Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est ça la vie spirituelle ; pourquoi se fixer un objectif ? Pourquoi faire vingt kilomètres plutôt que trente ou que quarante ? Connaît-on l'objectif ? Sait-on où est la destination ? On sait la direction, on connaît la raison, on sait comment y aller mais c'est tout.

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

 

 

Imaginez un pèlerin qui commence son chemin sans savoir combien de kilomètres il doit parcourir. Il y a une voie, il y a un panneau indicateur : "Compostelle" mais pas de distance et il ne sait pas combien il devra marcher. Il a son sac, ses chaussures, son chapeau, sa gourde, sa coquille Saint-Jacques, sa foi, sa soif de faire ce pèlerinage et il part.

 

Dans ma jeunesse il m'est arrivé de vivre une situation de ce genre, quand je me déplaçais en auto-stop et que j'étais au beau milieu de nulle-part, dans le Larzac, en plein hiver, sur une route enneigée sans traces de roue...je marchais. Pourtant, malgré ça j'avais la certitude que j'étais au bon endroit à faire la bonne chose, qu'il y avait une raison et que tout était sous contrôle pour mon plus grand bien. Je ressentais fortement la Grâce, sa guidance dans ma vie.

 

Il faisait beau et le moindre petit clin de soleil dans le ciel était comme un clin d’œil de Dieu, l'oiseau s'envolant brusquement devant moi était une manière de salut. C'était magnifique. Dans un cas comme celui-là, comme pour le pèlerin du début, on se prend à marcher en oubliant qu'il nous faut arriver. On se fiche bien d'arriver, on n'a plus d'autre but que de marcher : le chemin devient le but.

 

Sur cette route déserte du massif central, en plein hiver, je ne me préoccupais de rien, juste je profitais de la Grâce de l'instant. Je n'avais rien à manger, il faisait froid, le jour glissait vers le soir et je n'avais pas de duvet mais ce n'était pas grave. « Préoccupez-vous en premier du Royaume et tout le reste vous sera donné en plus », disait le Christ. En l’occurrence une voiture est sorti d'un chemin adjacent et m'a chargé ; c'était un médecin appelé chez un patient qui me laissa plus loin, à un croisement où une nationale déneigée, et très fréquentée, allait dans ma direction ; Clermont-Ferrand.

 

 

La vie spirituelle

 

 

C'est ça la vie spirituelle ; pourquoi se fixer un objectif ? Pourquoi faire vingt kilomètres plutôt que trente ou que quarante ? Connaît-on l'objectif ? Sait-on où est la destination ? On sait la direction, on connaît la raison, on sait comment y aller mais c'est tout.

 

Est-ce que je dois y réfléchir ? Me dire ; je fais du six kilomètres en en heure, donc si je marche cinq heures ça me fera trente kilomètres et je regarde ma montre pour savoir à quelle heure j'arriverais. Je ne suis pas un sportif, je n'ai pas de rendez-vous, à part à la fin et je ne maîtrise pas ce rendez-vous là.

 

Je suis planté sur une route enneigée, il faut beau, le ciel est bleu, j'ai le cœur plein du Saint-Nom (Esprit-Saint) qui me gonfle comme un ballon et je suis heureux, alors je marche, qu'est-ce que j'ai besoin de réfléchir ? Je profite de l'instant avec reconnaissance. C'est ça la vie spirituelle, l'Observance sur La Voie : on a un chemin, une raison de marcher, les moyens de le faire, alors on le fait, simplement.

 

 

Le but de La Voie

 

 

C'est quoi le but de La Voie, de sa pratique ? C'est de réaliser, de faire en sorte que notre conscience soit dans le Saint-Nom du lever au coucher. On n'y arrivera peut-être pas dans cette vie, mais qu'importe ! Le chemin est si beau ! Certains visent l'éveil sans savoir exactement ce que c'est...oh, ils ont bien toutes sortes de concepts à ce propos et ils sont capables de parler de l'éveil savamment, mais en vérité ils ne le connaissent pas. D'autres se croient éveillés parce que leur conscience à commencé à sortir du sommeil de l'inconscience, mais ce n'est pas l'éveil, tout juste un réveil, ce qui est déjà beaucoup : on ne peut pas commencer à marcher sur une vraie voie sans avoir son Esprit réveillé mais l'éveil, celui qui fait les bouddha, c'est autre chose ! Et l'éveil arrive toujours brusquement, comme un coup de tonnerre dans un ciel d'été. C'est comme un accident de méditation. L'éveil n'est pas le but, le but c'est la Réalisation.

 

La Réalisation, une fois reçue la Révélation de La Voie, c'est de rendre La Voie réelle dans son existence, de rester centré le plus souvent possible, dans la journée et le plus longtemps possible jusqu'à ce que du lever au coucher notre Esprit soit centré tout le temps. Évidemment, certaines existences seront plus propices à la Réalisation que d'autres. Vivre une existence calme, régulière, dans un milieu paisible est plus favorable à la Réalisation que d'être dans une salle des marchés, dans une tour de la défense, près de Paris, à jongler avec les cours des matières premières !

 

C'est fou comment est le mental, souvent, pas attiré par la spiritualité. Il aime le bruit, l'agitation, la diversité, l'aventure. Certains pensent même qu'une vie calme, bien rangée, régulière, ils disent « routine » pour décrire une telle vie, ils pensent qu'une telle vie est mortelle et désirent, aspirent à l'aventure, à la découverte du monde, des gens. Ils veulent voyager, rencontrer, vivre toutes sortes d'expériences et, une fois vieux, s'ils arrivent à la vieillesse, ils se disent que « pierre qui roule n'amasse pas mousse ».

 

Chaque type d'existence a ses plaisirs. Un moine zen aura des plaisirs zen, un golden-boy de la City aura des plaisirs de golden-boy. Que le golden-boy n'envie pas les plaisirs du moine et que le moine n'envie pas les plaisirs du golden-boy.

 

Tout dépend ce que vous voulez découvrir, si c'est le monde, alors courrez-y, voyagez, profitez-en mais si c'est la vérité, la paix-intérieure, alors posez-vous et restez centré. On ne peut pas courir plusieurs chevaux à la fois. C'est pourquoi, en Inde, il y a trois périodes de l'existence : la jeunesse d'études, l'âge adulte pour travailler et fonder une famille, et la vieillesse pour se consacrer à la religion et ou la spiritualité. Mais certains veulent se consacrer à la spiritualité dès l'adolescence ! C'était mon cas.

 

Pour finir ce Satsang je veux vous donner un conseil : ne réfléchissez pas à la spiritualité, faites du mieux que vous le pouvez, c'est tout. Pour vous, les pratiquants de La Voie, quand vous sentez monter en vous une sensation négative, un sentiment un peu lourd, comme de la tristesse, de la colère, de la frustration, de l'incompréhension, un sentiment d'injustice etc. Posez-vous un moment, fermez les yeux et pratiquez la technique du Saint-Nom jusqu'à ce que ce feeling négatif soit estompé, comme un trait de crayon par une gomme.

 

 

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya (maison du bonheur) , enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous observez l'Agya. Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

 

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur.

Tag(s) : #lavoie, #yogaoriginel, #satsang, #spiritualité, #bonheur, #vérité, #grâce, #simplicité, #vivre, #paix, #but, #guidance

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :