Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand j'étais enfant, j'aimais faire brûler des choses, oh rassurez-vous, de bien petites choses ; bouts de papiers, allumettes, morceaux de plastique et à chaque fois, je m'étonnais : à la fin, quand tout était brûlé, il ne restait que des cendres. Quelle que soit la matière que je brûlais, il ne restait que de la cendre.

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

Si vous tenez à partager ce texte, copiez-collez son adresse

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

Quand j'étais enfant, j'aimais faire brûler des choses, oh rassurez-vous, de bien petites choses ; bouts de papiers, allumettes, morceaux de plastique et à chaque fois, je m'étonnais : à la fin, quand tout était brûlé, il ne restait que des cendres. Quelle que soit la matière que je brûlais, il ne restait que de la cendre. L'eau s'était évaporée dans la combustion et il restait le carbone. « Infiniment grand et petit, il y a de L'Un en tout ». (Bhaktimàrga 1-1-2)

 

Nous, c'est la même chose et pour l'âme, notre vrai moi, le carbone, c'est le Saint-Nom. Le Saint-Nom est le carbone de l'âme, l'ego est l'eau qui s'évapore quand l'âme retourne à son origine. Tu es né poussière et tu retourneras à la poussière. Pour le corps, c'est le carbone, pour l'âme le Saint-Nom.

 

 

Les questions que l'on se pose

 

 

C'est la même chose pour les questions que l'on se pose. Quand on va au bout du bout des questions, et de leurs réponses, il reste le Saint-Nom. La réponse à toutes les questions, c'est le Saint-Nom. Pour ce qui est de nos problèmes quotidiens, c'est le même mécanisme, la solution, il n'y en a qu'une : avoir conscience du Saint-Nom. Après, que l'on ait mis sur les rails les solutions pratiques, les problèmes vont suivre leur petit bonhomme de chemin et trouver leurs résolutions.

 

Mais l'impact sur notre état d'âme, qu'est-ce qui va le régler ? La conscience du Saint-Nom, cette grande gomme va effacer nos scrupules et notre sentiment d'échec, la mésestime de soi, que notre vanité distille en ces occasions, afin de nous plonger dans la frustration et la confusion.

 

 

On arrive toujours à l'essentiel

 

 

Quand on pratique le Saint-Nom, on arrive à l'essentiel, on cesse de ne voir que la surface des choses, le monde des apparences, des préjugés, du psychotage, des questions sans réponse, des frustrations, de la dualité. Peu de gens s'intéressent à l'essentiel, beaucoup courent après le superficiel qui prend, chez-eux, tellement de place ! Certains se suicident à cause de la réputation, l'humiliation, la frustration, l'attachement. Un cuisinier qui se suicide à cause de la perte d'une de ses étoiles, franchement...est-ce que ça valait ça ?

 

Les êtres humains vivent, en moyenne, sous l'influence du faux-ego, c'est comme s'ils vivaient constamment avec la télé allumée. Tu es dans ta maison et il y a la télé en marche. Tout le temps, tu entends le bruit de la télé. C'est ça la pensée dans la tête des gens ; ils vivent avec la télé allumée ! Peu de gens éteignent. Quand on éteint la télé, le silence réapparaît, il prend toute sa place et c'est dans le silence que la vérité s'exprime. Mais on a tellement peur du silence qu'on allume la télé tout le temps !

 

 

C'est ça le mental

 

 

C'est ça le mental : quand il prend le mors aux dents on subit son boucan, on croit que c'est le nôtre et on y tient, on lui accorde du crédit. C'est comme dans le sketch de ce comique ; Jean-Marie Bigard : « Notre pet, même s'il pue, ne pue jamais autant que le pet des autres, parce que c'est le nôtre ». Toute cette activité, cette belle énergie sont vaines, elles ne mènent nulle part, sinon dans le cul-de-sac du désespoir. On ne règle aucun problème spirituel en pensant. Un problème technique, oui, mais un problème de mal-être, non.

 

Des fois, je ne trouve pas un mot et je cherche et plus je cherche, moins je trouve. Je cesse de penser et je ferme les yeux, pour une pause Saint-Nom et tout de suite le mot me revient ! La réalisation spirituelle nous vient par intuition, par l'inspiration que nous donne la méditation et qui remonte à la surface de l'esprit par le satsang ou par le service.

 

 

La Grâce en action, c'est la guidance

 

 

Les choses viennent par la Grâce, sa guidance. Elle est comme une pente sur laquelle on glisse. Par contre quand on veut faire les choses entièrement par soi-même, c'est un peu comme si on voulait remonter la pente : c'est plus dur et on va moins vite ! C'est comme les saumons qui veulent toujours remonter le courant. On sait ce que deviennent les saumons, à la fin. Eh bien nous, c'est pareil : on est les saumons de la vie, on use tant et tant d'énergie pour mourir à la fin, ou se faire manger, par des ours, en cours de route ! On se débat, il y a Dieu qui veut nous sauver de la noyade et nous ; on se débat en criant à l'assassin !

 

C'est pourtant simple, en vérité : « Occupe-toi en premier de la béatitude, du Royaume et tout le reste te sera donné de surcroît » (Jésus). Sois d'abord dans l'Observance, pratique, médite, aie du satsang, sois dans le service et au jour, le jour, respecte tes obligations...dans le service ! Et les choses viennent. Ce n'est pas la peine d'aller à la pêche aux événements, ils viennent à nous, alors autant être dans une bonne posture, quand ils surviennent et quelle meilleure posture, pour un pratiquant, que l'Observance ?

 

Les solutions aux problèmes viennent par la Grâce, quand on se donne. Bien sûr, il faut faire les choses, mais il faut les faire dans le détachement, dans le non-agir ! Comment on fait les choses dans le détachement, dans le non-agir ? Concrètement ? En faisant les choses tout en pratiquant la technique dite du Saint-Nom, tout simplement.

 

 

Avec l'attachement, on s'accroche

 

 

Dans la vie, on fait souvent les choses par attachement, on s'accroche, c'est un peu comme si on mangeait une pomme, puis pendant les dix heures de digestion, on suivait le parcours de la pomme, à travers tout notre appareil digestif, notre estomac, nos intestins jusqu'au bout. C'est comme si on avait peur de ne pas la digérer, mais oui, tu vas la digérer. Tu l'as mangée, maintenant elle va être digérée par ton organisme, ne t'inquiète pas !

 

Nos actions donnent l'impulsion aux événements, ensuite, on laisse faire et on s'en remet à la Grâce en observant l'agya. C'est exactement ça le non-agir ! Quand on agit, nos actes vont accoucher d'une conséquence, nous, on a donné l'impulsion, ensuite, on s'en détache, jusqu'à ce que le résultat vienne, alors on l'acceptera avec le même détachement, tout occupé au Saint-Nom.

 

C'est ça la vie d'un pratiquant, la vraie vie d'un être-humain. Les Indiens d'Amérique devaient faire ainsi, j'en suis sûr. Le non-agir n'est pas le rien faire ; il faut faire les choses, mais après, on les laisse mûrir, sans quitter la conscience du Saint-Nom. On plante la graine et on la laisse pousser. Pas besoin de rester assis devant le plant de tomate. Ce qu'il faut faire, c'est observer l'agya, ensuite si c'est cool, ou moins cool on s'en moque, qu'il y ait des fleurs ou des ronces, sur le bas-côté qu'importe, c'est le paysage qui défile, une anecdote ! L'important est d'avancer vers l'approfondissement de notre conscience.

 

Bien sûr que le mental veut sa nourriture, très bien ; offrons lui des sudoku, des livres à lire, mais pour ce qui est de la spiritualité, laissons ça à l'âme et à la Grâce. Parfois, on est dans la vie, enfermé dans le rêve du mental, on est comme celui qui ne vit que le fruit de ses pensées et ne voit pas la réalité telle qu'elle est.

 

La vie sans conscience, c'est un peu ça ; on est dans un rêve pénible, dont on aimerait bien s'éveiller, sans savoir comment faire. On rêve, on sait que l'on rêve ; mais on n'arrive pas à s'éveiller. Nous, nous savons comment se sortir du mauvais rêve de l'inconscience, par le réveil de la conscience, alors réveillons nous. (Ce qui n'est pas l'éveil...pas encore !)

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers et observez l'agya. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #carbone, #âme, #saintnom, #spiritualité, #méditation, #bonheur, #lavoie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :