extérieur ces religions n'ont rien à voir entre elles, mais quand on connaît la clé, on voit bien que toutes ces religions ont eu une origine commune.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #LaoTseu, #Tao, #méditation, #coach, #méthode

Partager cet article

Repost0