Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'ai déjà pris cet exemple du vélo pour expliquer la dynamique du service. Je disais que tant que l'on pédalait, on avançait. Quand on cessait de pédaler, le vélo continuait d'avancer, pendant un petit moment, emporté par la force d'inertie. Si on est dans une côte, le vélo s'arrête vite. Dans la vie, la côte c'est les aléas, les soucis, les problèmes qui peuvent facilement vous inquiéter, vous rendre confus.

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

J'ai déjà pris cet exemple du vélo, pour expliquer la dynamique du service. Tant que l'on pédale, on avance. Quand on cesse de pédaler, le vélo continue d'avancer, pendant un petit moment, emporté par la force d'inertie, mais finit toujours par s'arrêter. Si on est dans une côte, le vélo s'arrête vite. Dans la vie, la côte, c'est les aléas, les soucis, les problèmes qui peuvent facilement inquiéter, rendre confus. Quand tout va bien, on continue d'avancer sans pédaler. Puis vient le moment où l'on sent que le vélo va tomber, on reprend le pédalage.

 

Pour en revenir au service, quand on cesse de pratiquer le Saint-Nom, durant un temps tout va bien, on est bien, grâce à l'élan, mais arrive vite le moment où l'on doit recommencer à donner un peu de notre attention au Saint-Nom, par la pratique de la technique. Une chose à éclaircir : on peut ressentir le Saint-Nom, son feeling, sans pratiquer la technique, comme on peut pratiquer la technique sans ressentir le Saint-Nom et on peut ressentir le Saint-Nom, en pratiquant la technique. Quoiqu'il en soit, la technique, il faut la pratiquer, pour être dans le service. Il ne s'agit pas seulement d'être bien, mais d'être dans l'Observance.

 

On peut ne pas ressentir le Saint-Nom, pour des tas de raisons, comme, par exemple, un problème hormonal, un dérèglement de la thyroïde, une fatigue excessive, un stress important, un mauvais équilibre nutritionnel, hygiène de vie, un manque de sommeil, d'où l'importance donnée, par l'agya (les  angas), à un bon entretient de son corps, qui est le temple de Dieu.

 

 

On doit faire les choses

 

 

Tout ça, c'est à cause du libre-arbitre... C'est bizarre parce que tout ce qui est important demande à être fait, que nous soyons acteurs. Par exemple, sans effort, nous ne tenons pas debout. Pour ne pas rester couché, ça nous demande de l'énergie. C'est comme voir, ça demande un effort, d'ouvrir les yeux. L'Homme a une tendance naturelle à fermer les yeux. Une fois les yeux fermés, on ne voit plus... Enfin, on ne voit plus les choses du dehors, parce que pour les « choses » du dedans, c'est autre chose !

 

Tout est comme ça, il est toujours nécessaire de faire les choses. Si on ne les fait pas, elles ne se feront pas toutes seules. La Grâce ? La Grâce elle est tout le temps dans nos vies. La Grâce, c'est la volonté divine, son dessein dans notre existence, à travers les choses les plus matérielles. Quand on cherche du travail, en trouver, quand on fait du stop, quelqu'un s'arrête, quand on a faim, quelqu'un nous offre à manger. Tous ces événements nous disent que la Grâce est dans notre vie. Elle est toujours dans notre vie, la Grâce !

 

Mais la Grâce ne fait pas les choses pour nous... La voiture s'arrête parce qu'on a levé le pouce, le travail nous est offert, parce qu'on l'a cherché, la nourriture nous est donnée, parce qu'on s'est levé et que l'on était au bon endroit, au bon moment ! Le dicton dit : « Aides toi et le ciel t'aidera » (La Fontaine et Ésope). Jésus disait autrement : « Préoccupe-toi en premier du Royaume et tout le reste te sera donné en plus ». (Matthieu 6:33). C'est ça, il y a toujours des choses à faire et il faut toujours les faire. Si on ne les fait pas, elles ne se font pas et ça, c'est notre libre-arbitre.

 

 

Le libre-arbitre

 

 

Souvent, on aimerait bien abonner son libre-arbitre, on ne peut pas, on est fait comme ça. Prenez la respiration, par exemple, elle n'a pas besoin de nous pour se faire. Elle n'a pas besoin de notre libre-arbitre. Les battements de notre cœur n'ont pas besoin de notre décision. Chaque battement se fait sans qu'on y pense. L'énergie qui nous fait fonctionner, fonctionne sans nous. On n'a pas besoin de réfléchir pour digérer.

 

Mais si on ne fait pas un effort volontaire, on n'a pas conscience de respirer. Ce n'est pas un problème, qu'on ait conscience de respirer ou non, on respire quand même. Mais si on a conscience de respirer, chaque respiration devient un cadeau. Cet exemple est vraiment celui du libre-arbitre type ! C'est comme ça pour la technique du Saint-Nom, c'est comme ça pour le service, le satsang, la méditation.

 

Le satsang est une Grâce : quand nous sommes au moins deux, réunis en Son Nom, alors Il est parmi nous et ça, c'est la Grâce du satsang. Dans le service, on est souvent seul, avec l'amour de Dieu en nous, mais on est seul. Dans le satsang, le darshan, la présence tangible du Saint-Nom de Dieu, cet égrégore puissant, tout ça donne au satsang une vertu que la méditation, ni le service n'ont. C'est pour ça qu'il y a quatre piliers, à l'Observance, et pas un, deux ni trois. La Grâce de la sadhana, des piliers, demande qu'on s'investisse, qu'on se lève pour faire les choses.

 

 

Se libérer

 

 

Ceux qui demandent la Révélation des quatre techniques, pensent que je vais leur envoyer un PDF avec les techniques de méditation. La Révélation ne peut pas s'envoyer par e-mail. La Révélation se fait face à face, par vidéo conférence, et elle dure deux heures. Panoramix dit que la recette de la potion magique se transmet "de bouche à oreille de druide", c'est ainsi pour la recette de La Voie, elle se transmet de maître à disciple. C'est pour ça qu'il faut un maître vivant. Si ce n'était pas utile, il suffirait de lire les livres sacrés, et on aurait toute la connaissance (jnana) nécessaire. Mais la connaissance ne peut pas s'apprendre dans les livres, elle se révèle de bougie allumée à bougie éteinte. Les livres saints, sacrés n'ont pas été rédigés pour apprendre la vérité aux chercheurs ; ils l'ont été pour les disciples, ceux qui avaient déjà eu la Révélation, par le maître vivant de l'époque.

 

On ne se libère pas du cycle du samsara, des incarnations, par la lecture de livres, mêmes sacrés ! Ces livres peuvent nous inspirer, à pratiquer, ils peuvent nous inspirer à aller sur telle ou telle voie, ils peuvent nous montrer la direction, tout au plus. Quand il y a un panneau, nous indiquant la mer, on ne s'arrête pas au pied du panneau... on continue jusqu'à la mer ! C'est comme ça que ça se passe ; c'est toujours volontaire.

 

Quand je révèle les quatre techniques, eh bien, il reste à la personne à pratiquer. Recevoir la Révélation n'est pas le but, c'est le commencement. Il y a beaucoup de gens qui ont l'impression d'être "hors de la matrice" et qui se disent éveillés. Ils ont flairé le piège de la société matérialiste, qui veut cantonner les Hommes à la consommation, alors ils se disent : « Je suis éveillé ! », alors qu'ils sont juste des chercheurs. Des chercheurs qui se croient arrivés ne cherchent plus ! Alors ils ne trouveront pas. Ils voient l'absurdité de la vie qu'on nous propose, alors ils se croient arrivés, meilleurs que les autres. Mais cette vie des Hommes n'est pas si absurde que ça, quand on a eu la Révélation des quatre techniques et que l'on observe les quatre piliers. Alors on peut profiter du monde, du confort de la société, de la sécurité, des soins médicaux, des produits nécessaires à notre vie, et même de certains plaisirs. Quand on est pratiquant de La Voie, le monde ne nous paraît plus aussi absurde.

 

C'est là où l'humilité est utile. L'humilité n'est pas de la modestie, c'est de se dire : « Est-ce que j'ai besoin d'aide ou pas ? Suis-je si fort que ça, ou est-ce que je suis faible ? Est-ce que je sais tout, ou est-ce que j'ai tout à apprendre ? » Quand on a bien tout pesé, on se rend compte que l'on n'est pas fort et que l'on a besoin d'aide, alors on peut en demander. Si vous ne demandez pas d'aide, vous n'en recevrez pas ! Dieu ne va pas vous aider contre votre gré, n'oubliez pas le libre-arbitre ! L'humilité, c'est vraiment la première vertu à cultiver, si on veut entreprendre une démarche spirituelle.

 

La spiritualité n'est pas un hobby ! La spiritualité n'est pas un passe-temps. La spiritualité doit guider toute notre vie. Ce qui n'empêche pas de vivre une vie « normale » ! Vous pouvez aussi vous amuser. La spiritualité, ce ne sont pas les privations. La spiritualité, c'est la vie. Rien, sur La Voie, ne se fait sans votre participation active.

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #grâce, #spiritualité, #bonheur, #méditation, #liberté, #pratique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :