Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est le mental qui médite, au début... Ensuite l'âme prend sa place dans Dhyàna. C'est pourquoi il est si important de faire le ménage de votre mental et si vous ne le faites pas avant, ce sera fait après.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la méditation, dhyana et samadhi
Laissez la méditation suivre sa progression, restez juste attentif à l'objet de votre méditation

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

En spiritualité, dans l'absolu, vous n'avez pas besoin de réfléchir. Vous n'avez pas besoin de mots, de phrases, de concepts, d'intelligence, de savoirs appris pour être dans la béatitude. Mais, êtes-vous dans l'absolu ? À la base, vous êtes fait à partir de l'absolu, mais à cet absolu s'est ajouté des éléments indispensables pour faire celui, celle que vous êtes : un corps physique, un mental, un ego marié à l'âme pour lui donner la conscience d'elle-même. Ce couple fait l'âme incarnée... le Témoin, votre essentiel.

 

 

 

Le premier étage

de la fusée-méditation

 

 

 

Dans l'absolu, il suffit à votre âme-incarnée, donc il vous suffit, puisque dans l'absolu, vous êtes votre âme-incarnée. Il vous suffit alors de vous tourner dans la bonne direction et de la bonne manière pour vous vautrer dans une paix profonde. Ici, il s'agit de l'idéal... Mais, la « catapulte » qui vous projette dans cet état de conscience, dans la béatitude, c’est le mental !

 

 

Au début de la méditation, sur la rampe qu'est dhàranà (sixième anga* de la voie de Patanjali) c'est le mental qui médite ! Il commence à s'effacer dans Dhyàna. La méditation est comme une fusée à plusieurs étages. Il faut ces étages pour s'arracher à l'attraction de la dualité, de l'illusion, des vrittis (variations du mental).

 

*Anga : mot sanskrit signifiant "membre", "partie", "subdivision".

 

 

Les premiers étages de la fusée méditation dépensent une grande énergie pour commencer à s'élever. Plus vous vous éloignez du sol et plus c'est facile. Dans le vide spatial l'élan donné au départ suffit à avancer. En méditation, ce vide spatial est la vacuité... Vide de vrittis, de pensées, de sentiments, mais pleine de paix.

 

 

« La fusion de la conscience, dans la béatitude parfaite,

Huitième niveau de la liberté, est atteint en sept étapes. »

 

Yogasûtra 2.28

 

 

« Ces étapes sont :

Le respect de ses devoirs vis-à-vis des autres et de soi-même,

L'autodiscipline, Avoir une posture stable

et confortable en méditation,

Garder son attention posée sur la respiration,

Rester concentré, ne pas bouger,

Placer ses sens en état de perception atténuée,

et pour finir le samadhi,

Entrer en contemplation et se fondre dans la béatitude.''

 

Yogasûtra 2.29

 

 

 

C'est le mental qui médite,

au début

 

 

 

Bien sûr que c'est le mental qui médite, au début... qui d'autre ? Qui décide d'aller méditer, qui s'y prépare, qui va s’asseoir sur son zafu (coussin de méditation), s'enveloppe dans son drap, ferme les yeux et commence à écouter le Saint-Nom ? Sinon le mental ?

 

 

C'est la partie du mental prévue à cet effet, celle qui n'est pas occupée à faire fonctionner l'organisme, à faire battre le cœur, à réguler la température du corps, à respirer, etc. Cette partie du mental, qui n'est pas occupée à la maintenance du corps, c'est elle qui médite... au début et c'est là où le bât blesse ! Suivant le passif intellectuel que vous avez, suivant ce que vous avez vécu avant de recevoir la Révélation, votre mental a des résidus et certains résidus sont plus ou moins gênants pour méditer.

 

 

Le mental selon son âge et son passé, est calotté comme une pipe ou une théière. Compte tenu de ça, la méditation sera plus ou moins facile au début, dans la phase de concentration, dhàranà. C'est à ça que sert la période de préparation à la Révélation, durant laquelle vous êtes aspirant, aspirante. Par les satsang lus, par les questions que vous me posez, et par les réponses que je vous donne votre mental se cure de ces résidus.

 

 

Meilleure aura été cette période, meilleur sera le début de l'Observance. Certains, mal intentionnés, parlent de lavage de cerveau... vous n'aimez pas le propre ? Rassurez-vous, ce ré-étalonnage du mental respecte votre libre-arbitre et votre personnalité !

 

 

 

La période

où vous êtes aspirant

 

 

 

Cette période, grâce aux échanges avec le guide, vous permet de faire du propre dans votre bureau en prévision du travail à venir. C'est absolument indispensable. Ceux qui disent qu'il n'est pas nécessaire d'avoir un guide, que l'on peut faire ce travail seul se trompent et présument de leurs capacités.

 

 

Jamais personne n'a fait ce travail seul. Même les plus grands des maîtres anciens, comme le bouddha Gautama, ont eu un maître et sont passés par cette phase de préparation à la Révélation. Certains lui donnaient d'autres noms. Jean (le baptiste) aurait dit que si lui baptisait d'eau (comme font les prêtres et les pasteurs aujourd'hui) celui qui viendrait après lui, celui-là serait plus puissant que lui et baptiserait dans l'Esprit-Saint et dans le feu.

 

 

Pour parler de moi, je dois dire que je suis arrivé à la Révélation, en 1975, avec un mental bien nettoyé ! Il faut dire que je connaissais l'état de béatitude depuis tout petit, à cause d'une histoire personnelle un peu particulière, de l'époque et des endroits où j'ai vécu enfant. Je me suis beaucoup ennuyé, je n'avais souvent rien à faire et je vivais dans des milieux très calmes, inspirants. Au bout d'un certain temps d'ennui, je me rendais compte que je méditais... que je connaissais la béatitude.

 

 

À l'époque je ne mettais pas ces mots sur mon expérience, mais il n'empêche que c'est ce qui se passait. Maintenant les enfants ne s'ennuient plus, en tout cas dans nos pays dits riches, quand leurs parents n'ont pas de problèmes d'argent. À chacun son histoire et certaines sont plus favorables que d'autres pour ce qui est de la spiritualité. Ce qui est bien, c’est d'arriver neutre à la Révélation, neutre et assoiffé. C'est ça la méditation : d'être tout simplement bien à ne rien faire (à part pratiquer les techniques !)

 

 

La Voie a quatre piliers et ce n'est pas pour rien : le service est ancré dans le quotidien et influe la méditation, comme la méditation influe sur votre quotidien. Le satsang classe les pièces du puzzle de votre compréhension. Les angas vous donnent un cadre.

 

 

 

Faire du rangement

 

 

 

Il est important de mettre votre esprit au clair, de ranger vos concepts. Je vous conseille de les jeter, c'est le nettoyage par le vide. Un concept est un petit driver pour faire fonctionner votre usine à compréhension. Pourtant, une fois la compréhension venue, à travers la pratique, l'Observance, vous pouvez vous débarrasser de ces petits drivers, de vos concepts. Ne les collectionnez pas. Il y a le cloud, pas besoin de disque dur.

 

 

Pour la première phase de la méditation, il est important d'avoir un mental rangé, clair, pour être capable de faire le tri entre un concept et une compréhension. Ensuite, plus profond dans la méditation, quand la vacuité a pris toute la place, ce n'est plus nécessaire : c'est un autre étage de la fusée qui prend le relais ; la conscience, et vous êtes dans Dhyàna.

 

 

Pour ce qui est du rangement de votre mental, d'avoir des concepts clairs, vrais et un lexique de mots cohérent avec ceux que j'utilise, c'est bien. Ainsi nous utilisons les mêmes mots pour dire les mêmes choses et votre mental pourra habiller sa compréhension avec des concepts valides et facilement exprimables par écrit ou oralement : « Choses bien comprises s’énoncent aisément » (Nicolas Boileau, "l'art poétique" 1674). C'est une des utilités du satsang, de mettre des mots, des phrases, des concepts justes sur la Réalisation spirituelle. Vous pouvez lire du satsang à volonté sur le blog « Compagnie des sages ». Ne vous en privez pas !

 

 

Ne vous inquiétez pas s'il vous arrive d'être confus, confuse sur votre réalisation, les choses viendront au fur et à mesure de l'Observance. Priorisez la pratique, il n'est pas nécessaire ni souhaitable d'y penser. Ensuite, à force de satsang, vous pourrez reconnaître, dans ce que vous vivez au fond de vous, des choses lues dans du satsang et, ainsi, vous aurez des mots pour habiller votre réalisation. « Le service est le couloir menant à la méditation, la porte en est le satsang. » (Bhaktimàrga 2-3-23)

 

 

 

 


 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #méditation, #aide à la pratique, #yogaoriginel, #yoga

Partager cet article

Repost0