Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour un dévot, le donjon où se réfugier n'est pas le soi, mais l'amour de Dieu, plus particulièrement le Saint-Nom, qui est la seule constante de notre vie. Rien n'est si vrai, si sûr, si constant que le Saint-Nom. Il est le socle sur lequel construire notre vie. Le goût de la vraie vie, son parfum, c'est le Saint-Nom.

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

Si vous tenez à partager ce texte, copiez-collez son adresse

 

Télécharger le fichier audio

 

 

 

 

 

 

Quand on est parent, on ne se préoccupe pas de son propre bonheur. C'est le bonheur, le bien-être, la santé, l'épanouissement, l'avenir des enfants qui comptent. Tout ce que l'on fait, c'est pour le bien des enfants. Nos enfants ne le méritent pas, ils ne sont pas meilleurs que les autres ! Mais ce sont les nôtres. C'est la marche des choses, tous les mammifères sont comme ça. Les humains ne font pas exception.

 

 

Le dévot

 

 

Le dévot, l'amoureux de Dieu est comme ça avec Dieu, sauf que Dieu n'est pas notre enfant, au contraire ! Le dévot se préoccupe de Dieu...Et de ses enfants, s'il en a, et de ses parents, et de ses amis, et de ses collègues, etc. L'agya dit bien qu'assumer ses devoirs, ses obligations est essentiel.

 

Même si on aime Dieu plus que soi-même, si c'est sa force (Saint-Nom) qui nous donne la vie à chaque instant, si une part de lui est en nous, on ne peut en vivre que la périphérie. C'est comme si on était allongé sur l'herbe, avec le soleil droit au-dessus. On profite de sa chaleur, mais à la marge et heureusement ! Trop se rapprocher du soleil est mortel ! Durant notre incarnation, trop se rapprocher de Dieu est invalidant : quand la conscience se fond, en soi, dans la lumière de Dieu (nirvikalpa-samadhi), on ne peut rien faire que de la contempler, mais nous n'avons pas que ça à faire dans la vie.

 

Dieu est infini, il est le créateur de tout l'univers et de sa banlieue ! Il n'est pas suspendu dans le rien, il n'est pas né du big-bang. Il est en même temps infini et intime. Notre intimité la plus profonde est faite de Lui. Pas Lui en entier, il est infini et pas nous, mais un peu de Lui, suffisamment pour que nous soyons en vie. Une goutte d'eau de mer n'est pas l'océan. Nous sommes des gouttes d'eau. La différence entre nous et Dieu est bien plus grande qu'entre une goutte d'eau et l'océan. Dieu étant infini, nous finis et impermanents, la différence entre l'infini et le fini est infinie !

 

 

L'âme est amoureuse

 

 

Donc on aime Dieu et on aime l'aimer, car ça nous amène la satisfaction de l'âme, dont la vocation est de l'aimer. L'âme est tournée vers Dieu comme le tournesol a la réputation de l'être vers le soleil. Plus notre conscience est identifiée à l'âme plus nous aimons Dieu. Nous sommes l'âme...pas seulement mais essentiellement. D'habitude nous, l'âme, nous nous identifions au mental, à notre personnalité, à nos connaissances apprises, à notre caractère, à nos idées, à nos sentiments, à nos émotions, à nos souvenirs, à notre fonction sociale mais quand, par la pratique profonde d'une spiritualité vraie, nous nous identifions à l'âme et nous réalisons que le mental est un outils du corps. Alors nous aimons Dieu.

 

 

Le principe de réalité

 

 

Cette conscience retrouvée, cet amour pour Dieu revenu, ça ne nous empêche pas de vivre les vicissitudes habituelles à l'humain, celles du mental, comme celles du corps vieillissant. La société humaine, imparfaite, ne nous épargne pas, parfois. Mais d'aimer Dieu nous donne la conscience de Sa Grâce et cette conscience nous aide à surmonter les épreuves de la vie humaine. Il existe une harmonie suprême, celle de Dieu et de l'aimer nous fait appartenir à cette harmonie et notre existence s'en voit grandement imprégnée.

 

La Voie est une pratique, une sadhana, qui nous permet ça : d'être conscient que nous sommes l'âme et que la Grâce de Dieu règne sur le monde et sur notre vie. C'est son propos, à La Voie, sa raison d'être. Il n'empêche que nous ne sommes pas toujours conscients de cette harmonie fondamentale. Il faut admettre le principe de réalité. Avant d'être constants, dans l'Observance, il y a du travail ! Ce n'est pas grave : on n'a pas besoin d'être parfait pour aimer Dieu. De ne pas être en forme ne nous empêche pas d'aimer Dieu. C'est ce qui compte !

 

Le fait d'aimer Dieu et de s'oublier soi, nous fait oublier aussi une grande part de notre vanité et de nos soucis. Quand on est occupé à autre chose qu'à soi, c'est ainsi, la vie se fait plus légère. Être libéré de l'égocentrisme est une si bonne chose ! L’égocentrisme est de plus en plus fort, dans nos pays dits riches. Tout semble s'écrouler autours de soi : les trente glorieuses sont terminées (Trente années de développement de la France après-guerre), le Parti communiste et socialiste n'existent plus, le capitalisme victorieux ne fait pas le bonheur de tous, le réchauffement planétaire nous prévoit des lendemains qui déchantent, alors on se réfugie dans le donjon du soi. C'est normal.

 

Pour un dévot, le donjon où se réfugier n'est pas le soi, mais l'amour de Dieu, plus particulièrement le Saint-Nom, qui est la seule constante de notre vie. Rien n'est si vrai, si sûr, si constant que le Saint-Nom. Il est le socle sur lequel construire notre vie. Le goût de la vraie vie, son parfum, c'est le Saint-Nom.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les trois piliers et observez l'agya. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #saintnom, #amour, #dévotion, #bhakti, #lavoie, #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #spirituality, #bonheur, #méditation, #positive, #hansyoganand

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :