Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La discipline est souvent perçue comme un mal, une atteinte à notre liberté, mais c'est tout le contraire : une discipline librement consentie vous libère de vous-même. Voyez l'enfant heureux, est-il libre ? Non, tout est pris en charge pour lui et c'est pour ça qu'il est heureux.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de la spiritualité, de la béatitude cachée derrière l'ennui.
j'ai connu la béatitude enfant, quand je m'ennuyais, car à l'époque ou pouvait encore s'ennuyer

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Enfant j'ai longtemps vécu dans un pensionnat où j'étais un enfant parmi d'autres, ni favorisé ni défavorisé. Des adultes, dont c'était le métier, s'occupaient de nous. Je n'avais pas à me préoccuper de ma nourriture, ni de mes vêtements, de les raccommoder, de les laver, de les repasser pas plus que je n'avais à penser à mon emploi du temps : tout était organisé par les adultes.

 

 

Je ne vivais pas avec des parents. Je n'ai pas non plus connu les engueulades d'un père alcoolisé, les problèmes de fin de mois, d'être étouffé par une mère sur-protectrice et toutes ces sortes de choses qui arrivent dans les familles. Je n'avais qu'à vivre ma vie d'enfant, aller à l'école, jouer, lire, rêver. Il y avait un règlement strict, des horaires fixes et je n'avais à penser à rien qu'aux rêves qui me trottaient dans la tête. La structure rigide du pensionnat, son règlement, la surveillance des éducateurs, instituteurs, professeurs et autres adultes, loin de me tenir enfermé, me libéraient.

 

 

 

La discipline

est une liberté

 

 

 

À considérer les choses de l'extérieur, sans les avoir vécues, on peut se dire qu'une pension aussi stricte devait être étouffante, mais non : à partir du moment où vous lâchez-prise, où vous acceptez les choses, vous êtes libre. La discipline était une liberté. L'agya (le socle de la pratique) c'est ça ! Un ancien maître-éveillé a parlé de ça : « La voie que j'enseigne est grande, mais on dit que je ressemble à un Homme borné. C'est justement parce que grande est La Voie que je suis borné. Quant à ceux qui se croient éclairés, leur ignorance est grande ! » (Lao-Tseu, Tao-Te-King, extrait de 2.67) Ici le mot borné est à prendre au sens littéral : « qui a des bornes » et les bornes d'un sage, sur La Voie, sont les limites que les ascèses de sa pratique lui donnent. Ces limites, loin de l'emprisonner le libèrent de lui-même.

 

 

 

Redevenir

comme un enfant

 

 

 

Quand certains sages éveillés disaient qu'il est bon de redevenir comme un enfant. C'est aussi de ça dont ils parlaient, de ce lâcher-prise, de cette acceptation, de cette confiance, de cette simplicité de l'enfant dont tout le monde s'occupe avec soin. Cet enfant n'a plus qu'à vivre sa vie d'enfant. Sur La Voie, ce qui s'occupe du disciple assidu, c'est la Guidance. Les disciples savent ce qu'est la Guidance, la Grâce en action dans leur existence, mais c'est difficile à expliquer, de façon compréhensible, à quelqu'un qui ne le vit pas. Jésus avait parlé de ça, en son temps.

 

 

« Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ? Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux.

 

 

Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ? Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : que mangerons-nous ? Que boirons-nous ? De quoi serons-nous vêtus ? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et toutes ces choses vous seront données en plus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. » (L'évangile de Jésus chapitre 22, versets de 23 à 31)

 

 

Quand on dit « redevenez comme un enfant » c'est de ça dont il s'agit. Je parle d'une enfance comme la mienne, celle d'un orphelin libre, sans parents qui s’entre-déchirent et prennent leur enfant en otage pour obtenir gain de cause dans un divorce, par exemple. Les bornes de la pratique libèrent. Combien de moines, de moniales se sont sentis libérés le jour où ils ont prononcé leurs vœux monastiques ! Mais il n'est pas non plus nécessaire d'entrer au couvent ou au monastère pour vivre La Voie !

 

 

 

La joie contenue

dans l'instant

 

 

 

Quand j'étais enfant, nous n'avions pas de jeux vidéo, pas de smartphone et à peine la télévision. Je n'avais pas de jouets, à part des billes, des élastiques, des bouts de bois, des jeux de société, des copains et des livres... Des bibliothèques entières de livres ; des ballons aussi, mais je n'avais pas de jouets et j'aimais être seul. Quand on est seul et que l'on n'a rien à faire, et une certaine forme d'esprit, On s'ennuie et que trouve-t-on dans l'ennui ? Quand on a une certaine forme d'esprit ? On y trouve la béatitude contenue dans l'instant, on y trouve la plénitude de l'Unité.

 

 

L'instant, l'Unité est simple... Par définition et si vous ne cherchez pas à être simple vous ne pourrez pas rencontrer la simplicité de l'instant. C'est en elle que réside la béatitude. Les gens, souvent, aiment bien s'éclater, mais s'ils savaient à quel point c'est mieux de "s'inclater" ils cesseraient de s'éclater autant pour "s'inclater" un peu plus ! "S'inclater" est le contraire de s'éclater. S'éclater c'est se disperser, se rependre partout, comme quelque chose qui a explosé, "s'inclater" c'est se rassembler, se réunir en son centre, méditer.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #satsang, #spiritualité, #observance, #bonheur, #grâce, #simplicité

Partager cet article

Repost0