Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Identifiez-vous au périssable et vous vieillissez, identifiez-vous à ce qui est constant et vous restez constamment le même, l’enfant que vous étiez. Jésus disait qu’il fallait redevenir comme un enfant pour connaître le Royaume. Le Royaume, selon Jésus c’est cette béatitude.

 

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, le bonheur, l'essentiel de l'enfance.
Dans la vie, l'essentiel ne change pas, c'est nous qui souvent nous en éloignons, mais on peut y revenir

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Comment qualifier, par quel nom désigner l’état dans lequel la conscience de l’instant, et donc du « Saint-Nom » nous met. C’est impossible de dire quelque chose qui rende justice à cet état, alors on est obligé, quand on veut partager notre ressenti, de dire des tas de choses, de faire des périphrases, de s’exalter, de parler par métaphores. Le satsang ne peut pas partager ce que l’on vit, et il n’est pas fait pour ça. Qu’importe notre expérience, ce qui compte, c'est la Grâce qui passe à travers les mots pour éveiller l’intérêt de l’âme qui l’écoute ou le lit. Vouloir absolument expliquer est une vanité, un manque de détachement et d’humilité. On peut juste témoigner.

 

 

La conscience du Saint-Nom est une dimension hors de l’espace et du temps impossible à enfermer dans l’expression habituelle. Ce qui compte, c'est l’air, pas les paroles. Les paroles sont là pour occuper l’esprit, pendant que l’âme s’abreuve. La musique du Saint-Nom est une harmonie pleine de notes différentes comme l’amour, la paix, la simplicité, la reconnaissance, la certitude de s’accomplir, le détachement, la reconnaissance. Difficile de lui donner un nom, à cette harmonie… si, pourtant, il y en a un qui en parle, c’est « Béatitude ».

 

 

 

La béatitude

 

 

 

Vous savez, la béatitude n’est pas, la plupart du temps, un état extraordinaire en apparence, comme celui d’une personne qui a absorbé un produit psychoactif qui s’exalterait et verrait des couleurs psychédéliques tournoyer devant ses yeux. Bien souvent la béatitude, c'est l’état de paix, quand on ne se met plus au centre de l’équation, que l’on ne prête plus d’attention aux pensées. Cette paix, cet état de conscience où le temps suspend son vol, où l’on goûte à l’éternité sans même s’en rendre compte, est bien discret pour l’âme inattentive.

 

 

C’est pour ça que la technique (De méditation) dite du Saint-Nom est faite ; pour apprivoiser le mental, lui donner un « os à ronger » afin de se consacrer à l’instant en toute tranquillité. C’est le principe de la méditation, du service et des « Pauses Saint-Nom » que je vous recommande (Cette recommandation est faite aux disciples).

 

 

Je pratique depuis 1975 et je constate que je n’ai pas changé depuis… oh j’ai vieilli, mais comme depuis 1975 je ne m’identifie pas à mon corps pas plus qu’à mon mental. Je m’identifie à l’âme et l’âme est insensible au temps qui passe, donc je suis toujours le même qu’en 1975, avec un peu plus de maturité. Quand je suis dans le Saint-Nom, c’est-à-dire souvent, je suis toujours le même. Si les pierres de la cheminée sont un peu ébréchées, noircies, le feu qui y brûle est toujours le même.

 

 

 

S’identifier

à la bonne identité

 

 

 

Identifiez-vous au périssable et vous vieillissez, identifiez-vous à ce qui est constant et vous restez constamment le même, l’enfant que vous étiez. Jésus disait qu’il fallait redevenir comme un enfant pour connaître le Royaume. Le Royaume, selon Jésus, c'est cette béatitude, cet état de conscience de la béatitude dont je vous parle. Il n’est pas dans le ciel, le Royaume et Jésus l’a dit : « Si on vous dit que le Royaume est dans le ciel, alors les oiseaux vous y devanceront » (l’évangile selon Thomas logion trois).

 

 

Souvenez-vous d’un bon moment solitaire de votre enfance, durant lequel vous avez ressenti une grande paix… Par exemple, je me souviens des vacances d’été, passées à la campagne, quand je faisais la sieste obligatoire, dans un hamac tendu entre deux pins. Je regardais le ciel, ses nuages nonchalants et que je me laissais hypnotiser pas leur spectacle. Vous avez tous de ces moments passés. Souvenez-vous-en et ressentez ce que vous ressentiez alors : c’est le parfum de l’âme qui remonte à votre conscience, c’est ce qui dure, c’est le vrai vous.

 

 

Vous ressentez une émotion ? Eh bien cette émotion n’en est pas une ; il s’agit d’un état de conscience, l’état de conscience de la béatitude. C’est cet état de conscience qui personnifie la méditation, comme elle est comprise sur La Voie. Il y a des techniques de méditation, il y en a quatre révélées à ceux qui en font la demande et qui acceptent la petite période d’attente avant la Révélation et ces techniques ont ce propos : de vous faire retrouver votre véritable être, votre conscience essentielle, libérées des pensées, des sentiments. Ainsi, retrouvant l’enfant que vous étiez, vous vivez en restant jeune à jamais, à l’abri des conventions de l’âge. Mais ce n’est pas le but de la vie, de rester jeune en esprit. Le but est autre, mais cette conscience ne donne pas seulement l’accomplissement spirituel, elle a de ces petits cadeaux que l’on ne veut pas refuser.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #saintnom, #béatitude, #Jésus, #bonheur, #enfance

Partager cet article

Repost0