Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Beaucoup de gens croient être spirituels, mais Pierre Dac était spirituel, comme Fernand Raynaud, Coluche et Elie Semoun, par exemple, ce n'est pas pour autant qu'ils étaient, qu'ils sont des maîtres spirituels. Tout dépend de ce que l'on met dans le mot « spirituel ». En général, c'est un melting-pot où chacun met ce qu'il veut.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la vérité et le bonheur.
Il y a être spirituel et être spirituel, c'est différent, alors ? C'est quoi la spiritualité ?

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

 

Beaucoup de gens croient être spirituels, mais Pierre Dac était spirituel, comme Fernand Raynaud, Coluche et Elie Semoun, par exemple, ce n'est pas pour autant qu'ils étaient, qu'ils sont des maîtres spirituels. Tout dépend de ce que l'on met dans le mot « spirituel ». En général c'est un melting-pot où chacun met ce qu'il veut. Il y a autant de spiritualités, de philosophies qu'il y a d'individus sur Terre. C'est maintenant le temps où chacun invente son truc et revendique son droit à la différence. Il suffit d'affirmer quelque chose pour que ça existe. Il n'y a plus de vérité universelle.

 

 

 

L'éveil et les éveillés

 

 

 

Les gens qui croient être spirituels se disent éveillés. Dès que quelqu'un se croit moins matérialiste que d'autres, il se dit éveillé. Dès que l'on s'intéresse aux cristaux, aux chakras, au taux vibratoire, aux annales akashiques, au karma, on se croit éveillé. Bouddha était éveillé, c'est même ce que signifie ce mot, « bouddha » et d'autres l'étaient aussi, comme Lao-Tseu, guru Nanak, « Patanjali », Mani, « Krishna », Jésus, etc. Mais il ne s'agit pas du même éveil ! C'est quoi, c'est qui un éveillé ?

 

 

 

Le mot éveil n'est pas déposé, tout le monde peut l'utiliser à sa guise, ce n'est pas la question, sans doute existe-t-il plusieurs sortes d'éveils. Mais ça fait depuis si longtemps que le mot éveil, en spiritualité, parle de ce qui fait les bouddhas qu'un « éveil » moderne, relatif, peut être pris pour celui des bouddhas, aussi on a vite fait de se prendre pour un bouddha quand on est simplement une personne curieuse et un peu plus sensible... Un chercheur, sauf qu'un véritable chercheur cherche et ne se dit pas éveillé.

 

 

L'éveil est ce qui fait les bouddhas, c'est un peu le bodhi, sauf que l'on croit que le bodhi est l'éveil et la Libération (de l'âme des chaînes du samsara ou cycle des réincarnations), or l'éveil n'induit pas obligatoirement la Libération. On peut atteindre la Libération de l'âme sans jamais être passé par l'éveil, comme on peut avoir atteint l'éveil sans être sûr d'atteindre la Libération après la mort. L'éveil et la Libération sont deux choses différentes. On ne parle jamais de Réalisation, mais c'est la Réalisation qui conduit à la Libération. On peut être éveillé sans être réalisé. La Réalisation se gagne à force de pratique spirituelle assidue, avec le temps. L'éveil vient brusquement, comme un éclair dans un ciel d'été. L'éveil est une sorte « d'accident » de méditation, sur la voie de la Libération, un accident rarissime : des bouddhas il n'y en a pas eu tant que ça !

 

 

 

Les maîtres ascensionnés

 

 

 

Il y a beaucoup d'erreurs, beaucoup de flou à propos de tous ces sujets mais comme personne, ou presque, n'accepte de recevoir des leçons d'un maître non-ascensionné, ces erreurs ne risquent pas d'être corrigées. Avant les maîtres étaient sensationnels ; maintenant, ils sont ascensionnés ! Mais c'est quoi un maître ascensionné ? « C'est un maître qui ne peut pas dire le contraire de ce que je dis », voilà la bonne définition, selon ceux qui y croient ! Il circule beaucoup de théories en ce moment et c'est bien évidemment le droit le plus absolu de chacun de croire ce qu'il veut.

 

 

C'est quand même dommage parce que la spiritualité n'est pas l'ésotérisme, ce n'est pas d'être un guerrier de lumière plein de compassion, ayant en charge de sauver le monde, d'apporter la lumière aux pauvres gens perdus dans le noir. Apporter la lumière à ceux qui sont dans le noir, c'est le job d'un guru, un vrai guru, pas de ces gourous escrocs et obsédés sexuels qui violent leurs disciples tout en leur volant leur argent. Le mot sanskrit guru signifie « Celui qui chasse les ténèbres de l'ignorance par la lumière de la connaissance ». Mais pour être un vrai guru, et pas un gourou, il faut avoir connu l'éveil ! C'est ainsi que ceux qui ne le sont pas en parlent et veulent être maître sans jamais avoir été élèves. La spiritualité n'est pas non plus la quête de la perfection (notre perfection), afin d’acquérir des pouvoirs, des capacités particulières qui, sous prétexte d'aider les autres, sert de litière à l'ego-spirituel qui est une autre forme de la vanité, ou faux-ego.

 

 

 

La bonne démarche

 

 

 

La bonne démarche, en spiritualité, comme il est expliqué dans tant de livres anciens, comme la Bhagavad-Gîtâ, les Védas, le yogasûtra, le Tao-Te-King, le Bhaktimàrga (qui est moins ancien), le Guru-granth-sahib, etc. La bonne démarche c'est d'être le disciple d'un vrai maître, d'un éveillé vivant, de suivre son enseignement et de renaître, en esprit, au vrai soi, en laissant mourir, en esprit, l'idée qu'on se faisait de soi et de la vérité. Pour atteindre la Libération, via la Réalisation, il n'est pas nécessaire d'avoir été un maître. On peut rester un disciple, un élève toute sa vie et atteindre la Réalisation !

 

 

La vérité, dont il est question, ici n'est pas la vérité individuelle de chacun, pas plus que la vérité sur l'affaire Gregory ou à propos des chemtrails. La vérité dont je parle ici, c'est la vérité universelle, celle qui n'a pas été inventée par l'Homme, qui n'est jamais née et ne mourra jamais et qui donne vie à toutes vies (ou toute vie?). Les vérités individuelles sont relatives et dépendent des points de vue, mais la vérité, comme : « Tout être vivant est vivant grâce à la vie qui l'anime » est indubitable, indiscutable. C'est justement cette vie qui anime tous les êtres vivants qui est la vérité dont je parle.

 

 

 

Connaître et détenir la vérité

 

 

 

On peut connaître la vérité. Quand on dit ça, il nous est souvent demandé : « Tu détiens la vérité ? », pour nous signifier que l'on est en train d'affabuler, mais connaître ne signifie pas détenir. La Vérité, personne ne la détient, mais ceux qui la connaissent la savent ! Je sais, c'est une tautologie ! La Vie qui nous anime, que l'on nomme Saint-Nom ou Verbe sur La Voie, est en nous et c'est facile de la « fréquenter » quand on sait comment faire. Tout est là : savoir comment faire !

 

 

Connaître la vérité ne signifie pas la savoir. Quand on dit de deux personnes qu'elles se connaissent « bibliquement », que veut-on dire ? On veut dire qu'elles couchent ensemble et qu'elles ne font pas que dormir ! Eh bien, c'est ainsi que l'on peut connaître la vérité : bibliquement ! Cette connaissance n'a rien de théorique, il s'agit de pratique. La Voie est une pratique, autrement dit une « sadhana ». Cette sadhana (mot sanskrit signifiant « ce qu'il faut faire ») se décompose en quatre piliers et parmi ces piliers il y a la méditation et la méditation, telle que pratiquée sur La Voie, ce n'est pas penser. La méditation, c'est communier, contempler, à l'aide de techniques révélées, la vérité, la vie qui est en soi. C'est ça que veut dire « connaître bibliquement ».

 

 

 

Méditer

 

 

 

Pour méditer, on n'a pas besoin des techniques révélées par La Voie, il suffit de s'asseoir et de rester sans bouger un poil de nez pendant une heure en regardant fixement une tâche sur le mur, pour se retrouver dans un « état de conscience modifié ». Les techniques, de La Voie, permettent de méditer sur la source de vie qui est en nous, comme elle est partout. Le résultat de la méditation change alors.

 

 

Dans la vie, dès que vous faites une activité qui demande beaucoup de concentration et d'oubli de soi, vous ressentez des trucs à l'intérieur et quels sont ces trucs ? Ce qu'il y a à l'intérieur, c'est ce que nomme, sur La Voie, le Saint-Nom (Lao-Tseu disait « vertu du Tao »), c'est ce que Jésus nommait « Royaume ». Ainsi, dès que l'on se concentre un peu, comme en regardant un coucher de soleil, ou un bébé qui dort, ou que l'on répare une montre ancienne, ou que l'on dessine, etc. On ressent ce qu'il y a à l'intérieur, on ressent le Saint-Nom. Mais avec les techniques de méditation de La Voie (au nombre de quatre) vous pouvez le faire à volonté, chaque jour, sans circonstances particulières.

 

 

Il y a une part de Dieu en nous, en chacun d'entre-nous. Quand on se connecte avec elle, on a l'impression d'être aimé... Individuellement, préférentiellement et pourtant, l'eau qui coule ne connaît pas personnellement chaque être, végétal, insectes, animaux et humains, qu'elle abreuve. Dieu aime parce que c'est sa nature, il aime toute sa Création. Si vous avez conscience de son amour, à l'intérieur de vous, vous avez aussi conscience de son amour tout autour et l'impression d'être son chouchou. Sa Grâce vous renforce dans cette certitude.

 

 

 

Bonnes

et mauvaises spiritualités

 

 

 

Il y a plusieurs spiritualités possibles et parmi ces spiritualités il y a de bonnes et de mauvaises. Être dans l'erreur ce n'est pas seulement être hyper matérialiste, jouisseur cynique et sans foi. Un mystique qui croit que Dieu va sauver les gens à travers lui est autant dans l'erreur qu'un riche occidental qui va en Thaïlande se payer des prostitués enfants. Une erreur est une erreur. C'est quoi une bonne spiritualité ? C'est une spiritualité qui vous permette de vous remettre en question afin d'aller à la rencontre de la vérité, à l'intérieur de vous, avec la simplicité et l'humilité d'un petit-enfant.

 

 

Faites attention, n'importe qui peut se faire passer pour le porte-parole de Dieu, mais personne n'est le porte-parole de Dieu. Dieu ne parle pas...Pas avec des mots tels que notre appareil phonatoire nous permet de le faire, pas plus par des messages subliminaux, par l'intuition que par l'intermédiaire d'archanges que personne n'a jamais vu. Elle a bon dos l'intuition pour faire croire que la vérité, l'âme, Dieu vous parle en chuchotant au fond de vous sa vérité. Pour ma part je ne suis pas le porte-parole de Dieu. Je suis le guide, sur La Voie, mais c'est tout. Je peux vous guider parce que je suis allé au bout de La Voie, que je connais le chemin et ses étapes. C'est ainsi pour tous les guides, qu'ils soient de haute montagne ou spirituels.

 

 

Pour aller sur La Voie de Dieu commencez déjà par reconnaître la réalité, par la reconnaître et l'accepter : nous sommes faibles et n'avons pas de pouvoirs, nous ne pouvons aider personne, nous avons besoin d'aide, nous avons besoin de Dieu et Dieu n'a besoin de personne. Quémandez son aide, sa Grâce. Avant d'avoir l'ambition d'être des maîtres, acceptez d'être des élèves.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #spiritualité, #lavoie, #yogaoriginel, #yoga, #méditation, #bonheur

Partager cet article

Repost0