Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le « soi » profond, que nous sommes, c'est l'âme, au-delà de cette incarnation. L'âme, c'est nous avons un besoin essentiel, qui nous relancera, tant qu'on ne l'aura pas satisfait. Ce besoin, c'est celui de Dieu, de sa paix, de sa béatitude, de son harmonie, de la sécurité offerte par la certitude de l'éternité.

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

Ce que nous cherchons, pour simplifier, c'est le calme, la tranquillité et le bien-être. Nous cherchons à être bien. Le bien-être, c'est le contraire du mal-être, et on sait ce que c'est, le mal-être... C'est la confusion, l'angoisse, la peine, la maladie, la solitude, quand elle n'est pas choisie, la vanité blessée, le sentiment d'être victime d'injustice, la souffrance, etc. Inutile d'aller plus loin, dans la description du mal-être, vous avez, sans doute, tous vécu ça et peut-être le vivez-vous en ce moment.

 

Comment être bien ? Les bouddhistes disent que, pour connaître la paix, il faut lutter contre ses désirs. Je ne connais personne qui soit en paix en luttant ! Le fait de lutter contre nos désirs ne nous fera pas connaître la paix et de ne pas lutter contre nos désirs ne nous fera pas, non plus, connaître la paix.

 

 

Le détachement

 

 

La paix, on la connaît par le détachement. Comment se détacher ? Et se détacher de quoi ? On ne peut pas se détacher ! Par exemple, vous êtes attaché à une personne et vous quittez cette personne, pour ne plus la voir... Croyez-vous que vous en serez détaché ? Non, vous en serez éloigné, mais l'attachement, que vous aviez, restera, simplement vous, et cette personne, êtes malheureux... pas en paix ! Si vous êtes attaché à votre voiture, ce n'est pas en la donnant à quelqu'un que vous vous en détacherez, vous n'aurez plus de voiture, mais vous y serez toujours attaché, en plus vous serez frustré !

 

Pour les disciples, initiés à La Voie, qui connaissent le Saint-Nom, et la technique du même nom, je dis que le détachement vient en s'attachant au Saint-Nom. Le Saint-Nom libère celui qui s'y attache. S'attacher au Saint-Nom, ça signifie pratiquer la technique du Saint-Nom. Si vous ne connaissez pas cette technique, vous ne voyez pas ce que je veux dire, mais les disciples le voient, eux. Vous pouvez demander à la connaître, cette technique, je vous la montrerai.

 

Ce n'est pas en cherchant la paix que l'on connaît le bien-être, c'est en connaissant le bien-être que l'on connaît la paix. « Occupez-vous, en premier, du Royaume, et tout le reste vous sera donné en plus. » (Matthieu 6:33). Le Royaume, dont parlait Jésus, n'est pas le « Royaume des cieux », de ces contes, pour enfants, qu'on nous conta, quand nous étions enfants.

 

 

Le Royaume

 

 

Le Royaume, dont Jésus parlait, est celui qui est à l'intérieur de nous, de notre vivant, la béatitude. Jésus l'a dit, que ce Royaume était à l'intérieur de nous, en même temps qu'à l'extérieur : « Si ceux qui vous guident vous disent : voici le royaume est dans le ciel, alors les oiseaux du ciel vous devanceront, s’ils vous disent, il est dans la mer, alors les poissons vous devanceront, mais le royaume est à l’intérieur de vous et il est l’extérieur de vous. » (Thomas logion 3).

 

Dans la vie, chaque fois que vous vous rendez compte que vous êtes « dans votre tête », tournez-vous, intérieurement, vers ce Royaume, c'est-à-dire, pratiquez la technique du Saint-Nom. Vous arrêtez de faire ce que vous faisiez, vous vous asseyez et vous pratiquez la technique quelques secondes, vingt ou trente secondes, voir une minute. C'est ce que j’appelle les « pauses Saint-Nom ». Je sais que, quand on est « dans sa tête », c'est difficile de s'en apercevoir, et s'en apercevant, d'accepter d'y mettre le holà, de méditer quelques instants. La tête, (le mental sous l'emprise du faux-ego), aime bien « être dans sa tête » ! Mais il faut bien, un moment donné, reprendre l'ascendant sur notre tête, nos émotions.

 

Si vous avez reçu la Révélation, profitez-en, pratiquez la technique, si ce n'est pas le cas, demandez à la recevoir, la Révélation. C'est une chose pratique, qui demande à être pratiqué et, pour ça, il est indispensable de connaître la technique, de savoir comment faire et ça, je le dis à ceux qui m'en font la demande et en plus, c'est gratuit, alors ? Pourquoi se priver ?

 

 

Le besoin essentiel

 

 

Durant notre incarnation, l'existence, nous sommes un ensemble de choses, comme le corps, le mental et l'âme. Chacune des composantes qui nous font est importante et liée aux deux autres, pourtant le « soi » profond, que nous sommes, c'est l'âme, au-delà de cette incarnation. L'âme, c'est nous et nous avons un besoin essentiel, qui nous relancera, tant qu'on ne l'aura pas satisfait. Ce besoin, c'est celui de Dieu, de sa paix, de sa béatitude, de son harmonie, de la sécurité offerte par la certitude de l'éternité.

 

C'est bien de satisfaire les désirs du corps, du mental, mais pourquoi négliger le besoin de l'âme ? L'âme se moque bien que le mental ne croit pas en Dieu ! Elle (elle, c'est nous), aspire à Dieu, à sa transcendance et négliger l'âme, c'est-à-dire soi-même, à cause des concepts athées du mental, ça génère de la souffrance inextinguible. On cherche à éteindre cette souffrance intérieure, par toutes sortes de satisfactions, professionnelles, amoureuses, familiales, artistiques, etc. Mais seule la transcendance peut satisfaire le besoin de l'âme, alors tant que l'on ne cherche pas cette transcendance, l'âme ne pourra être satisfaite.

 

Certains, qui souffrent moralement, mentalement, ou émotionnellement, croient que c'est en « travaillant sur soi », que l'on trouvera la fin de cette souffrance, mais guérir le mental en explorant le mental est vain ! Certains font des analyses qui durent des années et coûtent des fortunes, en vain. C'est par la spiritualité, que l'on peut adoucir la peine de l'âme et la spiritualité, ce n'est pas la religion. Il y a des gens qui, au sein d'une religion, vivent une belle spiritualité, mais ce n'est pas grâce à cette religion, c'est malgré elle. Ces belles âmes ont la sensibilité spirituelle qui ne doit rien à la religion. La religion, quelle qu'elle soit, est une spiritualité fossilisée, apparue le jour où le maître-éveillé vivant a disparu. Jésus n'était pas chrétien, Gautama n'était pas bouddhiste, Lao-Tseu n'était pas taoïste.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #âme, #mental, #soif, #souffrance, #bonheur, #lavoie, #spiritualité

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :