Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous devons ré-accorder notre âme, c'est ça le propos de notre vie. Nous nous incarnons pour exister en tant que conscience individuelle, ensuite nous devons nous ré-accorder à l'unisson de l'harmonie de Dieu. Une fois accordée, l'âme se fond dans l'harmonie divine. C'est la Libération.

 

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de la spiritualité, de l'harmonie, de La Voie, de la méditation.
En nous, ce qui nous donne la vie est harmonie, pour le ressentir nous devons nous accorder

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

Notre âme est un peu comme un instrument à corde qu'il faudrait accorder, alors... comment l'accorder, notre âme ? L'accorder à quoi et comment ? Eh bien on accorde notre âme à l'harmonie, à l'accord de Dieu, à l'accord du Saint-Nom (Verbe), à l'accord de l’harmonie. L’harmonie, c'est le charisme de Dieu, son émanation, la résultante manifeste de Sa Grâce, de Sa Vertu*. Cette harmonie est la trame première de la vie, de tout, du big-bang, de l'équation fondamentale qui soutient tout l'univers. Notre âme est issue de cette harmonie. Mais parce qu'elle s'est incarnée elle s’est désaccordée pendant l'opération.

* Vertu dans le sens de "propriété". Lao-Tseu parlait de "vertu du Tao".

 

 

Notre âme, c’est-à-dire nous même, profondément, essentiellement, n'existait pas, avant sa toute première incarnation. Pour qu'elle existe, il a fallu l'incarner et pour l'incarner il a été nécessaire de la lier à l'ego : sans ego pas d'incarnation possible, pas de conscience individuelle ni de libre-arbitre. Cet ego a deux effets : celui de nous permettre de dire « je suis » et celui de nous permettre de choisir. Si on ne peut pas dire « oui » ou « non », on ne peut pas dire « je ». Ce libre arbitre, cet ego fait que notre âme n'est plus accordée avec l'harmonie fondamentale. C'est un des effets indésirable de ce processus indispensable.

 

 

 

Se ré-accorder

 

 

 

Nous devons ré-accorder notre âme, c'est ça le propos de notre vie. Nous nous incarnons pour exister en tant que Conscience individuelle, ensuite nous devons nous ré-accorder à l'unisson de l'harmonie de Dieu. Une fois accordée, l'âme se fond dans l'harmonie divine. C'est la Libération. Pour accorder notre âme, il est besoin d'un diapason. Ce diapason, c'est le Saint-Nom (Verbe). Ce Saint-Nom est joué par quatre cordes, les piliers de la pratique. Ces quatre cordes bien jouées produisent une vibration qui fait vibrer l'âme et l'accorde, une fois l'âme accordée la vie devient harmonieuse, pleine de sens et utile, utile à autre chose que de simplement exister, survivre en attendant la mort.

 

 

D'avoir ces quatre cordes, ce n'est pas suffisant, il reste à jouer de cet instrument. Personne ne va jouer de cet instrument à notre place. Jouer de cet instrument, c'est pratiquer et observer l'agya. Un instrument peut être parfait, s'il est mal joué la note sera fausse. Alors on apprend à en jouer, de cet instrument, avec le temps, avec la pratique. Les jeunes initiés apprennent à doser le service, le satsang et la méditation. Je fais un peu de satsang, un peu plus de méditation, j'ajoute une grande partie de service, j'observe les angas et je corrige au fur et à mesure du temps.

 

 

 

La posture-intérieure

 

 

 

Mais même si je joue parfaitement de l'instrument ce n'est pas encore suffisant : il faut de l'intention et l'intention, c'est la posture-intérieure. C'est elle qui donne l'intention, le feeling de l’harmonie que l'on va jouer sur notre instrument. L'archet, c'est notre pratique régulière, le cordes sont les quatre piliers et le touché, c'est notre attention, notre posture-intérieure, notre feeling. Alors, de quoi est composée la posture-intérieure ? Eh bien, c'est déjà d'avoir un à-priori positif à propos du maître qui vous a révélé les techniques de La Voie et qui vous enseigne à travers son satsang. Cet à-priori est que le maître veut votre bien. Si vous vous méfiez, c'est moins facile de lâcher-prise et de pratiquer, de mettre en pratique son enseignement !

 

 

Après, la posture-intérieure est aussi faite d'humilité, mais l'humilité n'est pas une posture, mais une vertu et cette vertu est le résultat d'un constat, celui que l'on est bien peu de choses ! L'humilité vient automatiquement quand la conscience s'approfondit et que l'on réalise notre véritable importance, notre véritable condition, cette condition humaine, cette impermanence.

 

 

La posture-intérieure est aussi faite de simplicité, mais rien n'est plus difficile que d'être simple quand on est compliqué. La pratique de La Voie est bien plus aisée, naturelle pour quelqu'un de simple que pour quelqu'un de compliqué. « Heureux les simples d'esprit ». Pour quelqu’un de compliqué, ce sera moins simple ! C'est possible, mais ça va demander plus de temps parce qu'au début, il faudra se simplifier.

 

 

La posture-intérieure est aussi faite de constance. La pratique ne vaut que si elle est constante. La constance vient de la soif et de la foi. Selon la force de votre motivation, vous serez plus ou moins constant dans votre pratique. La foi n'est pas la croyance, mais la confiance. Si vous voulez pratiquer les piliers de La Voie, observer l'agya, le minimum, c'est d'avoir confiance dans cette pratique. La posture-intérieure change votre façon de jouer de l'instrument. L'instrument reste le même, mais la façon d'en jouer change et ça fait toute la différence. L'harmonie alors vient et donne une dimension à votre existence que vous ne soupçonniez pas.

 

 

Votre façon de vivre compte aussi, mise à part la pratique des piliers et c'est là que le quatrième pilier, les angas, sont utiles : ils donnent des pistes à propos des valeurs à cultiver pour aider l'harmonie à diriger votre vie. Vous voyez, La Voie n'est pas seulement une méditation presque magique qui, parce qu'on en posséderait les techniques, gommerait tous les obstacles à notre réalisation spirituelle. Quand je parle de votre façon de vivre je ne veux pas dire que La Voie va vous prescrire une façon de vivre « clé-en-main », un régime alimentaire, une façon de se vêtir. Les angas sont un ensemble de préconisations éthiques, de valeurs propices à une vie spirituelle véritable, harmonieuse. Ces préconisations existent dans le « Yogasûtra », dans d'autres ouvrages spirituels, comme « Le chant de l'éveillé » et le « Tao-Te-King ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #observance, #spiritualité, #bonheur, #saintnom, #méditation, #harmonie

Partager cet article

Repost0