Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est ça dans notre vie de pratiquant, chaque jour nous devons profiter de la journée comme si c'était la seule, qu'il n'y en avait pas d'autre, comme si nous avions quelque chose à y faire du mieux possible et qu'est-ce que l'on doit faire chaque jour un peu mieux ? Être présent dans le Saint-Nom, par la pratique.

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

Télécharger le mp3

 

 

 

Le jour de la marmotte

 

 

Il y a un film de cinéma américain, avec Bill Murray dans le rôle d'un journaliste météo cynique, désabusé, « Un jour sans fin ». C'est l’histoire de ce journaliste qui tombe amoureux de sa productrice, jouée par Andy MacDowell, et qui fait tout pour la séduire. Un jour on l'envoie, avec sa productrice et un cameraman, preneur de son, dans un petit village pour « Le jour de la marmotte », une fête traditionnelle vers la fin de l'hiver, où l'on surveille la réaction d'une marmotte fétiche, à l’apparition des premiers rayons du soleil pour savoir combien de temps l'hiver allait encore durer.

 

Le jour de la marmotte le radio-réveil du journaliste joue une chanson de Bob Dylan, le journaliste se lève, prend son petit-déjeuner, va sur la place du village où la fête se déroule et fait, à contrecœur, son reportage, puis le reste de la journée il tente, vainement, de séduire la productrice et finit sa journée seul, dans sa pension de famille, tandis que le technicien et la jolie productrice vont à leur hôtel.

 

Le lendemain matin, le radio-réveil joue encore la même chanson de Bob Dylan et, à la grande surprise du journaliste, c'est la même journée qui recommence, le jour de la marmotte. Il rencontre les mêmes personnes, aux mêmes moments, qui lui disent les mêmes choses. Cette journée recommence chaque jour et le journaliste tente d'échapper à cette journée en se suicidant, mais après chaque suicide il se réveille, dans son lit de la pension de famille, au son du radio-réveil qui joue la même chanson de Bob Dylan.

 

 

Les choses s'améliorent

 

 

Au bout d'un moment il se fait une raison et tente de séduire la jeune femme en trichant. Il la fait parler, prend des notes et se sert ; le lendemain, de ce qu'elle lui a dit la veille, et dont elle n'a aucun souvenir, pour la séduire, mais chaque soir c'est la même chose, il se prend une gifle et s'en va dormir seul... il apprend le piano, il commence à s'intéresser aux gens, il connaît leurs problèmes et travaille à les éviter, sauvant la vie de plusieurs personnes et la productrice est étonnée, elle qui vit, à chaque fois, cette journée pour la première fois, de voir que tout le monde connaît le journaliste et l'aime... à cause de ça elle tombe amoureuse de lui et le lendemain, de la nuit qu'ils passent ensemble, c'est un nouveau jour qui commence.

 

Il avait été cynique et désabusé, hypocrite, calculateur, menteur, manipulateur mais à l'épreuve de cette journée sans fin, quand il a accepté son sort, il s'est ouvert aux autres et il est devenu altruiste, gentil, et là, la malédiction a cessée et l'amour l'a remplacé.

 

Ce film me fait penser à la vie, avec la connaissance de La Voie, en pratiquant les quatre piliers : tous les jours se ressemblent, même si en apparence ils sont différents, mais en substance ils se ressemblent et le pratiquant fait tout, chaque jour, pour faire les choses de mieux en mieux, pour être plus souvent dans la pratique et plus longtemps, à chaque fois, s’améliorant ainsi jour après jour.

 

Dans le film, le journaliste se suicide chaque soir et chaque matin, il se réveille pour recommencer la journée... ce suicide du soir, c'est la mort, le réveil du lendemain, au son de la même chanson, c'est la réincarnation. A chaque incarnation l'Homme a l’occasion de recommencer sa vie, jusqu'à ce qu'il fasse ce pour quoi il a été créé. Jour après jour, vie après vie, l'âme s’améliore, approfondit sa conscience, comme le journaliste apprend à jouer du piano, pour épater sa collègue, jusqu'au jour où il se met devant un piano, au cours d'une soirée, à jouer, avec brio, la musique qu’elle aime.

 

 

Profiter de chaque jour

 

 

Au début il était cynique et désabusé, et il a fini par voir le monde avec un autre prisme que celui de son propre regard... Il a vu le monde tel qu'il est et les autres comme des proches. Chaque fois qu'il allait se coucher, dans sa pension de famille, il laissait la journée passée dans un meilleur état que la veille. C'est ça dans notre vie de pratiquant : chaque jour nous devons profiter de la journée comme si c'était la seule, qu'il n'y en avait pas d'autre, comme si nous avions quelque chose à y faire du mieux possible et qu'est-ce que l'on doit faire chaque jour un peu mieux ? Être présent dans le Saint-Nom, pratiquer sa technique et le nectar chaque jour, plus souvent et plus longtemps à chaque fois.

 

Inutile de penser plus loin, d'un point de vue spirituel, inutile de se poser toutes sortes de questions et de faire le bilan, chaque soir, de nos éventuels progrès, il suffit de, chaque matin, recommencer à zéro notre journée avec cet objectif : qu'elle soit plus que la veille, dans la pratique du Saint-Nom et du nectar. C'est comme ça que l'on approfondit sa conscience, alors les résultats viennent mais sans qu'on les attende, juste en faisant ce que l'on a à faire.

 

Ce que vous allez vivre, de votre journée, dépendra de comment vous l'envisagez, de votre objectif. Peut-être que les événements des journées changent mais l'opportunité ne change pas, vous pouvez toujours réaliser. Je vous redis ce qu'est la Réalisation, c'est le fait de rester dans la pratique du Saint-Nom et du nectar du lever au coucher, avec un petit bémol pour le nectar, que l'on ne pratique pas en parlant, ni en mangeant, ni en buvant !

 

La vie qui est en vous ne change pas. L'existence peut un peu changer, mais la vie reste la même. Votre humeur peut varier, mais le véritable vous ne varie pas, l'âme reste toujours égale à elle-même. Le Saint-Nom ne change pas, il est le même depuis votre naissance et restera le même jusqu'au bout. Soit vous vous attachez à ce qui change sans cesse, soit vous vous attachez à ce qui est stable, toujours égal. Le choix vous appartient. Chaque jour vous avez cette béatitude en vous et la liberté, le choix d'en avoir conscience ou non.

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #lavoie, #spiritualité, #bonheur, #agya, #méditation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :