Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Saint-Nom n'est pas un mot comme "Elohim", "Yahvé", "Ôm", "Parole", etc. Le Saint-Nom n'est pas un mot, ni un nom ; je veux dire que l'on ne peut ni le dire ni l'écrire, donc pas le lire non plus. On peut l'entendre, l'écouter mais pas le dire. Il faut juste connaître la technique.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos du Nom de Dieu.
Le Nom de Dieu ne s'écrit pas, on ne peut pas le dire mais on peut l'écouter

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le fichier mp3

 

 

 

 

 

 

Il est impossible d'expliquer ce qu'est La Voie. Entre personnes qui ont eu la Révélation, et qui pratiquent, c'est déjà difficile de partager notre expérience de la vie avec La Voie, mais au moins on est tous plus ou moins familiarisés avec les mots utilisés spécifiquement sur La Voie. Comment dire les choses à quelqu'un qui n'a pas eu la Révélation, donc qui ne pratique pas ?

 

 

Mais est-ce vraiment utile d'expliquer les choses ? Expliquer comment utiliser un appareil de cuisson moderne, c'est utile et c'est le mode d'emploi, mais la vie en spiritualité ? On peut raconter des histoires, des paraboles à ce sujet. On peut lire des livres plus ou moins saints, mais croyez-vous qu'un livre ait jamais permis de connaître la vérité ? Oui, je sais : « à chacun sa vérité » et pourtant la vérité-universelle existe ! Galilée a dit : « Et pourtant elle tourne ! », en parlant de la Terre. Encore faudrait-il s'entendre sur le sens du mot « vérité ». Ce mot, comme tous les mots, n'a pas qu'une seule acception, il peut vouloir dire plusieurs choses : le contraire du mensonge, le fond d'une affaire défrayant la chronique et ce qui vaut pour toutes choses et toutes créatures.

 

 

Dans la vie, on fait toutes sortes de choses, on ne peut pas rester sur le canapé toute la journée, tous les jours à regarder un écran ! Je ne vais pas vous dresser une liste de choses que l'on fait, elle n'aurait pas de fin, mais vous voyez ce que je veux dire. Parfois, une journée de douze heures est bien remplie ! Entre le travail, quand on en a, et les tâches domestiques, sans compter les relations amoureuses, familiales, amicales, sociales, on ne manque pas d'obligations !

 

 

Se croire meilleur

 

 

 

Sur La Voie, cette pratique spirituelle, c'est pareil : on fait les choses. Le plus souvent les mêmes que lorsqu'on n'allait pas sur La Voie, mais avec un autre regard, une autre motivation, un autre ressenti. Dans la vie, il y a des gens qui ont plus d'argent que la moyenne statistique et il arrive que certaines de ces personnes se croient meilleures que les autres. Il y en a qui, en trois jours, dépensent ce que d'autres ont pour vivre tout un mois, et encore ; je ne parle pas des plus riches ! Comment voulez-vous ne pas vous sentir meilleur que les autres ? Avec une tête, un tronc, deux bras, deux mains, deux jambes, deux pieds, deux yeux, deux oreilles, un nez et une bouche, comme tout le monde, on gagne quatre ou cinq fois ce qu'une grande majorité de la population gagne ! Comment voulez-vous faire autrement que de voir les autres comme des déficients ?

 

 

Sur La Voie aussi, on peut vite se sentir meilleur que les autres, parce qu'on connaît ce que d'autres ne connaissent pas, mais il faut se dire qu'une âme est une âme et qu'aucune âme ne vaut plus qu'une autre. Dieu, qui ne juge pas, considère les gens non pas pour ce qu'ils pensent, ce qu'ils disent ni ce qu'ils font, dans la vie, bien ou mal, mais considère l'âme des gens et sait distinguer une âme plus proche de lui d'une âme plus éloignée.

 

 

La Grâce

 

 

 

Sur La Voie, quand on observe les piliers avec assiduité, notre vie est un compagnonnage avec la Grâce. Elle nous accompagne et on la reconnaît dans tous les événements importants qui nous arrivent, ce qu'on nomme les « nœud-gordiens », quand on est incapable de régler le problème, de faire face à la situation et que la Grâce tranche ce nœud. La plupart du temps, quand on fait les choses, on a l'impression que c'est nous qui faisons les choses.

 

 

Bien sûr qu'on fait les choses, mais les fruits de nos actes, dépendent-ils seulement de nous ? On peut semer une graine, mais qu'elle germe, qu'elle prenne racine, qu'elle pousse et donne un arbre produisant des fruits, est-ce de notre fait ? On lance la boule sur la piste du billard, mais ensuite ? C'est ça ce que Lao-Tseu nommait « Le non-agir » et que krishna désignait par le mot « service », et l'expression « abandon du fruit de nos actes ». Sur La Voie, nous disons « service » et c'est un des quatre piliers de sa pratique.

 

 

Je me souviens de moments, dans ma vie, où j'étais dans la pire situation sociale où l'on peut être : sans argent, sans travail, sans famille, sans amis, sans logement, sur le bord d'une route, sac au dos et pouce en l'air. Je me souviens aussi que je m'occupais, en premier, du Royaume et que jamais rien ne m'a manqué : hébergement, nourriture, chaleur humaine... tout le reste m'avait été donné en plus. Les « spécialistes » verront, dans cette narration, un parallèle avec une parole que l'on attribue à Jésus, dans l'évangile selon Matthieu, chapitre six, verset trente-trois : « Cherchez premièrement le Royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. »

 

 

Le Nom de Dieu

 

 

 

Quand on a conscience de l'amour de Dieu (qui, je vous le rappelle, n'est pas une personne !) on n'est jamais seul et notre vie est pleine de sens. La raison d'être de notre vie est la conscience de Dieu, de son Saint-Nom. Je sais que ceux qui n'ont pas la connaissance de ce qu'est ce Saint-Nom, pensent que ce mot décrit un mot, comme " Elohim ", " Yahvé ", " Ôm", etc. Mais le Saint-Nom, que l'on désigne aussi par le mot « Parole », celle qui était au début de tout (évangile selon Jean, chapitre premier), " Verbe ", Satnam et d'autres mots, le mot « Saint-Nom » n'est pas un mot, ni un nom ; je veux dire que l'on ne peut ni le dire ni l'écrire, donc pas le lire non plus.

 

 

Pour dire les choses autrement, le Saint-Nom est ce que Lao-Tseu nommait « La vertu-du-Tao ». C'est la force, le pouvoir de Dieu qui s'exerce au niveau de sa création, des choses et des êtres, dont nous sommes. Ce Saint-Nom est en nous, à la manière de « la force » des Jedis. Il est l'énergie de Dieu qui crée, maintient et transforme la vie, il est Brahmâ, Vishnou et Shiva en même temps. Je veux préciser que ces trois « dieux » n'ont jamais été des dieux, ni des demi-dieux, des Avatars, sont des symboles, des allégories du Saint-Nom, de ses trois aspects. Post-scriptum : il n'y a jamais eu non plus de personne ayant le corps d'un homme et la tête d'un éléphant !

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #saintnom, #verbe, #spiritualité, #lavoie, #yoga, #méditation, #bonheur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :