Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous pouvez faire tout ce que vous voulez, dans votre vie, dans les limites de la loi et du respect d'autrui, mais il existe une priorité absolue : faire ce pour quoi Dieu vous a crée. Mais même ça, vous êtes libre de le faire ou de ne pas le faire, c'est le libre-arbitre.

Satsang de sri hans Yoaganand ji à propos de la spiritualité, du but de la vie, de La Voie.
Vous n'êtes pas en vie pour rien et ce n'est pas pour créer une famille, acheter une maison et préparer votre retraite !

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Quand je vous dis que l'éveil donne la claire-vision, je ne suis pas sûr que pour avoir une vision claire il faille passer par la case du nirvikalpa-samadhi ! (La vision claire n'est pas la même chose que la claire-vision). Sans doute que pour ce qui est de l'infaillibilité du discernement entre le bien et le mal, il est nécessaire de s'être fondu, ne serait-ce qu'un « Instant » dans l'Unité de Dieu, dans Sa Lumière (Nirvikalpa-samadhi). Un simple entraînement de son bon sens peut suffire pour avoir du discernement. Mais pour avoir une vision claire des choses, des événements de son existence il est mieux d'avoir été initié

 

 

 

Comprendre oui, mais quoi ?

 

 

 

Il n'est pas exclu qu'en matière de spiritualité la seule chose à comprendre c'est qu'il n'y ait rien à comprendre, en tout cas pas comme on entend le mot « comprendre » bien souvent. Il est bien souvent nécessaire de comprendre plein de choses avant d'en arriver à cette conclusion. À un moment donné, dans sa vie, on se rend compte, on se rend à l'évidence que comprendre c'est se rendre à l'évidence, c'est « Prendre-avec ». Il en faut du temps pour comprendre cela. Avec le temps on vieillit, c'est ainsi que beaucoup de personnes sages sont bien souvent de vieilles personnes, justement celles que plus personne n'écoute et la sagesse, quand on est vieux, à quoi ça sert ?

 

 

À quoi ça sert d'être dans l'Observance de l'agya, la pratique de ses quatre piliers avec constance, dans le lâcher-prise, d'être sincère, de se remettre en cause, de travailler au détachement ? Tout ça, c'est un peu compliqué, un peu en vrac dans beaucoup d'esprits, mais après tout ce qui compte, c'est l'instant présent, non ? Tout ce qui n'est pas le présent n'existe pas, n'est pas vrai !

 

 

 

Être dans l'instant

 

 

 

« L'Un est depuis, et pour toujours, tout entier dans l'instant » (Bhaktimàrga 1-1-11) Est-ce que le fait de comprendre des choses vous permet d'être plus dans l'instant présent ? Est-ce que le fait de comprendre que seul l'instant-présent compte, qu'en lui se trouve la vérité aide à être dans l'instant-présent ? De quoi je parle ?

 

 

Mais comprendre, je veux dire avoir une vraie compréhension, ça ne se fait pas avec de la réflexion intellectuelle, en tout cas pour ce qui est de la spiritualité. Pour les mathématiques, la physique, la philosophie, le cerveau, l'intelligence, l'instruction servent, mais pour la compréhension qui est « Prendre-avec » toutes ces choses ne sont pas essentielles. Pour « Prendre-avec » il suffit de communier et pour communier de méditer, alors ? Est-ce que la compréhension viendrait avec la méditation ? Je crois que l'on tient une piste, là, non ? Qu'en pensez-vous ?

 

 

 

L’intelligence n'est pas inutile

 

 

 

Pour comprendre spirituellement vous n'avez pas besoin du mental, sauf pour la première phase de la méditation, Dhàranà. Mais pour poser des mots, faire des phrases à propos de ce que vous avez compris, votre intelligence, votre instruction, votre cerveau vous seront d'un grand secours. Vous voyez, je ne vous dis pas que le cerveau, le mental ne sert à rien, simplement je vous dis que, pour ce qui est de la spiritualité, ça se passe dans cet ordre-là : d'abord la méditation, ensuite l'intelligence. Si vous inversez vous n'arriverez qu'à de la confusion.

 

 

Il n'y a qu'à voir ce qu'il advient des religions, où chacun fait dire à sa religion ce qu'il a envie de lui faire dire. Ce n'est pas grave d'avoir des mots, des concepts. Ce n'est pas grave d'avoir de l'argent. Ce n'est pas grave d'aimer quelqu'un. Ce n'est pas grave de vouloir protéger la nature, les animaux. Ce n'est pas grave de militer pour une meilleure justice sociale, l'important, c'est de ne jamais oublier l'ordre des priorités et de faire ce qui est prioritaire avant ce qui ne l'est pas. Encore faut-il s'entendre sur ce qui est prioritaire !

 

 

Vous savez que je vous parle toujours d'un point de vue spirituel, pas d'un point de vue existentiel, mondain, social, sociétal. On peut faire ce que l'on veut, dans la vie, tant que ça ne contrevient ni à la loi ni à l'intégrité physique et morale d'autrui, mais n'oubliez pas la raison même de votre vie : pourquoi Dieu vous a fait venir sur Terre.

 

 

 

Pourquoi Dieu vous a créé

 

 

 

Dieu ne vous a pas fait venir pour lutter contre la pollution, le réchauffement climatique, l'injustice, la violence, l'iniquité, l’égoïsme même si ces causes sont de bonnes causes qui méritent que l'on se batte pour elles. La priorité absolue, c'est de se renseigner sur cette raison qui a poussé Dieu à vous faire venir ici, dans cette existence, ce corps. Qu'êtes-vous censé vivre ? Ensuite de le faire : de vivre ce pour quoi la vie vous a été donnée.

 

 

Ensuite vous pouvez faire ce qui vous chante, dans les limites dont j'ai déjà parlé. Pour nous, les pratiquants de La Voie, initiés, la priorité, c'est la conscience, être aussi conscient que possible. Pour faire ça nous avons l'Observance de l'agya, la pratique quotidienne de ses quatre piliers. Ceci dit tous les problèmes qui méritent qu'on travaille à les résoudre, comme l'injustice, la pollution, la violence faite aux êtres vivants, humains, animaux, plantes tous ces problèmes ont une seule et même source : une conscience mal placée.

 

 

Un disciple de La Voie ne fera pas quelque chose qui le sort de la conscience (conscience de quoi ? Du Saint-Nom !) et favorisera les activités compatibles avec la conscience, c'est-à-dire avec la pratique du Saint-Nom. Évidemment on n'a pas toujours le choix ! Souvent nos activités professionnelles ne favorisent pas le recentrage ! Si on n'a pas le choix, s'il s'agit de notre devoir, alors c'est différent, on doit subir et on aura une Grâce particulière, celle de l'assumation de ses devoirs. Mais dès que possible revenez au Saint-Nom (à la pratique de la technique).

 

 

 

Toujours conscient

 

 

 

Celui, celle qui veut être toujours conscient de Sa Grâce (celle de Dieu), qui a demandé et reçu la Révélation de La Voie, qui pratique ses quatre piliers, il y a une solution simple : toujours pratiquer la technique dite du Saint-Nom, tout au long de la journée, quoiqu'il ou qu'elle fasse.

 

 

C'est ça la pratique régulière, c'est sa raison d'être, son propos : permettre au disciple d'être dans le Saint-Nom tout le temps. La journée, ce sera en étant dans le service, à certains moments, ce sera par la méditation formelle et à d'autres par le satsang. Tout  au long de sa vie, il observera les recommandations des angas. Maintenant si la personne s'en moque bien, l'agya, ses quatre piliers ne lui seront d'aucun secours. Avant tout c'est une affaire de motivation. Si votre motivation, c'est d'avoir plus d'argent, plus de relations sexuelles, plus de pouvoir, plus de plaisirs, La Voie, sa pratique ne vous sera pas utile.

 

 

La Voie est pour tout le monde, mais tout le monde n'est pas motivé par la spiritualité. Beaucoup, en guise de spiritualité, pratiquent une religion, pour ceux-là, que feront-ils avec l'agya ? Avec les quatre piliers ? Ils ont déjà une vérité, qui était, souvent, celle de leurs parents et ils ne manquent pas de concepts : leurs livres sacrés en sont pleins ! Si vous avez reçu la Révélation. Si vous lisez ce satsang pour relancer votre motivation, pour être dans l'agya, alors continuez et priorisez le Saint-Nom, ce qui ne signifie en aucun cas de négliger le reste de ce qui fait votre existence. Assumer ses devoirs, vis-à-vis de ceux qui dépendent de nous, c'est aussi être dans l'agya.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #spiritualité, #conscience, #yoga, #vérité, #vivre, #lavoie

Partager cet article

Repost0