Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous êtes vexé ? Vous savez ce qu'il y a à faire : fermer les yeux et de méditer quelques instants, afin de passer la gomme du Saint-Nom sur cet éclat de confusion mais vous ne le faites pas ! Vous profitez bien de votre confusion, vous la ressassez

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, le Saint-Nom, la vanité, La Voie, la méditation.
Quand votre vanité vient vous gêner, dans votre bonheur, à cause d'une vexation, passez la gomme

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

On peut avoir la bonne posture intérieure, se donner, pratiquer les quatre techniques, les quatre piliers de l'agya et pourtant on n'aura pas tout donné, on ne sera pas allé au plus profond de la vérité de cette pratique, on n'aura pas goutté à la capacité qu'elle a de vous amener au Royaume... Parce qu'il y a une chose de plus à faire que de lâcher prise, d'avoir la bonne posture intérieure et de pratiquer de la bonne façon, c'est de le faire quand on n'a pas envie de le faire, quand ça nous dérange de le faire, quand on est dans un état de conscience confus, que l'on est en colère, contrarié ou occupé à la prise d'un plaisir facile.

 

 

Vous êtes dans une pratique calme et sereine, tout concentré sur la technique du Saint-Nom et/ou sur le ressenti intérieur de sa douceur, de son « sourire-intérieure », tout roule et vous pensez être sur la voie de la Réalisation. Alors quelqu'un arrive qui vous fait une réflexion vexante, blessante, injuste ou juste, mais qui vous blesse quand même, pour je ne sais quelle raison et voilà ; vous n'êtes plus dans le Saint-Nom, ni dans la pratique de sa technique, ni même dans le ressenti de sa douceur : vous êtes dans la confusion, vous vous sentez vexé, contrarié et un peu en colère.

 

 

Vous savez ce qu'il convient de faire alors... De fermer les yeux et de méditer quelques instants, afin de passer la "gomme du Saint-Nom" sur cet éclat de confusion, mais vous ne le faites pas ! Vous profitez bien de votre confusion, vous la ressassez et même en concevez quelque ressentiment vis-à-vis de la personne qui vous a fait cette réflexion.

 

 

 

L'envie de bien faire

 

 

 

La pratique était bonne... la posture intérieure l'était aussi à-priori, mais ça n'a pas suffi ! Vous pratiquiez avec votre cœur, mais pas seulement avec votre cœur : vous pratiquiez aussi avec votre envie de bien faire et l'ego-spirituel s’accommode tout à fait bien avec ce désir de bien faire, cette ambition de perfection. Il va se cristalliser sur ce désir de faire au mieux, ce qui est a priori une bonne démarche et il va, sous un prétexte quelconque, se faire passer pour votre conscience, c’est-à-dire pour vous, et là il va mettre en avant ce qui n'est pas parfait dans votre vie spirituelle et vous plonger dans un sentiment d'insatisfaction, de culpabilité, de doute et vous serez là à vous tourmenter de n'avoir pas fait aussi bien que vous en aviez le désir. Le désir de bien faire est aussi un désir.

 

 

Vous ne vous êtes pas assez donné, vous n'avez pas dépassé cette appréhension de franchir la limite pour entrer dans la dimension spirituelle, voilà ce que vous fait penser l'ego-spirituel. Tant que les choses sont douces, harmonieuses, que tout va bien dans le meilleur des mondes, La Voie, sa pratique tient ses promesses de bonheur et vous êtes un disciple heureux, mais quand une note disharmonieuse vient, elle bouscule votre bonheur, vos certitudes. C'est à ce moment-là qu'il est le plus nécessaire de pratiquer !

 

 

 

Le détachement

 

 

 

Quand vous vous sentez « dans le Saint-Nom » et qu'à cause d'une réflexion que l'on vous fait vous quitter le Saint-Nom, pour vous retrouver dans la confusion, dans un sentiment d'injustice, que vous êtes vexé ce n'est pas la preuve d'un détachement suffisant. Oui, la posture intérieure compte, mais le détachement fait partie de cette posture intérieure et on a souvent tendance à l'oublier, le détachement. Bien sûr que vous pratiquez les quatre piliers, que vous aimez, que vous vous donnez, mais le détachement où est-il ? Vous avez donné votre auto ? Votre argent ? Votre temps ? Mais l'attachement à l'idée que vous vous faites à votre propos, l'avez-vous donné ? Vous en êtes-vous séparé ?

 

 

Vous pratiquez bien, vous êtes assidu aux rituels, vous méditez régulièrement, vous êtes disponible, vous avez du satsang et sans en avoir forcément conscience, vous voudriez que votre dévouement, le don que vous faites de vous, votre dévotion soient reconnus à leurs justes valeurs et que l'on puisse vous faire une réflexion mesquine, alors que vous êtes si dévoué, si bon pratiquant, ça vous vexe, vous le ressentez comme une injustice, alors ? Alors il y a encore une marge de progression !

 

 

Quand vous vous sentez frustré au niveau de votre amour-propre, que ce soit légitimement ou illégitimement n'est pas le problème, le problème est que vous oubliez le Saint-Nom à cause de ça et que vous en souffrez. Rien ne légitime le fait d'oublier le Saint-Nom... Enfin, quand je dis rien, j'exagère, certaines douleurs profondes, deuil, maladie peuvent vous faire oublier la douceur du Saint-Nom sans que cela soit illégitime.

 

 

 

Capables

 

 

 

Réalisez que l'on n'est pas capable de grand-chose ... Enfin si, on est capable de faire des fusées, des bombes atomiques, des avions, des autos, des viaducs, des tunnels, de hautes tours, mais pour ce qui est de notre destinée spirituelle, c'est autre chose. Être dans le flow de la bonne façon et avec constance est très, très difficile pour l'être humain.

 

 

Vous pouvez être dans le service du lever au coucher, car tout ce que l'on fait au quotidien peut être du service si vous pratiquez la technique du Saint-Nom en même temps, que vous dédiez vos actes et que vous faites les choses avec le plus grand soin, la plus grande attention, mais qui fait ça ? Qui est dans le service ? Est-ce que vous faites du service pour être un bon disciple et être bien noté ? Ou est-ce que vous faites ça parce que vous ne sauriez plus faire autrement ? Est-ce le vrai ou le faux-soi qui fait le service ?

 

 

Quand vous n'avez plus le choix, vous êtes dans la bonne posture. Quand la pratique de La Voie est devenue votre vie, alors vous êtes sur le bon chemin. Il n'est besoin d'aucune autre raison. Quand vous aimez l'harmonie de la Grâce et que vous préférez la vivre que l'oublier, alors vous faites tout ce qu'il faut pour y être et les quatre piliers de l'agya sont le moyen de connaître cette harmonie du Tout et d'y vivre heureux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #observance, #spiritualité, #bonheur, #saintnom, #harmonie, #vanité

Partager cet article

Repost0