Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les émotions c'est la colère, c'est le ressentiment, la rancune, la certitude d'être mésestimé, de ne pas être traité comme vous le mériteriez, c'est l'incompréhension, etc. Toutes ces émotions c'est vraiment le domaine de la non-conscience du Saint-Nom, le côté obscur de La Force, comme disent les Jedis.

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

C'est paradoxal sur La Voie et plein de choses sont ainsi paradoxales, sur La Voie, parce que c'est en même temps manichéen, dans le sens de Mani, le fondateur de la religion manichéenne, qui parle du bien et du mal, et aussi schématique que la caricature de la religion manichéenne, qu'en font ceux qui ne connaissent pas cette religion. C'est aussi binaire que ça et en même temps, c'est subtil, il y a plein de nuances. Entre la lumière et les ténèbres il y a une infinité de nuances, de pénombres.

 

C'est quand même un peu binaire, quelque part, quand on a le choix d'être du côté lumineux ou du côté obscure de " La Force ", comme diraient les Jedis ! D'une manière un peu plus sérieuse on peut dire que lorsque que l'on est dans la conscience du Saint-Nom et lorsque l'on n'est pas dans la conscience du Saint-Nom, notre « état d'âme », notre mood, c'est le jour et la nuit ! Il faut bien le dire, non pas parce que lorsque l'on n'est pas dans la conscience du Saint-Nom ce soit toujours une catastrophe monstrueuse, il y a plein de gens qui sont équilibrés, simples, pondérés, sobres, positifs, doués pour le bonheur... Vous connaissez cette expression « être doué ou pas pour le bonheur » et qui ne sont pas forcément des gens spirituels. Sûrement que, parmi eux, il en est même qui soient athées ! Sur plus de sept milliards d'individus, on doit trouver tous les cas de figure possibles !

 

 

Être ou ne pas être

 

 

Quand un pratiquant de La Voie, quelqu'un qui a reçu la Révélation des quatre techniques et qui a cette sadhana dans sa vie, cette pratique régulière du service, du satsang de la méditation et des angas, eh bien quand il est dans la pratique de la technique dite du Saint-Nom, à travers le service par exemple, et/ou dans la conscience du Saint-Nom, eh bien tout est simple, tout est clair, tout est harmonieux. Tandis qu'au contraire, quand ce disciple, ce pratiquant oublie de se rendre compte que le Saint-Nom est là, c'est une autre manière de dire : « oublie de pratiquer la technique de méditation dite du Saint-Nom », parce qu'il est tout entier dans ce qu'il fait, ce qu'il voit, ce qu'il entend autours de lui, ses pensées, ses émotions, ses sentiments, ses ressentiments, les choses ne sont plus si simples, si harmonieuses !

 

Je ne veux pas faire la publicité du « mauvais côté de La Force », comme diraient encore une fois les Jedis, parce que tout le monde sait ce que c'est d'être... enfin, tous les disciples savent ce que c'est d'être hors de la conscience du Saint-Nom. Mais c'est fou, parce que vraiment on souffre mentalement, sans pour autant que ce soit une douleur comme celle d'une colique néphrétique ou d'une rage de dent, mais on est dans la confusion, dans un mal-être psychique souvent pour des bêtises ! Pour des choses qui ne sont que des supputations, des appréhensions ! Ou pour ce que quelqu'un nous a dit, ou ne nous a pas dit, ou nous a mal dit, alors on commence à débloquer.

 

 

On se prend la tête pour rien

 

 

Le pratiquant de La Voie, le non pratiquant aussi, même s'ils ne sont pas tous flippés, loin de là, se prennent la tête pour du vent ! Si encore quelqu'un passait derrière nous et nous assenait un coup de batte de base-ball sur la tête, on pourrait se dire qu'il se passe quelque chose, si encore quelqu'un que l'on aime venait à mourir, il se passerait des choses-là, qui justifieraient un coup de mou, mais, je parle du cas où, dans l'existence objective, matérielle, rien ne va mal, sans que ce soit parfait, parce que rien n'est jamais parfait dans cette existence, par définition parce que l'incarnation n'est pas parfaite.

 

Ce qui est parfait, est ce qui n'est jamais né et ne mourra jamais. Nous sommes nés, nous allons mourir, c'est pourquoi nous ne pouvons pas être parfaits, mais quand tout va bien, on ne manque pas d'argent, on ne manque pas d'amitiés, de relations, on est en bonne santé, on mange à notre faim, on est en sécurité, tout va bien ! On arrive quand même à être flippé !

 

S'il y a quelque chose qui ne va pas, imaginer qu'un jour ça puisse aller moins bien... Imaginez, vous allez bien et vous flippez parce que vous pensez que plus tard ça pourrait aller moins bien ! C'est quoi le projet, c'est quoi le plan ? On ne peut pas passer sa vie à être comme une fleur de pissenlit bousculée par le vent, par les sentiments, les impressions, les émotions.

 

Le domaine de la non-conscience du Saint-Nom et/ou le domaine de la non pratique de la technique de méditation dite du Saint-Nom, c'est le domaine de l'émotion. Alors l'émotion ça va, quand ce sont de bonnes émotions, quand vous êtes devant un coucher de soleil et que vous voyez ce soleil qui se couche, bein oui, forcément et que vous avez une émotion apaisante... eh bien non, vous voyez, ce n'est pas une émotion là, j'ai tout faux ! Ce n'est pas du tout une émotion, c'est un état de conscience. C'est l'état de conscience de la béatitude. C'est l'état de conscience du Saint-Nom. Mais cet état de conscience du Saint-Nom, au lieu d'être provoqué par notre concentration sur la technique du Saint-Nom, l'a été par un merveilleux spectacle de la nature, qui l'a fait remonter à la surface de notre esprit, qui a fait résonner cette béatitude toujours en nous.

 

 

La contemplation

 

 

Cet état d'admiration, de contemplation sans pensées, il est toujours en nous, H24, même si vous êtes en train de marcher, un bidon d'essence à la main, en route vers le lieu où vous avez décidé de vous immoler par le feu, cet état de béatitude, de paix est en vous mais vous, vous n'y êtes pas, perdu dans vos pensées, vos émotions, votre confusion. Les émotions c'est la colère, c'est le ressentiment, la rancune, c'est la certitude d'être mésestimé, de ne pas être traité comme vous le méritez, c'est l'incompréhension, etc.

 

Toutes ces émotions c'est vraiment le domaine de la non-conscience du Saint-Nom, le côté obscur de La Force, comme disent les Jedis. Inutile de vous dire que j'ai été un fan de la première heure du film que j'ai vu, à sa sortie, au palais des congrès de Lyon, je pense qu'il en dit plus que le space opéra le laisse supposer et j'ai toujours pensé que Georges Lucas était un disciple de La Voie. Beaucoup d'occidentaux venaient, à cette époque, en Inde, recevoir la Révélation. Quand je l'ai vu, j'avais déjà été initié en Inde et il m'a fait penser à La Voie, il parle de La Force en soi et pour moi, cette force c'est le Saint-Nom !

 

Quand on est du côté clair, doux, calme, serein, harmonieux, simple, lorsque l'on est dans la conscience du Saint-Nom et/ou dans la pratique de la technique, alors on n'est plus dans le domaine des émotions. On est dans le ressenti, car on ressent, ou pas, le Saint-Nom, parce que l'on peut aussi méditer et ne pas le ressentir, mais mieux vaut méditer et ne pas le ressentir, que de ne pas méditer et être noyé dans les émotions. Mais quand on a dans la poitrine cette douceur, ce feeling, ce chatouillis du sourire-intérieur, c'est un ressenti mais ce n'est pas un sentiment. Le ressenti et le sentiment ne sont pas la même chose. Quand nous sommes dans le ressenti du Saint-Nom, nous sommes dans la contemplation, dans la méditation.

 

 

Le non-agir

 

 

La méditation n'est pas faire, on ne fait pas de la méditation, on médite. Quand vous méditez profondément vous n'agissez pas. Tout le temps durant lequel vous êtes en méditation formelle, une heure, deux heures, avec une ou les quatre techniques, révélées de La Voie, les unes après les autres, eh bien vous n'êtes plus dans l'action, vous êtes dans la contemplation. Quelqu'un qui est dans la contemplation, ce n'est pas quelqu'un qui agit, c'est quelqu'un qui est neutre et qui s'ouvre complètement et qui se laisse complètement remplir par l'instant, par le Tao. C'est comme une éponge posée sur un récif corallien, dans un lagon, et qui se laisse pénétrer, traverser par les courants tièdes que les vagues font. Là on est dans le non-agir que décrit Lao-Tseu dans le Tao-Te-King.

 

Ce domaine du non-agir, ce domaine de la méditation, ce domaine de la contemplation vous pouvez le vivre toute la journée. Pas assis en lotus, mais en faisant tout ce que vous faites d'habitude. Ce n'est pas évident au départ, mais dans l'absolu vous pouvez le faire, c'est fait pour ça et c'est même le but de La Voie, la Réalisation. A partir du moment où vous ouvrez les yeux et celui où vous les fermez pour vous endormir, durant ce laps de temps, vous pouvez être dans la conscience du Saint-Nom, dans le non-agir, tout en vous acquittant de vos obligations. Vous êtes alors dans l'harmonie générale, à l'abri des émotions et de cette confusion qui naît des sentiments, des pensées. C'est ça la Réalisation de La Voie, le but de la vie humaine.

 

Le fait de pouvoir agir dans le non-agir, en vouant ses actes au Saint-Nom, c'est le service, un des quatre piliers de la sadhana. Ces piliers sont le service, le satsang, ce que je vous donne maintenant, que vous pouvez écouter deux ou trois fois par semaine, la méditation formelle, où vous vous concentrez, comme la journée mais plus, parce que vous n'avez rien d'autre à faire que ça et les angas, qui sont des recommandations de comportement ! Ces quatre pratiques font vraiment une spiritualité complète, qui permet de vivre une existence ayant un sens. Ce n’est pas une existence de moine, d'ascète ni d'ermite, c'est une existence comme tout le monde avec, en vous, une posture méditative grâce à cette fameuse technique dite du Saint-Nom, entre autres choses.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #spiritualité, #bonheur, #méditation, #yoda, #laforce, #hansyoganand

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :