Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'existence est pleine de circonstances où le détachement, la résilience seront à la manœuvre pour nous permettre de vivre normalement. Par exemple, un enfant doit se douter qu'il perdra ses parents. Doit-il cesser de vivre heureux parce que ses parents ne sont plus ?

Satsang de sri hans Yoganand ji, propos de spiritualité au sujet de la souffrance et de la résilience.
Pourquoi souffrir d'avoir souffert ? C'est de la souffrance au carré !

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

Vous savez, quand il y a des attentats terroristes, comme à Paris au bataclan, où il y a eu tant de morts et de blessés, on interroge les habitants qui tous disent qu'ils vont continuer à vivre normalement. Ils ne laisseront pas aux terroristes la satisfaction d'avoir gagné, en les empêchant de vivre comme ils aiment vivre.

 

 

C'est ça la résilience, cette capacité à guérir, à dépasser ses blessures, ses traumatismes... évidemment, tout le monde n'est pas également résilient, certains guériront vite et bien, d'autres traîneront leur traumatisme des années durant, développant des troubles post-traumatiques, des agoraphobies, etc. Si je me traversais le pied avec un gros clou, une fois ma blessure cicatrisée, je ne continuerais pas à saigner ni ne boiterais toujours. Au bout d'un certain temps je marcherais normalement même avec cet incident toujours présent à ma mémoire.

 

 

 

Souffrir d'avoir souffert

 

 

 

C'est la même chose pour à peu près tout : on ne peut pas passer son temps à souffrir parce que l'on a souffert, la vie continue son cours et nous avec elle. La résilience est une forme de détachement et vous savez, si vous suivez mon enseignement depuis un moment, quelle importance je donne au détachement.

 

 

L'existence est tout emplie de circonstances inévitables où le détachement, la résilience seront à la manœuvre pour nous permettre de vivre normalement. Par exemple, un fils, une fille doit se douter qu'un jour, il ou elle perdra ses parents : c'est dans l'ordre des choses. Doit-on cesser de vivre heureux parce que nos parents ne sont plus ? Certains perdent un ou des enfants, ou d'autres gens, d'autres choses aussi : un emploi, une maison.

 

 

Il s'agit aussi de l'attachement à des souffrances dont on a l'impression que l'on a été construit avec et que nous nous écroulerions si elles cessaient, comme si elles étaient notre ossature interne. Certains croient que sans ces souffrances, ils ne seraient rien. Mais en fait, nous, que sommes-nous ? Qu'est-ce qui fait que nous sommes quelqu'un de bien ? Juste quelqu'un de bien, comme dit la chanson. « Celui qui ne se fie qu'aux apparences ne verra qu'illusion. Frustrations et souffrances seront sa récompense » (Bhaktimàrga 2-4-30)

 

 

 

Être quelqu'un de bien

 

 

 

Ce qui fait de nous quelqu'un de bien, c'est l'amour du Seigneur, la paix intérieure, la conscience profonde remise au bon endroit : derrière nos yeux. Qu'est-ce qui fait que nous sommes une personne plus ou moins valable ? Alors ça va dépendre des avis, de l'importance que l'on attache à certaines choses et moins à d'autres. Est-ce que l'on a voyagé ou non ? Est-ce que l'on a fait des études ou non ? Est-ce que l'on a une personnalité brillante ou non ? Est-ce que l'on est beau ? Avons-nous du talent, une notoriété, du pouvoir ?

 

 

 

Mais ces raisons ne sont pas des raisons profondes, fondamentales : elles dépendent des circonstances, mais qu'est-ce qui est le plus intéressant chez-nous ? Qu'est-ce qui est le plus beau  ? Le plus beau, c'est l'amour de Dieu, cet amour qu'Il nous donne ! Je sais que le mot Dieu en fait fuir certains, tant il est entaché de concepts religieux discutables et aux mauvais souvenirs parfois. Si ce mot vous déplaît, remplacez le par un autre, par exemple je vous propose L'Un.

 

 

 

Ce qui nous rend beau

 

 

 

L'Un nous dispense son amour, qui n'est pas un sentiment comme celui que nous, humains, portons à certains de nos semblables, de nos enfants... Cet amour de L'Un est Sa force, Son énergie en action, celle de notre vie et quand on en a conscience il se reflète sur nos visages, dans nos actes et c'est ça qui nous rend beau : la conscience que l'on a de Son amour. Ce qui fait de nous des gens beaux, c'est cette beauté qu'Il a mise en nous. Au lieu de cultiver les fausses raisons d'être beaux, d'être bien, liées à notre vanité et à celle de la société des hommes si nous cultivions la vraie beauté, la conscience de Son amour ?

 

 

Pour faire ça il suffit de ne pas occulter cette beauté intérieure ! Comment ne pas occulter cette beauté intérieure ? En s’effaçant et il est besoin, pour faire ça, d'un peu d'humilité. Quelles que soient les histoires que l'on a à raconter on n'est pas intéressant... pour les autres qui ne s’intéressent qu'à eux. On est intéressant par l'amour qu'Il nous donne et dont on est conscient. C'est cet amour qui va nous guérir, panser nos blessures. Il est comme du miel. La plupart de nos souffrances n'ont plus de causes vivantes : les causes qui les ont suscitées ont disparu et nous continuons d'en souffrir par les souvenirs que nous en avons. Ce sont des souffrances réelles basées sur des causes fantômes.

 

 

Les causes sont fantômes ce qui n'empêche pas la douleur d'être vraie. La seule chose qui peut nous guérir de ces douleurs aux causes fantômes, c'est la conscience de Son amour. Accepter la réalité, lâcher-prise et prendre conscience de Son amour, c'est vivre pleinement sa vie. C'est la dernière partie de la proposition qui est la plus problématique : comment prendre conscience de Son amour ? En sachant où et comment le trouver. Vous qui êtes des Marcheurs sur La Voie, qui avez reçu la Révélation vous le savez. L'Observance de l'agya, la pratique de ses quatre piliers permettent de vous attacher à ce qui vous libère.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #spiritualité, #bonheur, #conscience, #yoga, #détachement, #lavoie

Partager cet article

Repost0