Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y eut le parfum de l'eau, la lumière changeante à travers les frondaisons des arbres, les canards sur l'eau, les oiseaux dans le ciel, l'harmonie musicienne de la nature, le calme. Tout ça vous l'avez eu, même sans avoir pêché un seul poisson.

 

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

 

 

Je vous dis toujours qu'il suffit de pratiquer les trois piliers, d'observer l'agya et c'est vrai ; il n'y a rien d'autre à faire ! C'est tellement simple, que vous en rajoutez. C'est pour ça que ça vous fatigue, parce que vous en faites plus que ce qui est nécessaire. Il vous est demandé de pratiquer les trois piliers, d'observer l'agya, pas de le construire, pas de le fabriquer !

 

C'est comme pour la méditation formelle : vous commencez par la technique du « Saint-Nom », vous continuez pas celle de la Musique et vous finissez pas la Lumière. Ensuite, si vous avez envie de dormir, vous vous couchez, si vous avez envie de regarder la télé, vous la regardez et si vous avez envie de continuer à méditer, vous recommencez le cycle : « Saint-Nom », Musique, puis Lumière.

 

 

Faire n'est pas forcément réussir

 

 

Quand je vous dis de méditer sur le Saint-Nom je vous dis de méditer sur le Saint-Nom, rien de plus ; je ne vous dis pas de réussir à le faire ! Je ne vous ais pas demandé d'y arriver, juste de le faire. Alors évidemment, si quelque chose en vous se dit qu'il aimerait aller au septième ciel en méditant sur le Saint-Nom, qu'il aimerait quitter son corps, monter au Royaume pour s'asseoir à la droite du père eh bien vous ne suivez pas mon enseignement, vous n'êtes pas en train de méditer mais de construire une méditation factice, conceptuelle qui vous mènera directement à la confusion et à la frustration.

 

Vous êtes en train de faire, pas de méditer. Bien sûr que si une expérience remarquable vient, il n'est pas question de la repousser, acceptez-la et rendez grâce...par exemple si je vous dis de vous plonger dans l'eau pour vous mouiller, il vous suffit de vous plonger dans l'eau pour être mouillé, il n'est pas besoin de faire toutes sortes de choses dans l'eau pour être mouillé. Vous n'avez pas besoin de vous mettre en lotus, ni de compter le nombre de secondes que dure votre inspiration, votre expiration, de plonger la tête sous l'eau et de faire des bulles, d'ajouter des canards en plastique. Le simple fait d'entrer dans l'eau suffit !

 

 

L'important est de s'offrir

 

 

Vous pouvez vous plonger dans l'eau pour vous rafraîchir, pour vous laver, vous pouvez plonger dans l'eau dans le bonne humeur ou à regret, en étant contrarié, qu'importe : vous ressortirez mouillé pareillement. Vous ne serez pas plus ou moins mouillé selon la façon d'entrer dans l'eau, selon votre motivation ou selon votre humeur.

 

Quand vous méditez, vous « prenez la pose » et vous restez un moment, vous nettoyez votre conscience. Vous pratiquez les techniques comme je vous les ai montrées...ce n'est pas nécessaire d'en faire plus. En faire plus c'est trop ! Inlassablement vous revenez au Saint-Nom à chaque fois que vous le quittez pour écouter vos pensées, vos impressions. Quand vous méditez vous n'attendez pas Godot* !

 

* Référence à la pièce de théâtre « en attendant Godot », de Samuel Beckett.

 

Les bienfaits de la méditation se manifestent après la méditation, dans la vie quotidienne, à travers ce que vous faites. L’intérêt du carburant se voit quand vous roulez, pas quand vous faites le plein. Méditer fait partie des trois piliers, de l'agya, alors observez-le. Il ne s'agit pas de méditer à condition d'y arriver.

 

L'existence n'est pas exempte de contrariétés, même en allant sur La Voie, c'est ainsi il vous faut l'accepter et faire avec. Ce n'est pas en oubliant de méditer que ça ira mieux ! Pratiquez...vous ne pouvez pas inventer l'harmonie de la vie, mais vous pouvez vous plonger dedans, c'est à ça que sert la méditation.

 

 

Être dans le Saint-Nom

 

 

L'agya, à part les valeurs à respecter, c'est la pratique des trois piliers . Il y a la méditation formelle mais pas seulement, il y a aussi le service. Dans la journée, à partir du moment où vous ouvrez les yeux, vous pouvez poser un peu de votre attention sur le Saint-Nom (autrement dit, pratiquer la technique du même nom) et ainsi jusqu'au soir, au moment de vous endormir. Il s'agit de pratiquer la technique (connue au moment de sa Révélation) tout le temps, sans cesse. Je ne vous ai pas demandé de réussir mais de travailler à y réussir. C'est l'objectif. Quand on y arrive on a atteint la réalisation, c'est le but, le but de La Voie. Mais atteindre le but ce n'est pas le début de La Voie.

 

Si, par l'Observance de l'agya l'harmonie essentielle entre en résonance avec votre vécu, c'est bien ! C'est cool, c'est la cerise sur le gâteau. Mais ce n'est pas ce que vous devez viser. Ce que vous devez viser c'est être « dans le Saint-Nom », c'est à dire pratiquer la technique. Le fait d'observer l'agya, si ça n'enlève pas tous les petits tracas de la vie, ça réduit tout de même considérablement les impacts négatifs qu'ils peuvent avoir. Les problèmes continuent d’arriver mais ils n'ont pas le même impact.

 

La pratique régulière de La Voie amène le vrai détachement. Souvent on est affecté par les événements de façon disproportionnée. Ils ne méritent pas qu'on soit aussi malheureux, contrarié que ça. On a rajoute.

 

Dans la méditation formelle c'est simple : il n'y a que la technique à faire, mais dans le service c'est un peu moins facile, car il y a la technique à faire plus la vaisselle, plus le ménage, plus conduire la voiture, plus prendre le bus, plus travailler, plus s'occuper de sa famille etc. Mais vous ne saurez pas tout de suite si ça fonctionne...prenez un exemple : si votre but est de bronzer, que vous vous allongez au soleil, vous n'avez pas besoin d'y penser pour bronzer, vous n'avez rien d'autre à faire pour réussir. Vous bronzez parce que vous vous exposez au soleil.

 

Que vous soyez heureux de le faire ou malheureux, qu'importe, vous bronzerez, vous bronzerez parce que votre peau à de la mélanine, parce qu'il y a du soleil et parce que vous vous exposez à ses rayons. Quand vous méditez c'est le même phénomène, il se passe que votre âme, votre conscience est impressionnée par le Saint-Nom, par la lumière et par la musique.

 

 

Les bienfaits viennent après

 

 

Souvent vous méditez le matin, avant de vaquer à vos obligation et cette méditation ne s'est pas bien passée, selon vous. Dans la journée tout se passe harmonieusement, tout coule de source et vous ne faites pas forcément le rapprochement avec la méditation du matin, cette méditation où ça ne s'est pas très bien passé. Pourtant c'est grâce à cette méditation que la journée se déroule bien. La méditation est, le plus souvent, un processus « souterrain », ce qu'il s'y passe s'y passe en profondeur et si votre attention n'est pas très profonde, vous ne voyez pas ce qu'il se passe...mais ça se passe tout de même et toute la journée en est favorablement impressionnée.

 

Si vous ne pouvez pas méditer au levé, pour telle ou telle raison, tant pis, il s'agira alors de la méditation du soir. Qu'importe le moment où vous méditez et la durée, ce qui compte c'est la régularité, la constance. Vous êtes allé au rendez-vous et ça suffit pour avoir conscience de la Grâce.

 

C'est comme celui qui aime pêcher, il va au bord d'un étang, d'une rivière, il s'installe, monte sa ligne et plonge son hameçon dans l'eau, surveillant le bouchon en attendant qu'un poisson morde. Mais le poisson ne mord pas forcément et pourtant, quand ce pêcheur reviendra à la maison, le soir, il aura passé une bonne journée, même bredouille. Dans la pêche, ce qui compte c'est de pêcher, pas d’attraper du poisson.

 

Il y eut le parfum de l'eau, la lumière changeante à travers les frondaisons des arbres, les canards sur l'eau, les oiseaux dans le ciel, l'harmonie musicienne de la nature, le calme. Tout ça vous l'avez eu, même sans avoir pêché un seul poisson. C'est comme avec La Voie : votre existence, vous changez mais petit à petit, doucement, dans l'harmonie. Ce qui dure vient doucement, ce qui arrive d'un coup ne dure jamais.

 

 

 

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya (maison du bonheur) , enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous observez l'Agya. Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

 

 

 

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur.

Tag(s) : #lavoie, #yogaoriginel, #agya, #observance, #satsang, #spiritualité, #bonheur, #conscience, #grâce, #confusion, #paix, #méditation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :