Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur une voie spirituelle vraie, menant à la Conscience de la Béatitude, viser la perfection est un piège de la vanité qui, voyant votre soif d'humilité, s'est déguisée en moine pour vous mener sur de fausses pistes. Cherchez juste la paix.

 

 

L'astérisque* renvoie au dico

 

 

 

 

Il y a une histoire,

celle d'un homme qui se voulait saint et qui,

pour arriver à cette sainteté,

faisait tout son possible.

Il avait un maître auquel il se dévouait,

comme on le fait en Inde avec son guru*.

Il suivait une Sadhàna* très précise,

du lever au coucher, chantait des bhajan1,

des mantras,

méditait plusieurs heures par jour,

mangeait végétalien

et faisait du Service* pour l'ashram

en gardant, tout au long de la journée, sa volonté d'être centré.

 

 

Comme vous le voyez il ne ménageait pas ses efforts !

 

 

Un jour qu'il était avec son guru,

qu'il avait darshan2, son maître lui demanda comment il allait.

Ce dévot répondit :

 

''Je suis sur la route,

je fais mon maximum,

je te sers, je médite et me dirige

vers la sainteté et la perfection du siddha ".

(yogi ayant atteint l'éveil ou moksha)

 

 

Alors son guru lui dit :

 

 

''Tout ce que tu as fait, sur la voie,

depuis ton initiation n'a servi à rien

et tu dois recommencer de zéro !

Tu observe l'Agya depuis plus de dix ans

et te voilà arrivé à un cul-de-sac !

Tu recherches la perfection,

tu cherches à devenir un saint, un siddha ...

tu n'es pas sur la bonne route ''.

 

Le disciple sort de ce darshan

(présence physique du maître)

bouleversé, vexé et en colère.

Il quitte l'ashram et se répand,

sur les réseaux sociaux,

en critiques à propos de son guru,

le traitant d'imposteur, de manipulateur, de faux guru.

 

Ce qui a provoqué cette réaction radicale du disciple

n'est pas tant ce que le guru lui a dit que son attachement.

Il était encore attaché,

attaché à ses efforts,

à l'idée qu'il se faisait de lui dans la pratique.

Il était attaché à ses concepts

à propos du but de la voie où il allait.

Il était encore attaché à son ambition.

Avant son initiation il avait une ambition sociale,

après son initiation cette ambition est restée

mais elle s'est attachée à la spiritualité.

 

Ambitionner d'arriver à la perfection de son vivant

est une vanité...

le seul moyen d'arriver à la perfection

est de mourir,

de se désincarner parce que notre nature même,

notre nature humaine n'est pas parfaite.

Le but n'est pas la perfection.

 

La perfection ne peut être atteinte par nos mérites,

ce n'est pas comme un examen que l'on passerait pour avoir un diplôme !

L'état de siddha vient quand on est passé à travers un nirvikalpa-samadhi,

que notre Conscience s'est fondue dans la Lumière-intérieure

et que l'on est allé au delà de l'espace et du temps

et ça ;

le nirvikalpa-samadhi,

survient comme un accident,

une Grâce*.

 

 

Il n'y a pas d'autre recette, pour le rencontrer,

que l'Observance* de l'Agya*,

une juste posture-intérieure3 et de la constance.

 

 

La Lilà4 du Satguru5 a suffit à le faire tomber,

 

ce disciple qui visait la perfection !

 

 

En apparence ce disciple était sur le chemin de la perfection

mais la base de sa pratique,

la recherche de la perfection,

n'était pas la bonne.

La posture qui compte est la posture-intérieure.

Il n'y a pas de but à atteindre,

juste à rester dans l'instant présent

disponible à la Grâce par une Observance de l'Agya constante,

appliquée, enthousiaste et...détachée !

 

 

''Votre Observance doit, et c'est fondamental,

Être assidue et puis perdurer dans le temps.

L'enthousiasme permet de donner au mental,

La force de trouver ce qui lui manque tant.''

 

Maha Rahas 2.8

 

 

Vous n'atteindrez pas la perfection dans cette vie

mais vous pourrez en être les spectateurs privilégiés

si vous êtes au bon endroit.

Le bon endroit est le Saint-Nom*,

l'Observance,

la libre-soumission à l'instant.

 

L'état de siddha ne vient

qu'après être passé par un nirvikalpa-samadhi

mais il n'y a rien à faire d'autre que d'observer l'Agya,

pour atteindre ce samadhi particulier.

Il s'atteint dans la Méditation profonde...

mais il n'est pas le propos de la voie, son but.

Vous pouvez entrer en nirvikalpa-samadhi

une heure après avoir eu la Révélation*

des quatre techniques,

vous pouvez l'atteindre six mois après

ou dix ans après

ou la plupart du temps jamais.

 

 

Quel est le but

 

 

Le but n'est pas celui là...

si vous avez ce but, vous ne l'atteindrez jamais.

 

Le but est de vivre votre vie

comme votre Créateur a prévu que vous la viviez,

en pleine Conscience,

avec un cœur d'enfant dans la plus parfaite simplicité.

 

La vanité vous a volé votre vie,

retrouvez là en perdant votre vanité.

Non, pas en la perdant,

car on ne la perd jamais,

ce qu'il vous faut faire,

à propos de votre vanité,

c'est de ne plus la croire,

de ne plus l'écouter,

de ne plus agir selon sa volonté.

 

Le nirvikalpa-samadhi peut être atteint

par la soif de l'atteindre à condition que cette soif

vienne de l'âme

et qu'elle soit irrépressible.

Si elle vient du mental*,

des concepts,

de la vanité*,

alors c'est perdu d'avance.

 

 

Le Christ disait qu'il fallait

mourir au vieil homme pour renaître en esprit.

(Jean 3)

 

Renaître c'est redevenir un enfant.

C'est pour ça que le Christ a aussi dit que

si vous ne redeveniez pas comme des enfants

vous n'atteindrez jamais le Royaume.

(Matthieu 18).

 

Ce Royaume dont parlait Jésus,

qui était en même temps dehors et dedans,

(Thomas loggion 3)

 

c'est la Conscience de la Béatitude* (satçitananda).

 

 

''Le Saint-Nom ne peut se dire, l'écouter c'est entrer au Royaume''

[Bhaktimàrga 1-1-6]

 

 

Mourir pour renaître

 

 

Mourir à la vieille personne

c'est ne plus tenir à ce que l'on croyait savoir,

à ses avis, à ce que l'on croyait être sa personnalité,

c'est du passé faire table rase.

Mourir à la vieille personne

c'est le détachement et le détachement commence toujours

par le lâcher-prise.

 

Si vous ne lâchez pas prise

vous ne vous détacherez pas.

Mourir c'est lâcher prise.

 

Alors évidemment, il ne s'agit pas de se suicider

pour se rendre dans Sirius !

Je dis ça parce qu'il se peut que certaines personne

interprètent mes propos de cette façon.

La mort dont je parle ici est une mort dans l'esprit,

c'est une démarche spirituelle.

 

Vous ne devez pas tenir à l'idée que vous avez de vous.

Lâchez tout tout le temps.

Qui croyez-vous être ?

Qu'est-ce que vous croyez faire sur cette voie ?

Que croyez-vous que la voie est ?

Qu'est-ce que vous croyez qu'est votre pratique ?

Qu'est-ce que vous croyez être votre degré d'évolution ?

Tant que vous vous poserez des question

à propos de vous,

vous n'arriverez pas aussi loin que possible

dans la pleine Conscience de Sa Grâce dans votre vie,

parce que votre sujet de préoccupation premier

c'est l'idée que vous vous faites de vous

et pas la Béatitude.

 

Vous serez quand même un pratiquant heureux,

heureuse parce que vous observez l'Agya

et que vous prenez conscience

de la Grâce qu'il y a dans l'Observance

et que la vie est souvent belle

mais vous n'irez pas aussi profond qu'il est possible d'aller...

ce qui n'est pas si grave !

Ce n'est pas un concours.

 

 

L'enjeu est d'être identifié à la bonne personne.

Tant que vous ne serez pas identifié à la bonne personne

vous ne vivrez pas la vie comme vous pourriez la vivre,

comme il a été prévu que vous la viviez.

 

 

La bonne personne

 

 

La bonne personne est votre âme* :

vous êtes votre âme.

Ne dite pas : ''mon âme '',

dites ''je''.

Mais hélas il ne suffit pas de dire je pour s'identifier à son âme

car le plus souvent le je que vous dites est celui du mental*,

de ses concepts.

Le mental est un outils superbe

encore faut-il qu'il soit dirigé par la bonne personne

sinon...c'est le faux-ego*,

la vanité, la nescience6, la confusion qui le dirige.

 

Un des propos de l'Agya du yoga-originel

est de vous donner les outils nécessaires

pour devenir capable de discerner le vrai vous du faux...

les bonnes choses,

celles qui vous rapprochent du centre où réside la vraie paix,

et les mauvaises choses,

celles qui vous plongent dans la confusion,

l'aveuglement et la souffrance.

 

Ces outils sont les quatre techniques de Méditation

et les trois pieds de l'Agya,

dont l'enseignement du guide fait partie (Satsang*).

Si vous n'êtes pas encore initié,

vous pouvez demander à l'être.

Si vous avez déjà reçu la Révélation,

il vous reste à observer l'Agya quotidiennement.

 

 

1/Bhajan, chanson dévotionnelle.

2/Darshan, présence physique du Satguru.

3/Posture-intérieure, état d'esprit fait d'humilité, de simplicité, de constance, de détachement.

4/Lilà, jeu de Dieu et du Satguru. Pour Dieu, la Lilà est l'ensemble de la Création, pour le Satguru, la Lilà est le jeu qu'il joue avec ses disciples, souvent avec leur vanité...ce sont des sortes de taquineries qui éprouvent leur vanité.

5/Satguru, siddha enseignant la voie. Tous les guru ne sont pas des éveillés. Un guru éveillé, un siddha enseignant, est un Satguru ou guru-parfait. Ce titre est donné systématiquement, sans que le maître ait atteint l'éveil, dans certains groupes en inde, comme chez les radhosoamis ou les Sant-Mat.

6/Nescience, l'absence de la Connaissance. (Sruthi ou Veda)

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji."

 

 

D'autres Satsang dans cet esprit:

-Renaître à l'enfant intérieur

-Aller profond

-N'écoutez pas votre vanité

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable,

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur.

Tag(s) : #lavoie, #yogaoriginel, #satsang, #spiritualité, #conscience, #confusion, #simplicité, #vivre, #vanité, #âme

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :