Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les paroles de Jésus, comme celles des autres éveillés, ne servent à rien si on ne reçoit pas le baptême qui n'était pas un baptême comme les prêtres et les pasteurs célèbrent, un baptême d'eau. Jésus baptisait dans l'esprit-Saint et dans le feu.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de Jésus, un bouddha.
Jésus était un éveillé. En Pali, langue indo-aryeenne, éveillé se dit "bouddha"

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

Évangile selon Matthieu, chapitre cinq : « Voyant la foule Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseigna. Il dit : heureux les pauvres de cœur, car le Royaume est à eux. Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le Royaume est à eux. Heureux, êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande au Royaume ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés... Si ton œil droit est une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. »

 

 

Le souci avec le Nouveau Testament c'est qu'il y a une grande différence entre ce que Jésus, l'éveillé, a dit et ce qui est relaté dans les évangiles. Quand on n'a pas la clé du code, c'est difficile de faire le tri, alors on est un peu obligé de tout prendre ou de tout laisser. Dans ce sermon sur la montagne, j'ai lu que « Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés. » J'ai lu aussi que : « Je suis venu pour ceux qui souffrent, pour les voleurs, pour les gens imparfaits » et ensuite, il dit : « Soyez parfait comme votre Père est parfait. » C'est contradictoire.

 

 

La perfection

 

 

 

La perfection n'est pas dans l'humanité... Elle est dans l'humain, c'est même elle qui l'a créé et qui le maintient en vie, mais tout, dans l'humain n'est pas parfait, loin de là ! Jésus devait le savoir. On ne peut pas être parfait comme Dieu est parfait. Viser cette perfection pour soi est une vanité et une absurdité. Viser à approcher, à contempler la perfection de Dieu, en soi, là où elle est la plus proche, c'est raisonnable, plus encore, c'est un des objectifs d'une spiritualité bien comprise.

 

 

On peut contempler, aimer la perfection, l'harmonie fondamentale de Dieu et même se fondre en elle (nirvikalpa-samadhi et mort, puis libération), mais on ne peut pas être la perfection. Un poisson n'est pas l'océan ! Ni une goutte de pluie toute l'eau du monde.

 

 

La vérité des écritures

 

 

 

Les gens sont souvent perdus avec les écritures, car elles disent souvent une chose et son contraire. Ils deviennent fous à force de violer leur raison en avalant toutes les absurdités des religions. On le voit d'ailleurs ! Combien de folies ont été commises à cause des religions et combien de folies sont encore perpétrées aujourd'hui ?

 

 

Il y a ce que Jésus a dit, en vérité, et il y a ce qu'on a ajouté après et ce qu'on a ajouté n'est pas ce qu'il y a de mieux dans l'enseignement de Jésus. Ce qu'il y a de mieux se rencontre souvent dans le gnosticisme des premiers chrétiens du levant, mais l'église romaine a repoussé la lecture de ces croyants pour mettre en avant les concepts, plus ou moins manipulateurs, moralisateurs et politiques de Rome. Ceux qui ont ajouté les mots : « des cieux » aux mots : « le Royaume », pour en faire « le Royaume des cieux » ne devaient pas voir d'un bon œil l'évangile apocryphe selon Thomas, où, au logion 3, Jésus dit que le Royaume est à l'intérieur de nous (et il ajoute à l'extérieur aussi).

 

 

Un Royaume des cieux ne peut pas être à l'intérieur de nous ! C'est trop petit à l'intérieur de nous ! Quand Jésus parlait du Royaume, il ne parlait pas du paradis dont les curés parlent au catéchisme. Le Royaume de Jésus d'autres éveillés l'ont appelé autrement : Lao-tseu disait « Tao », celui que les aryas surnommaient krishna (le noir), disait : « la demeure éternelle et immuable », entre autres choses, d'autres ont dit : « Satçitananda » ou « parfaite conscience de la béatitude ».

 

 

Le baptême

d'esprit et de feu

 

 

Pour parler de l'enseignement que Jésus dispensait, et qui lui venait en partie du zoroastrisme perse et du yoga premier (La Voie), qu'il a rencontré dans une partie de l'empire perse de l'époque, dans ce qu'aujourd'hui, on nomme le Pakistan et qui était, à l'époque de Jésus, une partie des Indes. Jésus, avant l'âge de trente ans, a fait bien des choses ! Et pas toutes chez les esséniens ! La lecture des évangiles, tous les évangiles, avec la bonne clé de lecture, montre les similitudes évidentes entre les enseignements du bouddha Gautama, de Zoroastre, de krishna, de Lao-Tseu et de Patanjali et Guru Nanak, pour ne citer qu'eux.

 

 

Les histoires de miracles, de crucifixion, de résurrection et de disparition pleine de mystères sont à peine bonnes pour des enfants, des enfants de mon époque, pas ceux d'aujourd'hui. Il n'y a qu'à voir la désaffection des gens, en occident, pour la fréquentation des églises. Emprunter aux mythes étrangers, comme ceux d'Orphée (la Thrace) et de Nachitekas (les Indes), pour établir l'histoire du jugement de Jésus par les pharisiens, de la croix, du sacrifice du fils au nom du Père, pour le bien de l'humanité, c'est faire bien peu de cas du véritable enseignement de l'éveillé (bouddha) Jésus.

 

 

Mais éveillé n'était pas suffisant, pour les premiers catholiques, il fallait que Jésus fût Dieu lui-même ou au moins son fils, alors que Jésus n'a pas cessé de dire qu'il était un simple Homme, c'est ce que signifiait, à son époque, l'expression : « fils de l'Homme ». On a fait pareil pour Gautama et celui dont on a oublié le nom et que l'on surnommait « krishna » : on les a déifiés ! Les Hommes ne peuvent pas accepter les enseignements d'autres Hommes, il faut qu'ils soient des Dieux ou des « fils de », pour qu'ils les acceptent.

 

 

Les paroles de Jésus se suffisent à elles-mêmes, mais ces paroles, comme celles des autres éveillés, ne servent à rien si on ne reçoit pas le baptême que Jésus donnait et qui n'était pas un baptême comme les prêtres et les pasteurs célèbrent, un baptême d'eau, comme disait le baptiste Jean. Jésus baptisait dans l'esprit-Saint et dans le feu et les autres éveillés pratiquaient le même baptême, l'initiation, la Révélation de l'esprit-Saint (le Saint-Nom) et du feu (la lumière). Mais seul un éveillé vivant peut faire cette Révélation et comme disait Jésus : « que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent » (Matthieu 13:9)

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #jésus, #christ, #éveillé, #lavoie, #spiritualité, #méditation, #baptême

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :