Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’Unité n’est pas monolithique. Elle est composée de l’infinité de ce qu’elle contient, comme une image est faite de milliers de pixels. Mais pour voir  l’image, il est nécessaire de regarder l’ensemble, pas chaque pixel, sinon vous ne voyez pas l'image.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, le détachement.
Vivre sa vie comme elle est vraiement, sans ne perdre dans les détails, demande du recul

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Dans l’état de méditation, conscient de cette vacuité, de cette paix du Saint-Nom en nous, on voit bien qu’il n’y a pas de dualité, que c’est Un... dans ce Un il y a tout. Ce tout c’est une harmonie dans laquelle tout est contenu. Il n’y a pas de césure entre tout ce qui est en lui contenu un peu comme des pixels qui forment une image. Chaque pixel est insignifiant, mais l’ensemble est signifiant, veut dire quelque chose. L’ensemble de tout ce qui est contenu dans l’Unité fait l’Unité, forment l’harmonie de tout ce qui est, sans dualité, sans lutte, sans mal.

 

 

Mais il arrive que notre perception soit duale. Nous avons la dualité qui nous occupe et c’est normal ; nous sommes incarnés et la dualité fait partie de l’équation. Nous sommes le corps, le mental, l’ego, l’âme et nous connaissons le jour, la nuit, le froid, le chaud, l’autre. Nous aimons bien découper les choses, les idées, les concepts, le temps en tranches et les ranger dans des boîtes. Non seulement nous sommes collectionneurs de concepts, nous sommes aussi démonteurs d’unité, rangeurs dans des boîtes.

 

 

 

L’amour du classement

 

 

 

Nous inventons des mots pour dire le nom des petites parties que nous avons arrachées au Tout… il y a le corps éthérique, le corps astral, le corps causal, les enveloppes-écho, le corps mental, etc. Nous avons aussi découpé la béatitude en huit parties, dont sept samadhis : le tàmasika samadhi, le rajasika-samadhi (qui comporte trois étapes), etc. Jusqu’au septième, le nirvikalpa-samadhi. On aime bien, les humains, faire la dissection des choses… ça ne nous éclaire pas, mais on aime ça. Non seulement cette manie ne nous éclaire pas, mais c’est tout le contraire ; ça nous plonge dans la confusion et l’aveuglement. Bien souvent les exégètes de ces classements, par exemple celui à propos de la béatitude, n’ont jamais connu la béatitude, mais leurs connaissances théoriques leur font croire qu’ils la connaissent. Ils confondent les connaissances et la connaissance.

 

 

Quand on est uni au Saint-Nom on est uni à tout, on n’est plus dans la dualité même si physiquement on est encore un individu apparemment séparé des choses qui l’entourent et des autres êtres. C’est comme une vaste forêt primaire, est-ce que chaque arbre est séparé de la forêt ou fait-il partie d’un tout, d’une harmonie qui lui est supérieure ? La forêt est une entité harmonieuse et pourtant il y a des milliards d’êtres différents qui la composent, vivant dans la plus parfaite harmonie, en symbiose, des bactéries, aux champignons, en passant par les insectes, les plantes, les animaux.

 

 

C’est ça notre existence. Nous sommes un élément infime d’un grand tout en harmonie. Il n'est pas intéressant de faire la liste de toutes ces choses, à moins que ce soit dans un but scientifique, de recherche en vue de la protection de l’environnement ou de la recherche médicale. Mais pour ce qui concerne la spiritualité, c'est l’ensemble, l’harmonie générale du Tout, de L’Un qui compte, pas chaque élément qui y baigne ! Qu’est-ce qui vous intéresse ? Est-ce chaque chose prise individuellement ou la globalité ? Que voulez-vous vivre, la dualité, la séparation ou l’Unité ?

 

 

 

L’Unité

 

 

 

L’Unité n’est pas monolithique, elle est composée de l’infinité de ce qu’elle contient, comme une image est faite de milliers de pixels, une plage de milliards de grains de sable. Mais pour voir la plage, pour voir l’image, il est nécessaire de regarder l’ensemble pas chaque grain de sable, chaque pixel. Sinon on ne verra que les grains de sable, que les pixels pas la plage ni l’image. Chaque être de la multitude composant la Création est l’acteur de L’Unité de Dieu.

 

 

On nous pousse vers le monde, vers les autres disant : « Il faut s’ouvrir au monde, aller vers les autres, être solidaires, généreux »… pourquoi pas ? Il n’y a pas de mal à s’ouvrir au monde, à aller vers les autres ni à être solidaires et généreux, bien au contraire. Mais il n’y a pas de mal non plus à ne pas s’ouvrir au monde, à ne pas aller vers les autres, à ne pas être ni solidaire ni généreux ! Chacun fera ce que sa nature le poussera à faire. D’un point de vue humain la première option est meilleure, mais d’un point de vue spirituel, pour ce qui concerne la réalisation de la raison pour laquelle nous avons été incarnés, il n’y a aucune obligation à l’altruisme.

 

 

Si vous êtes social, tant mieux, si vous ne l’êtes pas, que vous préférez vivre solitaire, eh bien ça va très bien aussi, l’important étant de ne pas faire de mal. La raison de votre vie n’est pas de vivre bien avec les autres, ni d’être généreux. Certains considèrent que la vie spirituelle tournée vers l’intérieur de soi, par la méditation profonde, est une sorte de refus de l’autre, d’enfermement en soi, mais c’est faux : la porte qui mène à l’autre ouvre à l’intérieur de chacun. C’est en allant en soi que l’on va vers l’autre. Mais si vous aimez être seul, ça ne vous empêche pas d’aimer l’humanité… de loin.

 

 

Quand vous allez vers les autres vous rencontrez les autres, chacun des autres, celui-ci puis celui-là ou encore cet autre-là. Mais en allant vers la source de la vie, en vous, vous trouvez ce qui donne vie à l’humanité toute entière, à son essence et qui va vers l’essence va vers tous, dans leur ensemble. L’essence de l’humanité se trouve à l’intérieur de chaque être humain, donc en vous aussi et c’est en vous qu’il faut aller la chercher, pas à l’intérieur des autres. En trouvant notre humanité, nous trouvons aussi celle des autres, car c’est la même.

 

 

Les autres ont cette même essence que nous, en cela ils sont nos frères, mais il n’y a pas que cette essence, chez les autres, il n’y a pas que des choses qui nous rapprochent, qui nous plaisent. Il y a aussi des choses qui nous divisent, des choses qui ne nous plaisent pas, chez les autres, des choses qui nous insupportent et nous ne sommes pas obligés de supporter ce qui nous insupporte. Chacun est libre du choix de son existence. Combien de frères et de sœurs sont fâchés. Vous avez le droit de vivre en paix. Allez vers les autres si ça vous plaît et si ça ne vous plaît pas, restez seul. L’important, c'est d’aller vers l’essence du Tout à l’intérieur de vous par la pratique adaptée.

 

 

Dieu est entier et cette entièreté a un échantillon en nous. Qui trouve l’entièreté en soi trouve l’autre, tous les autres qui composent l’entièreté. Ce n’est pas en allant vers les autres que l’on trouve L’Un... C’est en allant vers L’Un que l’on trouve les autres, car les autres sont dans L’Un. Notre vie n’est pas si longue que l’on puisse la passer à aller vers les autres… il y en a tant ! Mais en allant vers L’Unité, en nous, nous gagnons tant de temps. L’essence est, par définition, ce qui passe avant tout.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #lavoie, #méditation, #spiritualité, #bonheur, #vivre, #yoga

Partager cet article

Repost0