Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La perfection, n'est pas un but que Dieu aurait atteint à force d'y travailler. Déjà, Dieu n'est pas une personne, il est le Tout, son harmonie, sa vertu (sa force), l'équation fondamentale qui régit toutes vies, humaines, animales, stellaires ou autres et il est parfait par essence.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, Dieu, la création, le monde et la perfection.
Le monde que Dieu a fait est parfait, ce qui est imparfait ne vient pas de Dieu mais de votre regard

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

 

On dit que « Les voies du Seigneur sont impénétrables », (Anatole France ''1844-1924'', se référant à l’épître aux Romains 11,33), elles sont surtout parfaites ! On peut comprendre les desseins de Dieu, quand on marche, avec humilité et constance, sur les voies qu'il nous a tracées. Ces voies sont parfaites à tous niveaux et dans les moindres détails, c'est incroyable !

 

 

La perfection, n'est pas un but que Dieu aurait atteint à force d'y travailler. Déjà, Dieu n'est pas une personne, il est le Tout, son harmonie, sa vertu (sa force), l'équation fondamentale qui régit toutes vies, humaines, animales, stellaires ou autres et il est parfait par essence. Il n'est jamais né et ne mourra jamais et a toujours été parfait, c'est sa nature.

 

 

 

Tout est parfait

 

 

 

Tout ce qui procède de lui est parfait, sa Création est parfaite et on pourrait prendre des milliers d'exemples, de sa perfection, sans dire grand-chose de son étendue. Quand c'est infini, à quoi bon commencer à faire une liste ? Pour les disciples de La Voie, je vais tout de même prendre un exemple, de cette perfection divine : on a le service, le satsang et la méditation (sans oublier les angas), c'est notre sadhana, ce qu'il nous faut faire sur cette voie où nous allons. Nous avons aussi le corps, le mental et l'âme... Eh bien, ce n'est pas un hasard ! Quand on rapproche le service, le satsang et la méditation du corps, du mental et de l'âme, ça fonctionne !

 

 

Le corps est utile dans le service et la méditation, le satsang est le domaine de l'âme et du mental (de l'intelligence), et la méditation est le domaine de l'âme, avec le corps et le mental comme outils. Est-ce qu'on a le service, le satsang et la méditation, parce qu'on a le corps, le mental et l'âme ou est-ce qu'on a le corps, le mental et l'âme, parce qu'on a le service, le satsang et la méditation ? La perfection ne s'explique pas, elle se constate. C'est lié, c'est parfait et il n'y a pas de césure entre ce que l'on croit être la dimension physique, celle du multiple, de la dualité, souvent considérée comme celle de l'illusion, ou Màyà et celle spirituelle, de l'Unité, considérée comme supérieure, tout est lié et le multiple fait partie du Tout.

 

 

La Trimàrga

 

 

 

Les mystiques indiens, du yoga, connaissent la Trimàrga, qui est un ensemble composé de trois yogas, différents en apparence, que sont le bhakti-yoga, le karma-yoga et le jnana-yoga. Cette Trimàrga ou ce Trimàrga, si on considère le mot màrga (voie), comme masculin, est ce qu'ils appellent : « La voie vers la Libération » (du cycle des réincarnations ou samsara). Le jnana-yoga se trompe, en fait, car il ne devrait pas se nommer ainsi, mais plutôt : vijnana-yoga, car la connaissance qui permet d'appréhender la perfection de Dieu, sa Grâce, son harmonie, est une connaissance non-apprise ("Veda", mais pas le livre du même nom), tandis que jnana est la connaissance que l'on trouve dans les livres.

 

 

En fait, à l'origine, à l'époque de la Bhagavad-Gîtâ, « krishna », ou le maître-éveillé dont le nom a été oublié, pour ne se souvenir que de son surnom « krishna » ou « le sombre », il n'y avait qu'une seule voie spirituelle. Cette voie spirituelle avait une sadhana (ensemble de ce qu'il faut faire) et cette sadhana de « krishna », était faite de trois parties. Après le départ du maître-éveillé, qui a inspiré, par son enseignement, la Bhagavad-Gîtâ, les gens ont coupé sa pratique, son enseignement, en trois pratiques, enseignements, yogas, différents : le bhakti-yoga, le karma-yoga et le jnana-yoga.

 

 

Mais ces trois yogas sont les trois piliers d'une même sadhana et correspondent à l'agya actuel de La Voie, avec le service, le satsang et la méditation. La sadhana de La Voie actuelle est faite de trois piliers également, plus un quatrième, les angas, qui sont une sorte de guide de vie. L'enseignement de la Bhagavad-Gîtâ (le chant de l'éveillé) n'a rien à voir avec l'hindouisme, avec le Mahabharata... Ce livre (la bhagavad-Gîtâ), compilation de l'enseignement du maître, dont on a effacé le nom, pour le remplacer par son surnom, krishna et par une fable qui en fait le huitième avatar de Vishnou, ce livre, donc, a été intégré, artificiellement, au milieu du Mahabharata, afin d'en récupérer l'enseignement, mais c'est une sorte d'escroquerie spirituelle.

 

 

 

L'enseignement

de « krishna »

 

 

 

Le service, le satsang et la méditation, plus les angas, qui constituent la sadhana (agya) de La Voie, c'est la ou le Trimàrga que « krishna » enseignait ! Les « héritiers » des enseignements de « krishna » ont inventé le jnana-yoga, ou le yoga des connaissances et lisent des livres, comme le ramayana, pour acquérir des connaissances théoriques, intellectuelles mais, la connaissance (Veda) dont parlait « krishna », n'était pas une connaissance théorique, une connaissance-apprise ! La connaissance dont il est question, est une connaissance révélée, qui vient à l'esprit, à force de pratique, de contemplation, c'est une connaissance intime, charnelle.

 

 

Dans la ou le Trimàrga, il y a le karma-yoga, qui est le yoga de l'action. Sur La Voie, ça correspond au service, un des quatre piliers de l'agya et au « non-agir » du Tao-Te-King, qui est la compilation des paroles de Lao-Tseu, un autre maître-éveillé qui enseignait La Voie (tao). « Celui qui a réalisé l'Unité agit dans le non-agir, l'action faite dans le détachement de ses fruits et l'attachement constant à l'Unité. » (Tao-Te-King, extrait du livre un, phrase 2). Pour finir, avec la ou le Trimàrga, il y a le Bhakti-yoga, qui est le yoga de la dévotion, de la dédication. On peut dire que la Bhagavad-Gîtâ ou « Chant du bienheureux » ou encore « Chant de l'éveillé », est le livre de la dévotion.

 

 

La Bhagavad-Gîtâ dit la même chose, du « non-agir », que le Tao-Te-King, mais en d'autres termes : « Après avoir reçu la connaissance de la nature réelle de l'âme, l'initié peut maîtriser le mental, ce qui lui permet de se détacher du fruit de ses actes ; alors il goûte aux délices de l'harmonie de sa Grâce. » (Bhagavad-Gîtâ, 2:39 et « Le chant de l'éveillé », extrait de 1.7).

 

 

 

L'agya, sadhana de La Voie

 

 

 

Le karma-yoga, le bhakti-yoga, c'est être uni au Saint-Nom (ou Verbe) dans nos actes, les remettre à Dieu, à l'Unité en la mettant (l'Unité), au centre de notre intérêt. Jésus disait : « Préoccupez-vous en premier du Royaume et tout le reste vous sera donné en plus » (évangile de Jésus 22:32 et Matthieu 6:33). Le Royaume, dont parlait Jésus, est la béatitude ou, plutôt, la parfaite conscience de la béatitude (satçitananda).

 

 

Le service, de La Voie, c'est le service de dévotion de la Bhagavad-Gîtâ et le non-agir du Tao-Te-King. Le service se fait aussi avec le corps, tout est lié : le corps, le mental et l'âme. C'est la raison de notre incarnation, disposer de ces trois outils, pour réaliser la vraie connaissance. Krishna, ou quel qu'ait été le nom de ce maître parfait oublié, quand il disait connaissance parlait de deux choses différentes : de la vijnana, cette connaissance venue de la pratique assidue de la vraie-voie et de la voie elle-même. Lao-Tseu parlait de Tao (la voie), nous parlons de La Voie, Krishna disait : connaissance.

 

 

L'âme est le pilote du corps et l'utilisateur du mental. Elle doit toujours avoir la maîtrise (samyama) du corps et du mental. C'est pour avoir cette maîtrise qu'on a l'Observance de l'agya (les quatre piliers). C'est le propos de la sadhana de La Voie, en particulier, et de la spiritualité en général, sinon, ce n'est pas une spiritualité, mais une religion.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #perfection, #Dieu, #spiritualité, #lavoie, #bhagavadgita, #unité, #méditation

Partager cet article

Repost0