Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La voiture est usée, mais le conducteur est toujours aussi jeune. Si vous vous identifiez à la voiture vous vous sentez usé, mais si vous vous identifiez au conducteur, vous restez jeune. Chaque fois que vous revenez au Saint-Nom, vous revenez au point de départ, vous vous réinitialisez.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de spiritualité, de La Voie, de la méditation et de la jeunesse.
La fréquentation quotidienne de notre être profond nous garde jeune jusqu'au bout

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Je me souviens, j'avais dix-huit, dix-neuf ans, je suis parti en Inde, attiré par je ne savais quoi. Mais, je n'avais aucun doute, je devais aller en Inde, alors je suis parti en stop, sac au dos, avec quelques vêtements, des fruits secs et une pièce de cinq francs. Après quelques péripéties, j'y suis arrivé.

 

 

Bon, j'ai cherché à Pondichéry, ailleurs aussi et j'ai rencontré celui qui fut mon maître au nord de l'Inde, dans l'état du Bihar. Il m'a initié, j'ai vécu quelque temps en son ashram puis j'ai été obligé de revenir en France, faute d'un titre de séjour. Je me suis retrouvé à Paris, avec nulle part où aller, pas de famille, aucune relation, pas d'argent. Chaque nuit, je demandais à des passants s'ils pouvaient m'héberger, et chaque nuit quelqu'un acceptait de me recevoir chez-lui... pour une nuit ou plusieurs semaines parfois. C'était dans les années soixante-dix.

 

 

 

Guidé

 

 

 

J'étais vraiment comme un oiseau sur la branche et je ne vivais que par la Grâce… Je ne me préoccupais pas de ma nourriture et pourtant je mangeais chaque jour, je ne me préoccupais pas de mes vêtements, et pourtant jamais aucun lys des champs ne fut habillé comme je l'étais... en Jeans et tunique indienne. J'étais complètement "space-out", la tête dans les nuages, les yeux remplis de la lumière-intérieure et je me sentais guidé à chaque pas.

 

 

J'allais, confiant, sur une voie dont je ne connaissais ni le tracé ni la destination et qui se dessinait au gré des rencontres. J'avais toujours la certitude que là où je marchais était le bon chemin, que là où j'allais c’était la bonne direction. Toute mon existence a été comme ça. Excepté une période où je suis tombé dans un trou de confusion, suite à un deuil, comme tout le monde. Mais, dès que je retrouvais la conscience de Sa Grâce, les choses étaient ainsi, faites de certitude, de paix, de joie et de reconnaissance.

 

 

J'étais véritablement guidé. Je m'occupais d'abord de la pratique, des quatre piliers de La Voie. Rien n'était aussi important que d'être dans l'agya et d'être en conscience du Saint-Nom (Esprit-Saint). Dormir, manger, m'habiller n'était pas ma première préoccupation, la Grâce y pourvoyait. Je n'avais rien, la Grâce me donnait tout. C'est quand on est dans le plus grand dénuement que l'on remarque le plus la Grâce. Ceci dit il n'est pas obligatoirement nécessaire de manquer de tout pour avoir conscience de la Grâce !

 

 

 

Ce qui ne change pas

 

 

 

J'ai plus de soixante ans et quand je suis dans la conscience du Saint-Nom, c’est-à-dire la plupart du temps, je suis le même qu'à dix-huit, dix-neuf, vingt ans... ou trente ans ou même quarante ! L'âge avance, le corps change, mais il y a quelque chose en moi, comme en vous, qui reste le même. La pratique de la technique du Saint-Nom nous rebranche toujours sur ce qui ne change pas.

 

 

C'est devant cette permanence que l'on oublie l'impermanence, l'éphémère, l'illusion. On sait faire la distinction entre l'essentiel et le reste quand on fréquente régulièrement l'essentiel. Je suis de mon temps, car je vis dans le présent qui seul existe vraiment. Ce qui n'empêche pas les souvenirs ni, parfois, un peu de douce nostalgie ! Mais, le bonheur de maintenant est le même que le bonheur d'avant : il ne change pas.

 

 

Le bonheur venu du plus profond de soi ne vieillit pas, c'est toujours le même et il ne dépend de rien que de lui-même. Personne ne peut vous le retirer, sinon vous-même, en le quittant des yeux. Avec la bonne technique et la bonne posture intérieure vous goûtez à l'immortalité. C'est l'objet de La Voie, de sa pratique.

 

 

Le Saint-Nom ne change pas. Si vous faites de lui votre référence vous connaîtrez ce qui dure, ce qui ne change pas dans cette existence où tout bouge, tout change sans cesse. La voiture est usée, mais le conducteur est toujours aussi jeune. Si vous vous identifiez à la voiture vous vous sentez usé, pourtant si vous vous identifiez au conducteur, vous restez jeune. Chaque fois que vous revenez au Saint-Nom, vous revenez au point de départ, vous vous réinitialisez.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #satsang, #spiritualité, #bonheur, #vérité, #yoga, #méditation

Partager cet article

Repost0