Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On doit agir en fonction de notre conscience, faire ce qui nous paraît juste. Ensuite, si cette personne ne le mérite pas, tant pis. On ne fait pas les choses en fonction des mérites de ces gens, mais en fonction de ce que dit notre conscience. On doit faire, pour cette personne, ce qui nous paraît juste. Ensuite, si cette personne ne le mérite pas, tant pis.

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

On a les quatre piliers, nous qui sommes des pratiquants, pour nous occuper la journée en gardant notre attention au bon endroit, nous avons le service, nous avons le satsang, nous avons la méditation et les angas, c'est-à-dire L'agya. Dans la journée, avec nos proches, notre famille, nos enfants, nos épouses, nos époux, nos collègues de travail, nos voisins, nos parents, nos frères, nos sœurs, les usagers de la route et des allées de supermarchés, on a des interactions et nous, ce que nous devons faire, c'est d'être dans le non-agir et en même temps on réagit aux stimuli de la vie ! Nous ne sommes pas seuls au monde, et tant mieux, on s'ennuierait. On a besoin les uns des autres, au moins la compagnie de quelqu'un. On ne peut pas rester seul tout le temps ! Même avec tout l'amour du Saint-Nom, nous n'avons pas été faits, par Dieu, pour rester complètement solitaires.

 

 

 

Comment réagir ?

 

 

 

Alors, comment interagir ? Comment faire ? Avec quelqu'un de proche, comment agir, en cas de conflit ? C'est notre sœur, c'est notre frère, c'est notre fils, notre époux, notre épouse, etc. Comment réagir de la juste façon ? En ayant la bonne posture ? Est-ce que c'est en étant patient ? En pesant le pour et le contre de ses actes, de ses paroles ? Doit-on, alors, se comporter, vis-à-vis de cette personne, en fonction de ses points ? On récompense le bien et on punit le mauvais ? Ce n'est pas ça, le juste comportement. Alors ça, c'est le juste comportement dans le management. Si on veut se comporter comme un manager, on utilise des méthodes managériales, mais ce n'est pas la juste façon.

 

 

La juste façon, pour nous les pratiquants de La Voie, c'est 1 : le détachement et 2 : observer le quatrième pilier de l'agya qui nous dit d'assumer nos responsabilités vis-à-vis des gens qui dépendent de nous. À partir du moment où l'on a une responsabilité vis-à-vis de quelqu'un, un chien, un chat, un hamster, une fille, un fils, que ce quelqu'un dépend de nous pour vivre, ce qui est typique d'un enfant, par exemple, on doit s’acquitter de nos responsabilités. On n'a pas le choix.

 

 

On ne doit pas s'occuper d'une personne en fonction de son comportement. On s'occupe de cette personne en fonction de notre conscience. On doit faire, pour cette personne, ce qui nous paraît juste. Ensuite, si cette personne ne le mérite pas, tant pis. On ne fait pas les choses en fonction des mérites de ces gens qui dépendent de nous, mais en fonction de l'idée que l'on se fait de ce que sont nos devoirs.

 

 

Ce qui est essentiel, c'est de faire ce que notre amour pour Dieu nous pousse à faire. Notre comportement ne doit pas dépendre du comportement des gens, dont nous avons la charge. Sauf si cette adaptation de notre comportement, a pour but de servir de leçon, d'aider cette personne à s'améliorer pour sa vie future. On ne fait pas les choses pour punir, ni parce que ça nous soulage ; mais pour son bien. Qu'est-ce qui peut faire que l'on reste toujours dans le « juste » ? C'est le détachement. Le détachement, c'est moins évident quand c'est quelqu'un de proche.

 

 

 

Le détachement

 

 

 

Le détachement est le seul moyen d'y arriver, ça évite la rancune... Le détachement ce n'est pas l'indifférence. C'est juste l'attachement au Saint-Nom. Pour être détaché d'une pensée négative, que j'ai à propos de quelque chose ou de quelqu'un, comment dois-je faire ? Je ne dois pas produire une pensée positive, qui viendrait contrebalancer ma pensée négative. Pour se détacher d'une pensée négative, à propos de quelqu'un, d'un chef ou d'un collègue de travail, envers qui on a du ressentiment, de la rancune, de la colère, qui laisse poindre une vengeance à venir, il faut être dans le Saint-Nom et ne pas tenir compte de l'autre, juste tenir compte de soi, de ce que l'on estime juste et injuste.

 

 

Ce qui est juste, c'est de faire ce qui est prévu que l'on fasse. On ne dose pas nos efforts vis-à-vis de quelqu'un, ou de quelque chose, en fonction de ce quelqu'un ou de ce quelque chose. Si on doit s'occuper d'un chat et que ce chat ne nous fait pas de câlins et nous griffe, on ne va pas le laisser mourir de faim ! On fait le maximum et si ce chat était câlin, et ronronnait, on ne pourrait pas s'en occuper mieux, tellement on fait déjà le maximum sans qu'il ait besoin de nous le rendre. Ensuite, s'il nous le rend, c'est la cerise sur le gâteau ! C'est en plus... « Occupe-toi en premier du Royaume et tout le reste te sera donné en plus ». (Matthieu 6:33).

 

 

Le minimum, c'est de faire ce que l'on a à faire en se détachant de notre vanité. On a des concepts sur comment quelqu'un devrait se comporter vis-à-vis de nous, par rapport aux liens qui nous unissent, ça ce sont nos concepts. On ne peut pas assumer ses devoirs, vis-à-vis de quelqu'un, en considérant comment il respecte sa part du marché. Ce n'est pas comme ça que ça fonctionne. Nous faisons les choses en fonction de nous. Est-on détaché de nos propres concepts ? De notre vanité ?

 

 

 

Se comporter comme on est

 

 

 

Si on passe sa vie à agir en fonction de nos concepts, de ce que l'on estime bien ou mal, et qu'on le projette sur l'autre, on est toujours dans le jugement, on essaie de voir si l'autre se comporte bien ou mal, et on ne passe pas sa vie dans le Saint-Nom. On dirige sa vie et le capitaine du bateau de notre existence devient notre intelligence, nos concepts et nos émotions, nos sentiments. On laisse diriger notre vie par nos sentiments, nos émotions, nos concepts, nos idées, nos pensées. On va alors se comporter de telle façon, avec telle personne, parce qu'elle se comporte de telle façon avec nous et nous faisons de telle autre façon, avec telle autre personne pour la même raison.

 

 

Quand allons-nous nous comporter comme on est, nous ? Quand allons-nous nous comporter avec justesse ? Dire la juste parole, faire l'acte juste ? Poser un acte juste ne se peut que si vous êtes dans la bonne posture-intérieure, dans le bon endroit. Si vous êtes dans le bon endroit, avec le juste état d'âme, vous faites l'acte juste. Le seul moyen d'être juste, dans le bon endroit, c'est d'être dans le Saint-Nom ! Les choses sont simples : observez les piliers de l'agya. Il n'y a pas à juger les gens. Ce n'est pas facile, bien sûr ! Mais dès que vous le pouvez, revenez dans le détachement, en remettant tout ça dans le Saint-Nom, en pratiquant la technique.

 

 

Ce n'est pas grave d'aller d'un côté, puis d'un autre, d'être imparfait, l'important, c'est de revenir dès que possible. L'attachement au Saint-Nom, par sa pratique, c'est vraiment le détachement du reste. C'est le seul moyen de se détacher de notre vanité, de nos concepts, de nos idées, de nos rancunes, de nos pensées, des actes des autres. Si on réagit toujours aux actes, aux paroles des autres, ce sont les autres qui dirigent notre vie. Laissez Dieu diriger votre vie, et pour ça lâchez la barre. Laissez la barre entre les mains de Dieu, de Sa Grâce. Pour que ce soit Dieu qui dirige votre bateau, il faut absolument se remettre en son Saint-Nom. Sans même faire le tri entre ce qui est juste et pas juste.

 

 

Faites ce que vous avez à faire, comme vous devez le faire et quand vous devez le faire, sans vous occuper ni des autres ni de vous-même. Faites les choses pour Dieu, comme si Dieu vous voyait les faire, et si l'autre ne le mérite pas, tant pis pour lui ! C'est son problème, pas le vôtre. Si l'autre ne mérite pas ce que vous faites pour lui, ce n'est pas grave pour vous, c'est grave pour lui. Ça ne vous enlève rien de faire les choses bien, quand l'autre ne le mérite pas. Ce n'est pas parce que vous allez baisser votre niveau d'exigence, vis-à-vis de l'Observance et de vous-même ; que ce sera juste. Ce sera peut-être plus équilibré, par rapport au comportement de l'autre, mais par rapport à ce que vous devez à Dieu, dans votre vie, ce sera juste bête. Vous aurez obéi à vos concepts, pas à l'agya. L'important, c'est d'obéir à l'agya, de pratiquer les piliers et de mettre en premier le Royaume.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #juste, #faire, #dire, #spiritualité, #lavoie, #méditation, #devoirs

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :