Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Saint-Nom est la vraie équanimité... Quand j'avais cinq ou six ans je connaissais le Saint-Nom, sans doute avant, je le connaissais, mais je ne connaissais par le mot. Aujourd'hui je connais encore le Saint-Nom et vous savez quoi ? Il n'a pas changé !

Satsang de sri hans Yoganand sur la spiritualité, La Voie et le Saint-Nom qui est l'amour de Dieu.
Le Saint-Nom ne s'écrit pas, il ne se dit pas non plus, il est la vie, la paix et l'amour en nous

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

À l'occasion de la venue d'une aspirante, ce w.e, à l'ashram pour sa Révélation, il m'apparaît de plus en plus évident que le plus important, sur La Voie, ce ne sont pas les techniques de méditation. Ces techniques ont un but précis, qui est de nous focaliser, de nous permettre d'être conscient de la Grâce. C’est la Grâce qui fait l'essentiel des choses pour nous. Nous ne sommes pas capables de « sculpter » notre âme, sa réalisation.

 

 

Nous ne pouvons pas nous nous fabriquer nous-même. Combien sont là à penser qu'ils sont en train de s'élever, pas d'être élevés ! Si encore ils disaient : « On m'élève », ou « La Grâce m'élève », ce serait un moindre mal, mais ils pensent s'élever eux-mêmes ! Ils s'élèvent où ? Au-dessus des autres ? La musique intérieure est nommée Nada, en Inde, dans de vieux livres de yoga et la pratique de méditation qui consiste à écouter la musique intérieure, grâce à une technique appropriée, est le Nada-yoga. Pour chaque pratique, il y a un nom de yoga ; bhakti-yoga, karma-yoga, jnana-yoga, etc. Sur La Voie nous pratiquons la méditation sur la musique, c'est une des quatre techniques révélées aux aspirants qui en font la demande.

 

 

 

La technique

 

 

 

Alors ? La méditation sur le Saint-Nom c'est quoi, comme yoga ? On pourrait l’assimiler au pranayama. Pranayama, qu'est-ce que ça signifie, qu'elle est l'origine étymologique de ce mot ? « Prana » signifie l'air et « yama » signifie « respirer ». Donc pranayama signifie « respirer l'air ». Il y en a qui pratiquent le pranayama avec la posture intérieure suivante : « moi je respire l'air » et ils ont toutes sortes de techniques pour ça, avec ce point commun : c'est au méditant de maîtriser l'air, la respiration.

 

 

Mais la technique du Saint-Nom ce n'est pas du tout ça... La respiration, ce n'est pas nous qui la faisons, elle n'a pas besoin de nous, la respiration, pas plus que les battements de notre cœur. Cette manie qu'ont les Hommes de toujours vouloir tout contrôler... Mais si vous voulez contrôler le Saint-Nom votre posture intérieure est mauvaise et il ne vous arrivera rien de bon. Avec la technique du Saint-Nom (ou verbe) il s'agit de s'abandonner au Saint-Nom, de se laisser faire par lui. À un stade de méditation profond, comme Dhyàna, c'est comme si la respiration disparaissait. Elle devient imperceptible, il ne reste que la vacuité, le vide. C'est dans ce vide qu'il y a tout : l'Unité, la vérité, la paix, la béatitude.

 

 

 

Comme une éponge

 

 

 

Parfois il arrive qu'en méditant on ait l'impression que la respiration, l'inspiration vient de plus loin que nous, qu'elle arrive de l'extérieur de notre corps et que l'expiration se termine en dehors de nous. C'est comme si la respiration était extérieure, comme un courant, et que nous n'étions qu'une sorte de tuyau vide à travers lequel elle passait. La respiration comment avant nous et se termine après nous et nous, nous sommes juste au milieu, nous sommes traversés par la respiration.

 

 

Dans la méditation profonde, nous sommes comme une éponge au fond d'un atoll, posée sur un morceau de corail qui se laisse aller, traversée par les courants d'eau tiède. Elle vit en se laissant pénétrer, elle se nourrit des particules que l'eau, passant à travers elle, charrie. Dans la méditation, vous pouvez être dans le Saint-Nom comme cette éponge dans la mer.

 

 

 

Le Saint-Nom éponyme

 

 

 

Le Saint-Nom, en vérité, ce n'est pas la technique qui porte son nom. La technique du Saint-Nom n'est qu'une technique, le Saint-Nom éponyme n'est pas une technique. Il y a aussi le feeling du Saint-Nom. Il y a trois acceptions pour ce mot composé : le principe spirituel ou Verbe. C'est la force divine en action, que dans le Tao-Te-King on désigne par l'expression « la vertu du Tao ». Il y a la technique de méditation, qui est de la famille du pranayama et il y a le feeling ressenti en pratiquant la technique. On dit : « Je suis dans le Saint-Nom », ou « N'oublie pas le Saint-Nom ».

 

 

Si vous pratiquez le pranayama (ou les pranayamas) ne pensez pas connaître la technique du Saint-Nom... En effet, cette technique appartient à la famille pranayama, mais elle a été oubliée depuis longtemps, par la plupart des méditants. Elle est révélée le jour de l’initiation, on ne peut pas la connaître sans ça. Il y a la même différence entre la technique du Saint-Nom et les pranayama connus qu'entre le « notre père » et la prière que pratiquait Jésus. On ne fait pas le Saint-Nom, c'est lui qui nous fait !

 

 

 

Rien à apprendre

 

 

 

Vous n'avez rien à apprendre sur le Saint-Nom... il n'y a rien à apprendre, il y a à prendre. Prenez la paix du Saint-Nom, prenez le cadeau que sa Grâce vous donne à chaque respiration. Recevez-le. C'est le secret de la méditation. Le Saint-Nom est la vraie équanimité... Quand j'avais cinq ou six ans je connaissais le Saint-Nom, sans doute avant, je le connaissais, mais je ne connaissais par le mot. Aujourd'hui je connais encore le Saint-Nom et vous savez quoi ? Il n'a pas changé ! Le Saint-Nom de mes six ans est le même que celui d'aujourd'hui.

 

 

Alors ? Qu'est-ce que c'est le Saint-Nom ? On s'en moque ! L'important, c'est d'y être, d'être conscient de lui. Le Saint-Nom c'est le goût de Dieu, sa force en action. Ce goût de Dieu on peut l'avoir par chacun des quatre piliers de La Voie ; le service, le satsang et la méditation. Ces piliers ont ce but, justement, donner à goûter le goût de Dieu.

 

 

Vous savez, quand je ressens le sourire-intérieur, cette douceur dans ma poitrine, et que je cesse de respirer, eh bien je ressens toujours le sourire-intérieur. Le Saint-Nom est toujours là, pourtant je ne respire plus, donc le Saint-Nom n'est pas dans la respiration, n'est pas contenu dans l'air, dans le prana que j'inspire : il est en moi... La méditation, la pratique me permet simplement d'être dans un état mental qui me permet de le percevoir. Le Saint-Nom est là, en moi, tout le temps et quand je me concentre « comme il faut », je le perçois, je le ressens et j'en profite, je profite de sa paix, de sa lumière.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #méditation, #bonheur, #saintnom, #spiritualité, #vérité, #grâce

Partager cet article

Repost0