Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jésus était formel sur un point : « En vérité, je vous le dis : ceux qui ne viennent pas au Royaume tels des petits enfants n'y entreront point. » (Matthieu 18:3). Quand on passe plus de temps à se poser des questions sur soi-même, sa vie, ses rêves, ses désirs, ses espoirs, sa maison, son travail, sa famille, son avenir, son passé, il ne reste plus de place pour Dieu

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, Jésus et aller au Royaume simple comme un enfant.
Jésus et d'autres ont précisé que pour atteindre la béatitude du royaume il fallait être simple

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

Jésus était formel sur un point : « En vérité, je vous le dis : ceux qui ne viennent pas au Royaume tels des petits enfants n'y entreront point. » (Matthieu 18:3). Quand on passe plus de temps à se poser des questions sur soi-même, sa vie, ses rêves, ses désirs, ses espoirs, sa maison, son travail, sa famille, son avenir, son passé, il ne reste plus de place pour Dieu, ni pour l'Observance (la pratique), et notre cœur (ou sensibilité), devient sec comme un bois mort, plein de colère et d'amertume.

 

 

Quand on passe sa vie à se poser des questions, on n'est pas comme des petits enfants. Les petits enfants ne se posent pas tant de questions, ils vivent l'instant tel qu'il est. Heureux, ils rient ou pleurent quand ils sont tristes, ou contrariés. C'est pour cette raison que les cours de récréation des écoles sont pleines de vêtements oubliés et de cris !

 

 

C'est à cause de ça que Jésus a dit ce qu'il a dit, à propos du fait d'être, ou de ne pas être tels des petits enfants pour accéder au Royaume. Toutes ces questions que l'on se pose, sont de la vanité, du nombrilisme. Quand on est malade, dans le besoin et/ou en danger, ainsi que nos proches, alors il est légitime de se poser des questions et d'agir en conséquence, mais quand tout va bien dans nos vies et qu'on invente des problèmes, pour ne pas rester sans, comment appelez-vous ça ?

 

 

 

Les questions du faux-ego

 

 

 

Toutes ces questions sont celles que se pose ''celui-qui-sépare'' (sens du mot diable), le faux-ego, tout occupé à détourner votre attention du Saint-Nom. Les trois-quarts du temps, vous n'avez pas de vrai problème, mais des petits soucis, des tracas quotidiens, qui demandent à être traités, mais qui ne méritent pas que vous y passiez autant de temps, restant ainsi dans la confusion. Si vous ne mettez pas la conscience en premier dans votre vie, alors les problèmes garderont la première place. C'est ainsi : c'est vous qui décidez pour vous-même, comme le veut le libre-arbitre. Soyez aussi simple qu'un petit-enfant et ne vous accordez pas tant d'importance.

 

 

 

Les statistiques mystiques

 

 

 

Sur La Voie, il n'est pas bon d'analyser l'état de votre expérience au jour le jour. Des jours, votre conscience est profonde, attentive à la paix qui est en vous. D'autres jours, vous allez moins bien et avez toutes les peines du monde à vous souvenir que Dieu existe et qu'il est en votre dedans. Il faut lisser tout ça, appréhender les choses sur une durée plus longue, l'idéal étant d'être simplement dans l'instant.

 

 

C'est comme ces vendeurs qui, chaque matin, allument leur PC et regardent les chiffres de la veille et l'objectif du jour, non ! Une fois par semaine suffit, et sur La Voie, si on veut absolument se retourner, pour appréhender son évolution spirituelle (au fait, qu'est-ce que c'est qu'une évolution spirituelle ?) il ne faut pas regarder chaque jour non plus.

 

 

 

C'est une histoire d'amour

 

 

 

Pourquoi regarder si on est dans les clous ? C'est une histoire d'amour, après tout. Les saints chrétiens n'ont pas l'agya et n'exigent aucun résultat : ils attendent la mort pour voir le paradis, ou juste ils rendent grâce à Dieu et ont soif de le servir. Mais tout le monde n'est pas appelé à devenir saint, ni éveillé. Simplement, vivez pleinement. Observez l'agya et n'hésitez pas à me solliciter. Même si ce que vous avez à me dire ne vous paraît pas valoir le coup. Parfois le satsang vient sous des prétextes familiers.

 

 

 

Méditez chaque jour,

même peu

 

 

 

Il suffit de s'asseoir, de fermer les yeux et de rester à sa disposition. Les effets de la méditation, de l'Observance, de la constance, se ressentent, bien souvent, dans le déroulé de votre existence au quotidien, dans le service. Alors continuez, observez l'agya à votre mesure et n'oubliez pas : je suis là pour vous. « La Grâce, l'agya, le dharma assumé et le guide gardent le sage en chemin. » (Bhaktimàrga 1-5-14)

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #enfant, #royaume, #spiritualité, #bonheur, #guide, #satsang, #lavoie

Partager cet article

Repost0