Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On parle beaucoup de retrouver son enfant-intérieur...Il n'y a pas de hasard, c'est cette soif de connaître le Royaume, même si on ne l'habille pas avec ces mots, qui nous pousse à chercher à retrouver l'enfant-intérieur, l'enfant que nous étions et, en fréquentant les tréfonds de notre conscience, par la méditation.

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

Si vous tenez à partager ce texte, copiez-collez son adresse

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

Jésus a dit, entre autres choses : «... si vous ne devenez comme les petits-enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume » (Matthieu 18:3). Ce Royaume, dont Jésus parlait, n'est pas celui des cieux, car Jésus a dit aussi que ce Royaume était « au-dedans et au dehors de nous » (Thomas loggion3). Ce Royaume, c'est ce qu'en Inde certains nomment « Satçitananda » ou la parfaite conscience de la béatitude.

 

Mais qu'est-ce que les « petits-enfants » ont de particulier qui leur permet d'accéder au Royaume ? L'innocence ? Peut-on, devenu adulte, retrouver cette innocence ? Effacer tout ce que l'on a fait, vu et entendu ? Les petits-enfants ont d'autres caractéristiques, par exemple, ils sont simples et vivent dans l'instant. Voilà des choses possibles à retrouver : la simplicité et la conscience de l'instant !

 

 

Retrouver l'enfant-intérieur

 

 

Quand on pratique les quatre piliers de La Voie depuis un moment, on est de plus en plus friand de simplicité et la pratique du Saint-Nom (la technique) a tendance à nous mettre dans l'instant. Ainsi, à force d'Observance nous pourrions retrouver ces vertus du petit-enfant et connaître le Royaume ? Ce Royaume qui est au-dedans et au dehors de nous, selon Jésus ? Oui ! C'est justement ça le propos de la sadhana !

 

On parle beaucoup de retrouver son enfant-intérieur...Il n'y a pas de hasard, c'est cette soif de connaître le Royaume, même si on ne l'habille pas avec ces mots, qui nous pousse à chercher à retrouver l'enfant-intérieur, l'enfant que nous étions et, en fréquentant les tréfonds de notre conscience, par la méditation, par le service, on s’aperçoit que cet enfant que nous fûmes, nous le sommes encore et que nous le serons toujours. Il ne s'est pas éteint, il n'est pas mort, c'est juste que nous lui avons tourné le dos. La méditation, selon certaines techniques, permet de le retrouver, de s'identifier de nouveau à lui sans pour autant perdre les bénéfices de l'expérience.

 

En pratiquant assidûment la sadhana de La Voie, on ne vieillit pas. Bien sûr que le corps accuse le coup et qu'à soixante-ans on ne ressemble plus à celui que nous étions à douze-ans, mais notre âme reste intacte, gardant toute sa fraîcheur. Le corps et le mental vieillissent, pas l'âme, alors, vous voulez vous identifier à qui ? À quoi ? À ce qui vieillit et meurt ou à ce qui ne vieillit pas ni ne meurt ? Le choix vous appartient.

 

 

La Grâce

 

 

Quand on est « dans le Saint-Nom », quand on pratique sa technique, on est dans l'instant, autant qu'un petit-enfant. C'est tout l’intérêt de cette technique, justement ! Le but de La Voie n'est pas de rester jeune, il y a des anti-oxydants pour ça, le but est de retrouver le Royaume, l'endroit dont nous sommes originaires et où nous sommes appelés à retourner. C'est le but de la vie humaine.

 

Il y a quelque chose de merveilleux qui fait de notre existence une belle aventure, c'est la Grâce. Les chrétiens disent : « Providence ». Je l'ai expérimenté, vécue tant de fois dans ma vie. Vous savez, on la remarque le plus quand on n'a plus rien, que l'on est debout, sac au dos, au bord d'une route, sans argent, sans logis, sans parents, ni amis en route pour ailleurs, sans savoir vraiment où et que l'on arrive toujours en des endroits où le bonheur nous accueille. Je pourrais raconter tant d'anecdotes où la Grâce (ou providence) était manifestement à la manœuvre. Mais je sais que tout un chacun a déjà vécu des expériences de cette sorte, où les synchronicités, comme on dit aujourd'hui, nous laissent entrevoir une bienveillance du destin.

 

La Grâce est toujours en action, c'est elle qui est la chorégraphe de la danse divine. Les Indiens (des Indes) disent la Lilà de Dieu, le jeu qu'il joue avec ses créatures. Lao-Tseu disait : « La vertu du Tao ». Le truc, c'est d'en avoir conscience, ou pas. Quand on a conscience de la Grâce, elle existe pour nous. Quand on n'a pas conscience de la Grâce, elle n'existe pas, pour nous. Le fait d'en avoir conscience fait toute la différence. La pratique assidue du Saint-Nom donne cette conscience de la Grâce.

 

Est-ce qu'il suffit d'être simple, la conscience dans l'instant pour connaître le Royaume ? Oui...mais vous verrez vite que la simplicité n'est pas simple quand on n'est pas simple ! Tout est là. Des artistes, des artisans savent combien la simplicité est difficile à atteindre. Pour certains, qui deviennent des trésors vivants, c'est le travail de toute une vie !

 

Jésus a dit, un jour, à Nicodème, un de ses amis et disciple, à Géthsémani, qu'il fallait accepter de mourir (en esprit) au vieil homme si on voulait renaître (en esprit) au Royaume. (jean 3:1-21). Il faut faire un sacré tri dans sa tête et dans sa vie pour mourir, même en esprit, au vieil homme (le vieux soi) ! Il faut en balancer de vieilles certitudes, d'idées toutes faites, de vanités. Combien le veulent ? Pour redevenir simple, comme un petit-enfant, il faut supprimer tout ce qui est compliqué et qui va vous dire ce qui est simple et ce qui est compliqué ? Il faudrait un maître-étalon de la simplicité, mais il existe, ce maître-étalon ; c'est le Saint-Nom !

 

La sadhana de La Voie, ses quatre piliers ont cette vocation : permettre de retrouver la simplicité et la conscience de l'instant et ainsi, laisser mourir le vieil homme pour renaître au Royaume.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers et observez l'agya. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #enfant, #simplicité, #spiritualité, #royaume, #lavoie, #bonheur, #méditation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :