Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les désirs sont, la plupart du temps, les ennemis de la paix-intérieure, surtout quand on leur cède, car ils n'apportent jamais la satisfaction ; dès que désir est satisfait, un autre le remplace, alors qu'un besoin c'est autre chose : quand on a un besoin de manger, on mange et on est contant, satisfait mais un désir non !

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

Si vous tenez à partager ce texte, copiez-collez son adresse

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

Pour savoir qui l'on est on doit connaître les différentes parties de nous. Si on ne connaît que notre corps, qui change chaque année, et notre mental, c'est-à-dire nos pensées, nos idées, nos souvenirs, nos émotions, on ignore l'âme. C'est quand on connaît l'âme, (le vrai soi) que, par comparaison, on se rend compte de ce qu'est le mental. Tant qu'on est identifié à lui, on ne sait pas qu'on est une âme qui s'identifie au mental.

 

On peut aussi ne pas se poser de questions, et vivre simplement, en ne sachant pas de quoi nous sommes faits. L'âme, on appelle ça « le cœur », la sensibilité, l'enfant intérieur, le côté féminin. On se connaît comme âme, seulement quand on peut se mettre dans un « endroit » où on voit le mental de l'extérieur et ça ce n'est possible qu'en pratiquant la méditation profonde. En sortant de méditation un peu profonde, ça nous apparaît évident que, pendant ce temps où nous étions dans cette méditation un peu profonde, nous n'étions pas dans le même paradigme, que lorsqu'on ne médite pas. Donc on fait la relation, on se dit : « Ah oui, oui, peut-être c'est là, l'âme, c'est là ! C'est l'âme ».

 

On s’aperçoit aussi que si on compte trouver la paix avec le mental, on se trompe ! Même s'il y a des gens équilibrés, dans la vie, qui s'entendent très bien avec leur mental ! Et c'est peut-être même une majorité des gens. Pourtant le mental est toujours beaucoup, beaucoup, beaucoup plus compliqué, complexe, sophistiqué, actif que le « non-mental », l'état de méditation.

 

Méditation, ça veut tout dire et rien dire ! On le sait, je ne vais pas faire un cours sur la méditation. Quand je parle de méditation, je parle de celle de La Voie. L'état de méditation est quand même plus calme, plus paisible, plus satisfaisant que l'état de non-méditation. C'est vrai que, quand on médite, que ce soit d'une façon très formelle, sur un coussin de méditation, en étant complètement immobile, les yeux fermés, dans un milieu très silencieux, on est dans un état de conscience modifié (EMC). Quand on connaît l'état de paix de la méditation, on se rend compte que c'est seulement dans cet état qu'on est satisfait.

 

En fait, tout dépend de ce que l'on veut satisfaire ! Si on veut satisfaire son mental, la méditation ce n'est pas l'idéal. Ce qui est idéal, c'est la lecture, le cinéma, les voyages, les discussions, plein de choses passionnantes que l'on peut faire, dans la vie. C'est très bien tout ça, il faut un temps pour chaque chose. Le mental est satisfait de découvrir, d'apprendre. Quand le corps et le mental fonctionnent de concert, sans l'âme, alors le mental a une obsession : satisfaire ses désirs, qu'ils soient sexuels, alimentaires, hédonistes. Certaines personnes sont amorales et satisfont leurs désirs sans s'occuper de l'autre ; ils le chosifient. L'important, pour eux, n'est pas le partage, mais la satisfaction de leur désir. Alors ils volent, ils violent, c'est vraiment le côté obscur. Tout le monde n'est pas comme ça et tant mieux !

 

Si on veut satisfaire l'âme, alors, les voyages satisfont l'âme aussi, mais le mieux c'est la méditation. En fait, les désirs sont, la plupart du temps, les ennemis de la paix-intérieure, surtout quand on leur cède, car ils n'apportent jamais la satisfaction ; dès qu'un désir est satisfait, un autre le remplace. Si on aime la paix, qu'on est quelqu'un de paisible, quelqu'un de l'intérieur, alors on n'aura de cesse, dans la vie, de trouver cette paix. Si on ignore notre dimension spirituelle et qu'on cherche la paix, alors on trouvera la paix dans des choses paisibles, comme caresser un chat, boire un thé sur une terrasse, devant un beau jardin, en écoutant de la musique. C'est mental mais ça nous apportera de la paix, ces choses-là. En fait, toutes ces choses, qui nous apportent la paix, sont des reflets de la paix-intérieure, comme la lune qui brille, est le reflet du soleil.

 

Quand on sait qu'on est l'âme, qu'on arrive à faire « un pas de côté », par la méditation, alors on a soif de paix au-delà du mental, de paix spirituelle. C'est un cercle vertueux, on est de plus en plus spirituel. Ça n'empêche pas de lire un bon roman, d'écouter une musique qui nous plaît, de caresser un chat ronronnant, de se promener dans une forêt avec son chien, de partager un bon repas avec des amis, tout ça sont des choses en plus, dans notre vie, c'est la cerise sur le gâteau, mais l'essentiel c'est l'âme et la paix de l'âme. C'est ce que l'Homme veut, fondamentalement et tant qu'il ne va pas à la quête de cette paix de l'âme, l'Homme ne sera jamais satisfait, jamais.

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les trois piliers et observez l'agya. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #désirs, #satisfaction, #âme, #mental, #spiritualité, #bonheur, #lavoie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :