Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On ne peut pas attacher construire sa réalisation spirituelle sur quelque chose de changeant, d'éphémère, de multiple, alors ? Sur quoi peut-on la bâtir ? Comme les bâtisseurs de grattes ciel creusent profond, pour trouver un socle rocheux sûr, le chercheur de vérité, l'initié pratiquant, va chercher profond, en lui, une base à sa vie. Cette base, c'est le Saint-Nom (ou Verbe, ou Parole).

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

Si vous tenez à partager ce texte, copiez-collez son adresse

 

Télécharger le fichier audio

 

 

 

 

 

 

Dans notre vie avec La Voie, il y a deux faces ; une où tout bouge tout le temps, où tout est changeant, une autre où ça dure, où ça ne change jamais, où c'est stable. Ce qui bouge et qui change tout le temps, c'est le monde que nos sens, tournés vers le dehors, peuvent voir, entendre, goûter, toucher, sentir. C'est la Terre qui tourne autour du Soleil, la Lune autours de la Terre, c'est les saisons qui changent, la météo, les jours, notre humeur, les nuages dans le ciel, etc.

 

Nous aussi nous changeons, au moins physiquement. Quand on voit, à la télé, des photos, ou des films assez vieux, on ne reconnaît pas les comédiens qui y jouent et qui, encore vivants, n'ont plus, mais plus du tout, la tête de leurs vingt ans : ils ne se ressemblent plus !

 

 

Les deux faces

 

 

Ces personnes ont changé à un point qu'elles ne se ressemblent plus, mais il est une chose, en eux, qui n'a jamais changé, depuis leur naissance et qui ne changera pas jusqu'à leur mort...cette « chose » c'est eux, au fond, c'est leur âme ! Là, on est passé de la face mouvante, celle du multiple, à la face fixe, stable, inchangeante, celle de l'Unité.

 

Le monde du multiple, du changeant, du provisoire est comme un tourbillon où nous serions entraînés, ainsi notre humeur, notre santé, notre âge, notre caractère, nos pensées, nos émotions changent sans cesse et l'âme, qui n'y trouve pas son compte, en a la nausée, parfois ! Les choses nous semblent cohérentes, parce qu'elles bougent en même temps que nous, mais si nous réalisions l’impermanence des êtres et des choses, auxquels nous sommes attachés, on ne pourrait plus vivre.

 

Les choses changent tout le temps et comme notre mental est appairé avec les choses, on ne ressent pas ces changements, ou pas au point où ils changent, et l'urgence de la situation ne nous apparaît pas. Certains, attirés par la spiritualité, se disent : « J'ai le temps, je verrai ça plus tard » Mais plus tard arrive vite, et on ne le reconnaît pas, le prenant pour aujourd'hui. Parce que l'on a mis notre conscience dans notre mental, s'identifiant à lui, on est dans le même continuum spatio-temporel que l'éphémère, le changeant, le multiple, on ne se rend compte de rien.

 

 

Se désynchroniser

 

 

Pour peu que l'on pose sa conscience sur la face de la vie, avec La Voie, où se trouve ce qui est, ce qui dure, ce qui est unique, un avec le Tout, on se rend compte d'à quel point l'éphémère, l'illusion changent vite, ne durent pas et possèdent une force capable de nous prendre et de nous entraîner avec eux. Alors il ne nous reste plus qu'à approfondir encore l'attention que l'on porte au Saint-Nom.

 

Les vrttis, ou « fluctuations du mental », selon le yogasûtra, ne sont pas les seules fluctuations qui agitent notre dimension. Le monde est remué en tous sens par d'autres fluctuations que celles du mental. Jean-Claude Van Damme aurait dit, selon certaines mauvaises langues : « Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien », c'est aussi valable en spiritualité. Si tout bouge tout le temps, et que tu bouges avec tout, rien ne change...tu n'évolue pas. Désynchronise-toi du mental ainsi, tu avancera sur La Voie.

 

 

De bonnes fondations

 

 

On ne peut pas attacher construire sa réalisation spirituelle sur quelque chose de changeant, d'éphémère, de multiple, alors ? Sur quoi peut-on la bâtir ? Comme les bâtisseurs de grattes-ciel creusent profond, pour trouver un socle rocheux sûr, le chercheur de vérité, l'initié pratiquant, va chercher profond, en lui, une base à sa vie. Cette base, c'est le Saint-Nom (ou Verbe, ou Parole).

 

Une petite parenthèse : il y a plusieurs choses, que l'on nomme ainsi. Il y a le Saint-Nom, que Lao-Tseu désignait par le mot composé « vertu-du-Tao », l'énergie de Dieu qui donne vie à toutes choses et que l'on est capable de percevoir de son vivant, et il y a la technique de méditation, qui permet d'avoir conscience du Saint-Nom. La conscience du Saint-Nom et la technique de méditation, qui permet cette conscience, portent le même nom. La base, sur laquelle construire notre réalisation spirituelle, c'est la technique. Le Saint-Nom lui-même, ou Verbe, nous n'avons aucune prise sur Lui !

 

Si on veut la stabilité, pourquoi construire sur du sable mouvant ? C'est ce que fait l'être-humain, quand il cherche son bonheur uniquement dans le monde de ce qui fluctue. Les choses fluctuantes sont aussi capables de nous donner un certains bonheur, des joies, du plaisir, de la tendresse, mais pour ce qui est de la sécurité, de l'accomplissement de l'éternité, c'est autre chose ! Nous avons deux jambes, et les pieds qui vont avec, pour marcher, ça ne nous viendrait pas à l'idée d'aller à cloche-pied ! Il nous faut joindre l'éphémère, le fluctuant, le multiple à l'éternel, au stable et à l'Unité. Comment faire ? C'est le propos de la sadhana de La Voie, avec le service, par exemple, et pour ne citer qu'un de ses trois piliers.

 

Dans le service on évolue dans la Màyà, l'éphémère, le fluctuant, le multiple, tout en gardant son attention posée sur ce qui dure, qui est stable et uni, c'est à dire, sur le Saint-Nom (la technique). Si je veux me retrouver, débarrassé des vrttis, des déchets, des émotions, des pensées, des spéculations mentales, des peurs, des doutes, etc. Je dois mettre mon attention en moi, quelque part où le multiple, le mouvant ne peut entrer. C'est l'utilité de la méditation (profonde) qui est un autre des trois piliers de La Voie.

 

Il y a toujours, dans la vie, des facteurs extérieurs qui viendront nous empêcher de le faire, mais il y a aussi toujours des circonstances où c'est plus facile, alors faites-le régulièrement (Pratiquez la technique), afin de ne pas rater ces moments favorables. C'est à cause de ça que la constance, dans l'Observance, est importante.

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les trois piliers et observez l'agya. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #construire, #vérité, #lavoie, #yogaoriginel, #yoga, #méditation, #hansyoganand, #bonheur, #spiritualité, #spirituality, #positive

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :