Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous sommes, aujourd'hui, en pleine apocalypse, depuis les années soixante-dix on serait dans une ère transitoire, qui durerait plusieurs siècles, entre l'ère du poisson et celle du verseau (début prévu en 2160), qui verrait arriver deux mille ans d'âge d'or, où « Le loup et l'agneau paîtront ensemble » (Ésaïe 65).

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

Le monde aujourd'hui est anxiogène, mais ce n'est pas extraordinaire ; le monde a toujours été anxiogène, pour les vivants. L'époque des grandes pandémies de peste, des guerres, qui débordaient dans les maisons des villages et des hameaux, quand les mercenaires n'avaient plus de travail, cette époque où les femmes mourraient d'accoucher, où l'on ne pouvait pas se soigner contre l'infection, ces époques étaient, elles aussi, anxiogènes, sauf qu'il n'y avait pas les réseaux-sociaux ni les chaînes d'info-continue pour en parler.

 

À chaque fois que l'on était dans une année fermant un millénaire, on pensait à la fin des temps. Il y a toujours eu des sectes millénaristes qui se préparaient à l'apocalypse. Les suicides augmentaient au moment de basculer à l'année suivante. À l'époque de Jésus, à la fin des années quarante du calendrier Julien, sous le règne d'Auguste, il y avait, en Israël, toutes sortes de sectes millénaristes, de prédicateurs apocalyptiques, de prophètes du malheur et il y avait des gens pour dire : « Incroyable, cette décadence, on est quand même au premier siècle ! »

 

 

L'apocalypse

 

 

Nous sommes, aujourd'hui, en pleine apocalypse, depuis les années soixante-dix on serait dans une ère transitoire, qui durerait plusieurs siècles, entre l'ère du poisson et celle du verseau (début prévu en 2160), qui verrait s'instaurer deux mille ans d'âge d'or, où « Le loup et l'agneau paîtront ensemble » (Ésaïe 65). Le rêve des végans ! Un lion mangeant de l'herbe ! Chaque grande ère durerait deux mille ans ou 4 000 « Aayana » (en temps védique). Ceci dit, l'apocalypse n'a jamais été la fin du monde, mais plutôt la fin d'un monde, d'un paradigme et le début d'un autre.

 

Le mot apocalypse vient du Latin « apocalypsis », signifiant « révélation », c'est en fait la révélation des choses cachées et en ce moment, à l'ère de l'information (et de la désinformation, des fakes-News) on peut dire qu'on est en plein dedans ! C'est aussi un livre de Jean, l'apôtre ou un autre Jean, on ne sait pas exactement, qui, pris d'hallucinations, peut-être dues à l'ingestion accidentelle d'ergot de seigle (champignon des céréales à l'origine du LSD), a raconté ce que Jésus lui aurait dit, dans sa vision, à propos de la fin du monde et du jugement dernier.

 

Les cas de folies passagères de villages entiers pris d'hallucinations, après que leurs habitants aient mangé du pain infesté par l'ergot de seigle, ne sont pas si rares, il n'y a qu'à se souvenir de Pont-Saint-Esprit, dans le Gard (en France), en août 1951, dans la nuit du 24 au 25. Les complotistes de l'époque ont accusé la CIA d'avoir empoisonné les gens au LSD pour « faire des expériences ». Mais à l'époque de ce Jean, qui a rédigé l'apocalypse, vers la fin du premier siècle de notre ère, la CIA, ni le LSD n'existaient, par contre, l'ergot de seigle infestait régulièrement les céréales. Maintenant, on peut croire que c'est bien Jésus qui, mort, ressuscité et monté au ciel, envoyait cette vision apocalyptique à ce Jean... Mais j'en doute, je penche plutôt pour la thèse de l'hallucination.

 

 

La grande peur

 

 

Les révélations des choses cachées, comme le mot apocalypse veut dire, ne sont pas obligatoirement celles de choses vraies. On peut cacher des choses fausses et puis les révéler. En ce moment, les choses fausses, les rumeurs foisonnent, il ne se passe pas une journée sans qu'il y en ait (des révélations) en veux-tu en voilà ! Alors, évidemment que les esprits, sur-informés, débordent, ne savent plus traiter les informations et génèrent de l'angoisse, alors, ceux qui sont dans ce cas-là, disent : « Le monde est dangereux, angoissant » On voit toujours le monde de son propre point de vue, ce qui ne veut pas dire que le monde est tel qu'on le voit ! Mais avant la fin du monde, il y aura votre fin à vous ! Quand vous mourrez, ce sera la fin du monde... pour vous. Alors, que fait-on en attendant ? On s'angoisse ?

 

Oui, tout est là : la peur de mourir. Tous les êtres vivants, doués de raison, ont peur de mourir et cette peur est enterrée au fond de l'inconscient, pourtant elle se fait sentir dans cette peur irrationnelle de la fin du monde et d'autres choses encore. Traitez cette peur de mourir, qui est la mère de toutes les peurs et vous aurez traité les autres peurs. Comment faire ? En prenant conscience que la vie n'est pas limitée au corps physique ni à sa durée, cette peur s'estompera. Elle ne disparaîtra pas, car la chair est faible et possède des instincts qui court-circuitent la raison, mais elle s'estompera, pour laisser place à l'espérance.

 

Comment prendre conscience que la vie n'est pas limitée à la chair ? En allant voir où elle se manifeste, cette vie, ailleurs que dans la chair et quand je dis « aller voir », je ne parle pas des yeux de chair, ouverts sur le monde. Je vous parle d'un regard qui n'a pas besoin des yeux pour voir, je vous parle d'un regard qui voit quand les yeux sont fermés et que voit-il ? Il voit la manifestation de la vie qui nous anime, de son énergie primordiale. Il ne suffit pas de fermer les yeux, pour voir cette énergie, il existe une technique pour la voir, en fermant les yeux. Cette technique ne peut pas s'expliquer, elle se montre à qui le veut, mais qui le veut profondément, pas seulement par curiosité.

 

 

Voir la vie à l'intérieur

 

 

Qui voit, les yeux fermés, la manifestation intérieure de la vie ? La conscience, que l'on peut aussi nommer « âme ». Seule la conscience peut voir la vie, dans son essence et la conscience, ce n'est pas le mental, la psyché, avec ses pensées, ses concepts, ses émotions. La première chose à faire, si vous envisagez de voir la manifestation essentielle de l'énergie qui vous anime, comme elle anime toutes choses, c'est de savoir qui vous êtes, je veux dire qui vous êtes fondamentalement. Je ne parle pas du personnage social que vous vous êtes forgé et que les autres vous ont forgé. Jésus disait ça, quand il discutait avec Nicodème, un copain. Souvenez-vous de cette histoire de laisser mourir le vieil-homme (le faux-soi), en esprit, pour renaître au Royaume. (Jean, 3 :1 à 9).

 

Je vous rappelle que le mot « Royaume », dans la bouche de Jésus, ne parle pas du paradis, mais de ce que Lao-Tseu nommait le Tao, l'Unité. Il en parlait à ses disciples, Jésus, quand il disait que le Royaume était à l'intérieur, comme à l'extérieur de nous. (évangile selon Thomas, logion 3).

 

« La parole qui peut se dire, n'est pas la Parole, le Verbe, le Saint-Nom, l'Éternel, créateur du ciel et de la Terre, le Tout. Quand furent créés les choses et les êtres, le son qui se répète apparu, menant à l'Unité. Le réaliser, c'est pouvoir s'y confondre. Dans le Tout, il y a le non-être et l'être. Les deux sont choses profondes. C'est dans la profondeur que l'on trouve l'Unité du Tout. » (Lao-Tseu, Tao-Te-King, livre un, phrase une). Le Tout, dont parle Lao-Tseu, c'est l'Unité, le Royaume.

 

Un autre maître-éveillé, dont on a perdu le nom et que les hindouistes ont surnommé « le noir » ou « Krishna » (en même temps qu'ils le transformaient en divinité), a dit, comme il est rapporté dans le « chant de l'éveillé » (Bhagavad-Gîtâ) : « Tant que tu n'es attiré que par les plaisirs matériels, tant que des joies éphémères te plongent dans la confusion, il t'est impossible d'atteindre la béatitude. Libère-toi de ta nature primaire, de tes désirs et reste dans la pleine conscience de l'Unité. Comme la source remplace avantageusement le puits, celui qui connaît la cause de l'illusion du monde, profite des plaisirs du monde sans s'y perdre. » (Bhagavad-Gîtâ 2:44 à 46 et « Le chant de l'éveillé » 1.9).

 

Voir, en soi, la source de sa propre vie, comme de toutes les vies, c'est connaître la cause de l'illusion du monde et pouvoir profiter des plaisirs du monde sans s'y perdre ou perdre la raison.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #apocalypse, #spiritualité, #jésus, #lavoie, #satsang, #bonheur, #méditation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :