Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si vous n'avez besoin de personne pour être heureux. Si les plaisirs de l'existence ne sont pas indispensables à votre bonheur parce que vous avez trouvé la mine du vrai bonheur, alors les plaisirs de la vie seront des cerises sur votre gâteau.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de spiritualité, de La Voie, du bonheur et de méditation.
Le bonheur n'est pas le but mais quand la conscience se réveille il est la cerise sur le gateau

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Quand une barque prend l'eau, on écope, c’est-à-dire qu'on se sert d'un récipient pour vider la barque. Si on cesse d'écoper, l'eau ne va pas cesser d'entrer. Il est nécessaire d'écoper tout le temps, jusqu'à l'arrivée au bord de la terre ferme. Dans la vie de celui qui sait faire la différence entre le vrai et le faux, qui connaît la façon de faire le tri et qui préfère le vrai, c'est comme pour cette barque.

 

 

La production de confusion est constante, elle ne cesse jamais. Il est possible d'évacuer la confusion hors de soi, à condition d'avoir une écope. Pour l'initié à La Voie cette écope est le Saint-Nom, la technique du Saint-Nom. Mais il n'est pas suffisant d'avoir cette écope, il s'agit de s'en servir. Cette écope n'est pas comme le balai de l'apprenti sorcier.

 

 

 

Heureux les affligés

 

 

 

Au départ, après avoir reçue la Révélation, la pratique du Saint-Nom peut ne pas être évidente. Ça peut ressembler à une obligation et puis, avec le temps on se rend compte qu'elle est agréable, cette pratique, plus que ça encore, que l'on ne peut plus vivre sans elle. On se rend compte que la vie est plus belle en le faisant qu'en ne le faisant pas.

 

 

Évidemment, si on est riche et relativement sain mentalement, le besoin de pratiquer ne sera pas prégnant, on pourra trouver tellement de plaisirs, de satisfaction dans toutes sortes d'activités captivantes ! C'est pour ça que Jésus a dit ce qu'il a dit à propos des riches. Jésus n'avait rien contre les riches ni contre l'argent, mais il savait que la richesse occupe tant qu'il ne restait plus de temps, à un riche, pour chercher le bonheur spirituel. «Heureux les affligés, car ils seront consolés ! » (L'évangile de Jésus 8-7)

 

 

La satisfaction réelle que l'on éprouve par l'argent est comme celle d'un junky, celle de se shooter de l'héroïne, ou comme celle éprouvée par celui qui fume du crack. Elle est forte, immédiate et vite elle s’atténue et il faut recommencer, en augmentant la dose, pour l'éprouve, mais elle diminue sans cesse tandis que la souffrance augmente.

 

 

 

Le vrai bonheur

 

 

 

Voilà ce que font les plaisirs des sens, de la jouissance, de l'argent, du pouvoir, ils vous rendent dépendant et demandent de plus en plus d'argent sans jamais rien donner d'essentiel, de profond, de vrai. Le bonheur spirituel vrai, celui qui vient du plus profond de nous par une pratique assidue de La Voie (en l’occurrence) s'installe pour prendre toute la place et ne provoque aucun mal.

 

 

La satisfaction vraie est constante, elle ne perd pas son intensité, à condition de rester dans l'Observance, la pratique. Si vous oubliez de pratiquer le Saint-Nom, d'avoir satsang, vous retrouvez la confusion où vous l'aviez laissée, mais si vous recommencez à pratiquer de nouveau la confusion disparaît et revient la satisfaction vraie de la vérité. Plus vous pratiquez et plus la satisfaction se renforce, s'installe... c'est le contraire des satisfactions illusoires. Le Saint-Nom n'est jamais moins vrai, moins bien, moins fort. C'est en lui qu'il faut rechercher la consolation, la rassurance, la paix.

 

 

 

La consolation

 

 

 

Quand on est enfant, au sein d'une famille normale, on trouve la consolation, la rassurance dans les bras de ses parents, mais quand on est grand, que nos parents ne sont plus, qui va nous rassurer ? Nous consoler ? Dans les bras d'une autre personne ? Il peut arriver que ce soit pire, finalement, d'attendre la consolation d'une autre personne qui a elle-même besoin de bras pour l'enlacer. Le Saint-Nom, la pratique de sa technique nous berce, efface nos peines et nos peurs, nous enlace et nous console.

 

 

C'est à vous de mettre votre espérance où il faut. Tout le monde recherche le bonheur, alors ? Qui va le donner à qui ? Le vrai bonheur ne se trouve pas auprès de quelqu'un qui cherche lui-même le bonheur et s'il est heureux, c'est son bonheur, il ne peut pas vous en donner un morceau. Vous devez trouver le bonheur en vous, d'abord. Ensuite, une fois que vous l'avez trouvé rien ne vous empêche de trouver quelqu'un avec qui partager le temps de vie qu'il vous reste et d'aller dans un restaurant chic au bord de la Seine.

 

 

Si vous n'avez besoin de personne pour être heureux. Si les plaisirs de l'existence ne sont pas indispensables à votre bonheur, parce que vous avez trouvé, en vous, la mine du vrai bonheur, alors les plaisirs de la vie, du monde seront des cerises sur votre gâteau. Quand on connaît le bonheur du Saint-Nom, les plaisirs du monde en sont les rappels. Cherchez, trouvez d'abord l'essentiel avant de courir après les joies éphémères.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #spiritualité, #bonheur, #vérité, #saintnom, #grâce, #méditation

Partager cet article

Repost0