Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les sens sont faits pour voir, entendre, sentir, goûter, toucher les choses de l'extérieur mais pas seulement, ils peuvent se retourner vers l'intérieur ainsi vous pouvez voir, entendre, sentir, goûter, ressentir ce qu'il y a en vous d'essentiel. Il existe des techniques pour ça.

 

Satsang de sri hans Yoganand à propos de spiritualité, des sens intérieurs, de la méditation.
Il est possible de retourner ses sens vers l'intérieur pour voir, entendre et goûter la source de la vie

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Vous savez, la paix-intérieure, ce que Lao-Tse nommait « la vertu du Tao » n'a pas besoin de nous ! La source n'a pas besoin de l'assoiffé. Elle est là, elle coule et qu'importe si quelqu'un vient s'y désaltérer. Mis à part les très nombreuses personnes qui souffrent dans le monde, à cause de l'extrême pauvreté, du manque d'eau, de nourriture, de violences aveugles et d'injustices criantes, il arrive, chez nous, que nombre de souffrances soient de notre fait.

 

 

Je veux préciser à ceux qui lisent ce satsang sur le blog, qu'en disant ça je parle aux disciples qui sont assis ce soir dans la salle de satsang de l'ashram, considérant qu'ils ont reçu la Révélation et qu'ils ont le moyen de ne plus souffrir.

 

 

Quand vous n'êtes pas en paix, c'est que vous n'êtes pas à l'intérieur, que vous êtes dans vos pensées, dans vos problèmes, dans votre vanité blessée, à juste ou injuste titre, de votre confusion... vous êtes dans votre tête ! À l'intérieur, il y a la paix, vous le savez bien : vous avez déjà médité et ressenti, vécu cette paix de la vacuité (le vide plein de béatitude).

 

 

Nous avons des sens... On dit habituellement que l'on en a cinq, mais nous n'en avons que quatre, au niveau du cerveau, car le sens du goût et de l'odorat sont les mêmes, donc nous avons quatre sens et, généralement ces sens sont tournés vers l'extérieur. C'est normal ; les yeux sont faits pour regarder dehors, les oreilles pour entendre les sons de l'extérieur, le nez et la langue pour sentir et goûter les odeurs et les saveurs du dehors et le toucher pour ressentir le contact avec les choses du dehors. Mais ces sens sont réversibles !

 

 

 

Les sens sont réversibles

 

 

 

Les sens sont réversibles, encore faut-il le savoir et vouloir les retourner. Les sens peuvent voir, entendre, sentir et ressentir au dedans de nous. Il y a des méthodes, des techniques pour ça, encore faut-il les connaître et pour les connaître il est nécessaire de les demander à ceux qui les connaissent déjà. Mais ce n'est pas suffisant, il est d'abord nécessaire de le vouloir.

 

 

Les paramètres de nos sens, par défaut, coché sur « extérieur ». Pour les tourner vers l'intérieur, vous devez décocher « extérieur » et cocher « intérieur ». Si la curiosité, la soif fondamentale vous pousse à vouloir « explorer » votre intérieur, pour éviter que votre regard soit distrait par ce que voient vos yeux au dehors, il est nécessaire de commencer par les fermer. Pareillement, pour éviter que vos oreilles soient distraites par les sons du dehors, il est nécessaire de commencer par les boucher. Pour ce qui est des parfums et du goût, fermer sa bouche est, semble-t-il, pertinent. Quant au toucher, restez complètement immobile, ne touchez plus à rien. Là, je donne la base de la méditation, sans entrer dans les détails des techniques de La Voie.

 

 

C'est exactement ça que symbolisent les trois singes de la sagesse... Vous savez ces singes qui, pour l'un se cache le nez et la bouche (peu de gens remarquent que ce singe se cache, avec ses mains, en même temps le nez et la bouche et seulement ceux qui ont eu la Révélation et qui pratiquent la méditation de La Voie savent l'importance de ce détail) pour l'autre se cache les yeux et, pour le dernier, se bouche les oreilles. Il ne s'agit pas du tout de l'omerta de la mafia sicilienne !

 

 

 

Lao-Tseu, un éveillé chinois, a dit : « Le Tout est la mère du monde. Dès qu'on connaît la mère, on connaît ses enfants. Celui qui connaît les enfants et qui garde un lien avec la mère, vivra longtemps, en toute sérénité. S'il tourne ses sens vers le dedans, il vivra en toute conscience. Mais s'il ne se tourne que vers le dehors et ne voit plus que ses désirs, celui-là ne pourra être sauvé. Celui qui voit les choses subtiles est éclairé ; celui qui reste humble est fort de la Grâce. S'il pratique La Voie et revient à la lumière du Tout, il n'aura plus de craintes. C'est ça, cultiver la conscience de l'Unité. » (Tao-Te-King 2:52)

 

 

 

« Celui qui a conscience de l'Unité, ne peut en parler. Celui qui n'a pas cette conscience, en parle savamment. Celui qui connaît l'Unité, ferme sa bouche, ses oreilles et ses yeux. Il reste dans le non-agir, dégagé de tous liens, et voile l'éclat de son rayonnement, ressemblant à tout le monde, faisant, en cela, comme la discrète harmonie du Tout. Il prend de la même façon l'amitié et l’inimitié, le mal et le bien, le profit et la perte, les honneurs et l’anonymat. Par l'Observance, il est arrivé au vrai détachement. » (Tao Te-King 2:56)

 

 

 

Souvent le souci, c'est que vous avez du mal avec ça, avec le fait de couper les ponts vers l'extérieur ! Sans doute que votre soif du dedans est moins forte que votre soif du dehors ! Pourtant, ce n'est que pour pratiquer la méditation... il ne s'agit pas d'être aveugle et sourd H24 !

 

 

 

Savoir quoi regarder,

quoi écouter

 

 

 

Beaucoup de gens méditent et peu connaissent les techniques de La Voie. Ils connaissent d'autres techniques, mais ils ne savent pas, quand ils ont fermé les yeux, sur quoi se concentrer, alors ils sont facilement distraits par leurs pensées. Certains disent un mantra, d'autres se contentent d'y penser... D'autres encore écoutent un fichier audio enregistré pour la méditation. Avec La Voie vous savez quoi regarder, quoi écouter une fois que vous avez demandé et reçue, la Révélation. C'est tout l’intérêt !

 

 

Je connais des disciples de La Voie qui ont peur de la béatitude ; quand ils arrivent à la méditation profonde, à la vacuité (vide de pensées, mais pleine de paix) ils ont peur et sortent de méditation. Heureusement qu'il y a quatre techniques et pas une seule, ainsi ils peuvent en changer et continuer leur méditation. Les techniques, c'est bien, mais insuffisant... Même les quatre de La Voie, ce qui est tout aussi utile, nécessaire ; et peut-être plus, c'est la posture-intérieure, le véritable àsana. Cette posture est un mélange d'humilité, de simplicité, de soif, de détermination dans le lâcher-prise (oui, je sais ; ça semble paradoxal au premier abord) et de constance.

 

 

Ensuite, une fois la Révélation reçue, une fois la posture-intérieure comprise vous pouvez « toucher-de-l'âme » l'infini de l'Unité (ou Tao ou Satçitananda ou le Royaume). Il faut parfois des mois, des années pour maîtriser la bonne posture-intérieure, mais qu'importe : même sans cette maîtrise la voie est belle et change tant de choses, déjà, dans l'existence de ceux qui y marchent. Selon l'état mental où vous arrivez à la Révélation, il vous faudra plus ou moins de temps pour redevenir simple et humble.

 

 

 

Peur du bonheur

 

 

 

Pour être mouillé, il suffit de se déshabiller et de se plonger dans l'eau, alors on est mouillé. Il n'y a rien à faire de plus ! Pour la béatitude, c'est la même chose : il y a juste à s'y plonger. Comprendre ça, ce n'est pas évident pour tout le monde aussi naturellement : quand on est compliqué ce n'est pas facile de faire simple. C'est parfois le travail de toute une vie. Demandez à des calligraphes asiatiques ou autres artisans d'art ! Il y a des gens qui ont très, très soif et qui, quand je leur propose mon eau, me disent non. Ils ne l'ont jamais bue, mais ils ne veulent pas essayer, préférant leur soif. Il y a des chercheurs qui aiment tant chercher qu'ils évitent de trouver. D'autres gens pensent, inconsciemment, qu'ils méritent de souffrir, alors ils évitent le bonheur comme la peste.

 

 

Même chez les disciples de La Voie, il y en a qui sont habitués à leur souffrance et qui hésitent à la lâcher, de peur de ne plus rien avoir, mais ils ont la béatitude, la paix-intérieure ! Le mental a souvent des raisons que la raison ignore. Il faut tant de mots pour parler de La Voie (ou Tao, car le mot Tao signifie « La Voie »). Lao-Tseu disait, à ce propos : « La voie qui peut se dire n'est pas La Voie ; le nom qui peut être dit n'est pas l'éternel, le sans nom, à l'origine du ciel et de la terre. Les êtres et les choses crées il y eut un nom, ce nom est la part du sans-nom, le Tao, contenue en chaque chose créée. C'est pourquoi, lorsque l'on a réalisé la conscience de ce nom, en tout contenu, on voit l'Unité dans le multiple, tandis que lorsque l'on est dans la confusion de la dualité, on ne voit que ce qui sépare. » (Tao-Te-King, extrait de 1:1)

 

 

Acceptez d'être impuissant et de tendre la main pour recevoir. Si vous ne le faites pas vous ne recevrez pas le bien que L'Un vous offre. Ce n'est pas évident de tendre la main, ça demande de la lucidité, de l'humilité, de la sincérité et du lâcher-prise. L'Un fait tout pour nous si nous le laissons faire : c'est ça le non-agir ! C'est un sacré travail que de le laisser faire.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #spiritualité, #bonheur, #conscience, #humilité, #béatitude, #méditation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :