Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La lumière-intérieure nous éclaire, pas tellement comme une lumière physique dissipe les ténèbres physiques, mais à la manière de la connaissance (non-apprise) qui éloigne l'ignorance (ou nescience). Cette lumière est une manifestation tangible du Saint-Nom. Le Saint-Nom c'est la vie, la lumière, la musique, l'amour et la paix.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la lumière intérieure et le Saint-Nom.
Il y a une lumière qui brille à l'intérieur de nous, une vraie lumière !

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

Dans certains films d'horreur, on nous montre quelqu'un dont la torche s'éteint et c'est la panique ! C'est comme si, dans ces ténèbres où la personne se trouve quand la lumière s'éteint, il pouvait y avoir des vélociraptors, prêts à lui sauter dessus. La personne, ainsi dans le noir, peut devenir folle de terreur. Elle projette, sur l'écran noir, toutes ses peurs. Elle les voit, elles deviennent réelles.

 

 

C'est vrai que beaucoup d'histoires, de croyances, de mythes sont nés des ténèbres, de l'ignorance, de la confusion et de la peur. Avant l'électricité seuls les riches pouvaient s'éclairer. Une bougie de suif coûtait cher et les pauvres, dès la nuit tombée, se trouvaient plongés dans le noir jusqu'au lendemain et c'est là que sont nés beaucoup de ces histoires qui font peur ! Sur le noir, les fantasmes de l'esprit sont projetés comme un film.

 

 

 

Le monstre de l'armoire

 

 

 

J'ai vu, dans la vie, certaines fois et avec certaines personnes à quel point elles pouvaient être paniquées dans le noir. On a beau leur dire « sois raisonnable, il n'y a rien », allumer la lumière, elles restent terrifiées par leurs visions. Quand la lumière est allumée, elles se calment, mais dès qu'on l'éteint, elles sont terrifiées. Elles voient, de nouveau, un monstre au sommet de l'armoire. Alors dans une chambre ce n'est pas très grave, car on a une protection efficace, c'est la couette.

 

 

En caricaturant beaucoup, c'est ça, avec la lumière-intérieure du Saint-Nom. Elle dissipe les ténèbres et elle éloigne les fantômes, les fantasmes, les monstres suscités par l'esprit. Vous savez, la lumière-intérieure, que l'on peut voir en méditation, quand on pratique la technique dite « de la lumière », c'est une vraie lumière, pas une image, une allégorie. Cette lumière est en nous, mais il n'y a pas que cette lumière, en nous, il y a le Saint-Nom (ou Verbe ou Parole, etc.), il y a la musique (nada, ou sons « anahata » -non-produits-), il y a la Grâce. Si on ne voit pas la lumière, ou peu, la Grâce est là quand même !

 

 

 

La lumière nous éclaire

 

 

 

La lumière-intérieure nous éclaire, pas comme une lumière physique dissipe les ténèbres physiques, mais à la manière de la connaissance (non-apprise) qui éloigne l'ignorance (ou nescience). Bien sûr que, quand on la voit, cette lumière-intérieure éclaire, plus ou moins fortement, ce n'est pas un fantasme, une hallucination, mais en dehors de ça, la lumière de la connaissance n'est pas seulement cette lumière que l'on voit, en fermant les yeux et en pratiquant la technique, cette lumière blanche et/ou dorée... Cette lumière est une manifestation tangible du Saint-Nom. Le Saint-Nom c'est la vie, la lumière, la musique, l'amour et la paix.

 

 

La lumière de la connaissance dissipe les monstres du mental, les peurs et les doutes. On dit, en Inde, qu'un guru est celui qui dissipe les ténèbres de l'ignorance par la lumière de la connaissance. C'est de ça dont je parle ici. Mais la connaissance en question n'est pas comme les connaissances apprises dans les livres, elle est intime, intérieure et non conceptuelle. Cette connaissance éloigne la peur.

 

 

Dès que l'on s'éloigne un peu de cette connaissance, parce que l'on cesse de pratiquer, la peur de l'ignorance revient, comme pour cet homme avec sa torche. Dans l'ignorance tous les fantasmes naissent et se renforcent jusqu'à nous paraître réels. On construit des religions, dans l'ignorance. Quand on rallume la lampe, c'est-à-dire que l'on reprend la pratique, que l'on médite, que l'on a satsang, que l'on reste dans le service, aussitôt la lumière revient et les peurs, les doutes s'évaporent comme la brume, en forêt, quand le soleil se lève.

 

 

Les ténèbres de l'ignorance disparaissent dès que la lumière de la connaissance apparaît. Les fantasmes, les doutes, les peurs, la souffrance attachés aux ténèbres disparaissent quand les ténèbres disparaissent. On revient dans le présent, à la réalité vraie de la conscience et c'est comme de se réveiller d'un mauvais rêve.

 

 

Dans les ténèbres de l'ignorance on se sent vide, sans valeur. Dans la lumière de la conscience on sait la valeur qui est la nôtre, on se sent aimé. Quand notre conscience est allumée, elle éclaire tout.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #méditation, #spiritualité, #bonheur, #lavoie, #satsang, #lumièreintérieure, #bouddha

Partager cet article

Repost0