Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le but de notre vie n'est pas d'être heureux, même si c'est bien d'être heureux, le but est de rester entier, la conscience au bon endroit, en ce centre de nous où est la vérité, sa Paix et de réussir, à terme, son retour au Royaume d'où nous venons.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de la spiritualité, de la liberté, de la vanité et de la béatitude.
Dieu nous a donné le libre-arbitre, à cause de ça nous devons sans cesse maîtriser notre vanité

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

J'ai souvent pris l'exemple du train, pour parler du voyage qu'est l'existence, ce segment compris entre la naissance et la désincarnation... Nous n'avons pas fabriqué ce train, ni l’électricité qui le fait avancer pas plus que les voies et nous n'avons pas non plus fabriqué les caténaires. Pourtant, le train à besoin de nous pour avancer : le système de freinage est, par défaut, activé, autrement dit le train freine constamment. Pour qu'il avance, il est besoin que le conducteur désactive le freinage sans cesse. S'il lâche sa commande, le train freine automatiquement. Ce dispositif est nommé « de l'homme mort ».

 

 

 

La conscience bien placée

 

 

 

Notre conscience est ainsi faite, durant l'incarnation : elle est au bon endroit si on agit pour ça. Quand on cesse d'agir pour ça elle se détache du bon endroit et va se disperser de nouveau dans le multiple. Notre existence n'est pas seulement ce qu'on en perçoit par nos sens tournés vers le dehors. Elle a une dimension spirituelle, profonde et subtile. Pour le percevoir, il est nécessaire de se tenir au bon endroit tout le temps. Le bon endroit, c'est ce centre de nous dont je vous entretiens souvent et la façon de faire ça, c'est de pratiquer la technique dite « Du-Saint-Nom ».

 

 

Il y a l'agya, son Observance ce qui consiste à pratiquer le service, le satsang et la méditation et à observer les angas. Ces trois pratiques et les angas, ont un seul et même but : faire que vous soyez centré, « dans-le-Saint-Nom », c'est-à-dire, a minima, dans la pratique de la technique. Cette technique de méditation « portable » peut se pratiquer avec les quatre piliers.

 

 

Être dans le service, c'est, entre autres choses, faire tout, en gardant une part de son attention sur la pratique du Saint-Nom (la technique) et/ou sur le feeling ressenti (le « sourire-intérieur »). Il ne faut pas oublier la technique du nectar. Durant le satsang il est adapté de pratiquer cette technique du Saint-Nom et dans la méditation formelle, une des quatre techniques pratiquée est cette même technique du Saint-Nom.

 

 

 

Heureux, malheureux

 

 

 

Tant que vous pratiquez vous êtes conscient, consciente de la spiritualité qu'il y a à vivre, de la Grâce, quand vous cessez de pratiquer, vous revenez à une conscience plus basique, animale. Ce « dispositif » par défaut est motivé par le libre-arbitre : Dieu a donné à l'être-humain le libre-arbitre. Il a, l'être-humain, toujours le choix entre ces deux niveaux de conscience.

 

 

Vous pouvez être heureux sans être conscient du Saint-Nom. Le but n'est pas d'être heureux. Vous n'êtes pas né pour être heureux, ni malheureux. Le but est de faire en sorte que votre conscience s'affine, qu'elle devienne « déocompatible ». La Libération ne se peut qu'à cette condition : que l'âme soit déocompatible. Tant qu'elle ne l'est pas, sa fusion dans le Tout ne se peut pas.

 

 

C'est mieux d'être heureux que malheureux et l'Observance de l'agya, la pratique de ses quatre piliers est plutôt une aide à ce propos, mais ce n'est pas le but, d'être heureux. L'amour n'est pas le but non plus... sinon celui que l'on porte au Seigneur. Dieu n'a pas besoin qu'on l'aime, c'est nous qui en avons besoin.

 

 

 

Un long fleuve tranquille

 

 

 

Mais il faut bien admettre ce principe de réalité que l'existence n'est pas toujours un long fleuve tranquille et qu'il arrive que vous soyez plus dans le souci que dans la paix-intérieure. Mais votre assiduité, votre constance dans l'Observance, dans la pratique ne doit pas dépendre de votre « état d'âme ».

 

 

Quand le train s'arrête vous avez encore l'impression d'avancer durant un moment, mais le train est bien arrêté. Rassurez-vous : s'il n'avance plus il ne recule pas et il suffit de recommencer à avancer pour que le voyage continue. Vous devez être aux manettes, vous devez pratiquer. Mais si à cause des aléas de l'existence, vous avez lâché la manette, qu'importe : vous pouvez l'actionner de nouveau dès que possible.

 

 

Parfois on est fainéant, on n'a pas envie, on veut juste bien manger, boire et regarder la télé avant de dormir... Rassurez-vous, personne, à part vous, ne vous jugera. Dieu ne juge pas, ni en bien ni en mal : il dispense sa Grâce comme la pluie son eau : c'est à vous d'aller sous cette pluie ou de vous en abriter. Si vous allez vous mettre à l'abri de la pluie, elle ne va pas se vexer pas plus qu'elle ne va vous juger négativement. Vous culpabiliserez bien un peu, sinon il vous suffit de recommencer pour que tout redémarre.

 

 

« L'Être-Suprême jamais ne punit ni ne récompense.

Tes actes portent en eux leurs fruits,

sauf en agissant dans le non-agir. »

Bhaktimàrga 1-4-8

 

 

Attention toutefois : ne pratiquez pas par habitude, remettez-vous en cause, impliquez-vous dans votre évolution. Le satsang est là pour vous y aider et l'enseignement du guide aussi, même si souvent il heurte votre vanité. On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs. Les choses profondes, vraies ne se passent pas sans qu'il se passe des choses en vous et il y a quelque chose, en vous, qui n'aime pas la vérité, qui n'aime pas se remettre en question.

 

 

Plus votre soif de vérité sera grande et moins votre vanité sera un frein à votre pratique, à votre évolution. Ensuite, si l'Observance, la pratique provoquent, en vous, un état de paix, de joie, de sécurité, bref un vrai bonheur, eh bien acceptez-le et profitez-en, même si ce n'est pas le but. Ces états de Grâce sont des encouragements pour l'Observance, pour la pratique, des récompenses.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #spiritualité, #bonheur, #conscience, #vérité, #vivre, #lavoie

Partager cet article

Repost0