Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si on est l'âme, qu'est-ce qu'on doit écouter ? Certains parlent de l'intuition et disent : « Il faut écouter son intuition », mais c'est quoi l'intuition ? Ces mêmes personnes disent que « c'est l'âme qui nous parle », mais l'âme, c'est nous ! Alors, si l'âme, c'est nous, à qui parlons-nous ?

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

Beaucoup de gens qui s'intéressent à la spiritualité, quand ils parlent de l'âme, disent « mon âme », « Il faut écouter son âme », mais c'est qui ce « il », qui doit écouter son âme ? L'âme n'est pas une tierce personne que l'on peut écouter, l'âme, notre âme, c'est nous ! Faudrait-il s'écouter ? Quand on dit : « Mon âme », que veut-on dire ? À qui est supposé être l'âme ? Quand je pose ce genre de question, sur les réseaux sociaux et autres forums, bien souvent, on me suspecte d'être un « troll » et de chercher à embrouiller les gens, mais la question mérite d'être posée.

 

Si quelqu'un dit : « Mon âme », c'est qu'il ne s'identifie pas à l'âme, c'est dommage, parce que seule l'âme survit à la mort du corps physique et du mental, avec ses connaissances-apprises, ses souvenirs, avec notre personnalité. Donc notre âme survit, mais nous ? Ça pose aussi la question de qui on est ! En vérité, on est fait de plusieurs constituants, durant notre vie, notre incarnation : on est le corps, qui vieillit, change et meurt. Ces constituants sont, pour simplifier, notre mental, avec son intelligence, ses émotions, ses pensées, ses connaissances-apprises, ses souvenirs et ce mental meurt en même temps que le corps, quand le cerveau meurt et on est l'âme, qui elle ne meurt pas*.

 

* On est l'âme, qui elle ne meurt pas : « L'initié, pratiquant la vraie voie, ne pleure ni les vivants ni les morts. Après la mort, l’âme prend un nouveau corps, aussi naturellement qu’elle est passée de l’enfance à la jeunesse, puis à la vieillesse. Cette perspective ne trouble pas celui qui a conscience de sa véritable nature. » (Bhagavad-Gîtâ 2:11 à 13 et « Le chant de l'éveillé » 1.1)

 

 

L'intuition

 

 

Si on est l'âme, qu'est-ce qu'on doit écouter ? Certains parlent de l'intuition et disent : « Il faut écouter son intuition », mais c'est quoi l'intuition ? Ces mêmes personnes disent que « C'est l'âme qui nous parle », mais l'âme, c'est nous ! Alors, si l'âme, c'est nous, à qui parlons-nous ? L'intuition, c'est « le mental qui parle à voix basse ». Est-ce que tout ce que dit le mental est digne de confiance ? Un schizophrène, doit-il écouter ce que disent ces voix qu'il entend dans sa tête ? Un paranoïaque, doit-il écouter ce qu'il pense, c'est-à-dire ce que lui dit son mental, ses pensées ? J'ai envie de vous dire que ce qu'il est bon d'écouter, c'est le Saint-Nom. Alors, ceux qui n'ont pas demandé, ni reçu la Révélation ne savent pas ce qu'est le Saint-Nom et pourquoi ni comment l'écouter, mais les disciples, pratiquant les piliers de La Voie, savent ce que je veux dire par « écouter le Saint-Nom ».

 

Il y a beaucoup de gens qui écoutent ce que dit leur mental, par exemple ceux qui pensent que les gouvernements mondiaux, avec la complicité de « big-pharma », nous injectent des puces d'espionnage, sous forme de nanoparticules, dans le vaccin contre la covid ! Ou encore ceux qui pensent que les traces, laissées dans le ciel, par la condensation des réacteurs d'avions, sont la preuve que les gouvernements mondiaux veulent tuer les pauvres en épandant des produits mortels et ainsi de suite... Il y a tant de théories fabriquées par le mental des gens. Il faut se méfier avec ce que peut dire le mental ! L'idéal, c'est que l'âme, c'est-à-dire nous, garde le contrôle du cerveau.

 

Est-ce que l'intuition, c'est comme ce conseiller du roi qui parle à son oreille pour lui dire de se rendre, de se soumettre à Sauron, le mal ? Comment savoir si l'intuition, c'est du bien ou du mal ? Comment avoir ce discernement ? Si on dit : « Mon âme », c'est déjà que l'on s'identifie à notre mental et que l'on considère « notre » âme comme autre chose que soi, comme une possession, ce qui est un mauvais début pour avoir le discernement de ce qui est bon et de ce qui est mauvais. Pour commencer, il faudrait déjà s'identifier à la bonne personne.

 

Il faut bien constater que les gens se disent, souvent : « Je suis capable de discerner quand c'est l'âme (ou l'intuition) qui parle », mais comment ces gens peuvent-ils en être si sûrs ? Quelle référence de vérité ont-ils ? Souvent, ces gens affirment que la vérité n'existe pas, qu'à chacun sa vérité, mais sans base référentielle, il est impossible de discerner le bien du mal.

 

 

Écouter le Saint-Nom

 

 

Si l'intuition, c'est « l'âme qui nous parle » et que l'âme, c'est nous, profondément, alors l'intuition n'est pas l'âme, qui nous parle, alors ? L'intuition... C'est quoi ? Soit c'est le mental qui parle à voix basse, soit c'est le mal (faux-ego), qui se fait passer pour l'âme, afin de mieux nous perdre, soit c'est une sorte de précognition. Il existe aussi la sagesse, qui vient avec le temps, quand on sait tenir compte des expériences, encore faut-il écouter la raison, mais il faut bien avouer que beaucoup de personnes écoutent plus la passion (Rajas*) que la raison. Comment en être sûr ? Il nous faut une référence. Les dentistes, quand ils veulent soigner, remplacer une dent, pour choisir la couleur, se servent d'un nuancier de blancs différents, afin de trouver le « blanc » naturel de notre dentition. C'est ça, leur référence, ils ne se servent pas de leur intuition !

 

* Rajas : un des trois gunas qui nous fabriquent et influent notre comportement.

 

Il existe, en chaque être-vivant, donc en chaque être-humain vivant, une base référentielle du bien, encore faut-il la connaître et savoir comment faire pour l'interroger. C'est le propos de La Voie, de sa Révélation et de l'Observance de son agya (la sadhana*). Demandez à recevoir cette Révélation, c'est gratuit et, si vous l'avez déjà reçue, méditez, restez dans le service (non-agir), autant que faire se peut, écoutez, lisez du satsang, et tenez compte des angas*.

 

* La sadhana : mot sanskrit signifiant : « Ce qu'il faut faire » et désignant l'ensemble des pratiques d'une voie spirituelle.

* Angas : quatrième pilier de La Voie (l'agya), qui est l'ensemble des préconisations existentielles propres à aider l'Observance.

 

Quand je dis qu'il faut écouter le Saint-Nom, je veux préciser, à ceux qui ne le connaissent pas, que ce Saint-Nom n'est pas un mantra, n'est pas quelque chose que l'on peut dire, à quoi l'on peut penser ni que l'on peut écrire. On sait ce qu'est le Saint-Nom, quand il a été montré au cours de la Révélation et pour avoir cette Révélation, il faut la demander : on ne le donne pas par écrit, à tous les vents. Il ne se révèle qu'à ceux qui ont la bonne motivation et le projet de le pratiquer après. On peut lui donner d'autres noms, comme « la Parole », l'esprit-Saint, le Verbe, la « vertu du Tao », etc.

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #intuition, #spiritualité, #bien, #mal, #méditation, #lavoie, #âme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :