Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour ceux qui s'intéressent à la Trimùrti, à la tradition hindouiste, ce satsang donne une explication à propos des trois dieux qui n'en forment qu'un, avec les mots de la voie. Les explications sont claires et convaincantes, à condition de le vouloir ! 

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, la trimurti , brahma, vishnou, shiva et la trinité.
Les trois grands Dieux des Indiens sont le symbole d'un ensemble de forces divines, comme la trinité

In english

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

C’est vrai que nous aimons être dans le Saint-Nom, être dans la paix, nous qui avons reçu la Révélation, qui observons l’agya, ses quatre piliers chaque jour. Il y a plusieurs choses contenues dans le mot Saint-Nom… il désigne la force de Dieu, la source de toutes vies, le feeling ressenti quand on sait comment s’y mettre, la technique de méditation permettant cela. Quand vous aimez le Saint-Nom, le feeling, vous aimez aussi la technique.

 

 

À chaque fois, c’est comme un diamant ! C’est fou parce que si le Saint-Nom nous manquait, s’il n’était pas là nous mourrions instantanément. La plupart des gens ignorent le Saint-Nom. Ils vivent grâce à Lui, mais ne s’en préoccupent pas. Ils se préoccupent de survivre, pour la majorité et pour les chanceux de nos pays occidentaux, pour les moins pauvres d’entre eux, ils se préoccupent quand même beaucoup d’assouvir leurs désirs ou de leurs états d’âme.

 

 

Créateur, protecteur, destructeur est le Saint-Nom. Il a été scindé en trois dieux distincts par les hindouistes (Trimùrti), Brahmâ, Vishnu et Shiva, à la fois créateur et destructeur. Mais vous savez, les Hindous font feu de tous bois ! Ils ont même mis Bouddha comme avatar de Vishnou ! Pourtant, Sri Gautama n’était pas hindouiste (ni bouddhiste d'ailleurs !).

 

 

Mais il s’agit du Saint-Nom, le Te du mot Tao-Te-king. Il a été symbolisé par ces trois dieux de la Trimùrti hindouiste. La mémoire humaine a oublié qu’il s’agissait de symboles allégoriques, à la mode des anciens. Les êtres-humains les ont pris au pied de la lettre et parmi eux des Occidentaux d’aujourd’hui ! La méditation sur le Saint-Nom (qui n’est pas un mantra) vous permet de profiter du joyau de chaque souffle. Elle vous permet d’être conscient de Sa Grâce, de Sa Guidance et ça transforme votre existence, comme quand, à vingt ans, on tombe amoureux et que cet amour est réciproque.

 

 

Pratiquer cette technique tout au long de la journée, (c'est le service, un des piliers de la pratique) vous rend conscient, ne serait-ce qu’un petit peu, du Saint-Nom, de Sa Grâce. En plus ça induit des effets positifs de toutes sortes, en vous et dans votre vécu. Le but de l’Observance n’est pas ces effets positifs, mais que faire ? Les refuser ? Ne pas les apprécier ? Évidemment que non ! Soyez heureux de cette simplicité qui vous vient, de cette confiance, de cette joie, de cette humilité.

 

 

Quand on s’est rendu compte du bien qu’il y a à se concentrer sur l’instant, on aime à pratiquer le Saint-Nom. Quand on oublie de le faire et que l’on s’en rend compte, on n’a qu’une hâte : se remettre à la pratiquer. Quand vous en êtes là vous êtes sur le bon chemin. Vous avez les cinq pauses Saint-Nom de la journée, qui vous aident. Ces pauses n’ont pas besoin d’être longues, quelques secondes peuvent suffire. Ces pauses sont comme les pierres d’un gué qui vous permettent de traverser à sec. Les journées se traversent en restant le plus possible en paix par ces cinq pauses. Vous pouvez continuer entre les pauses.

 

 

« Faire tout dans le Saint-Nom est service » (Bhaktimàrga 2-3-5) Arrivé au soir, vous pouvez lire un satsang juste avant de méditer et puis vous vous installez pour méditer et les « Préliminaires » auront duré toute la journée. Vous méditerez mieux ainsi. « Le service est le couloir menant à la méditation, la porte en est le satsang » (Bhaktimàrga 2-3-23)

 

 

« Comme on fait son lit on se couche »(extrait d'une chanson populaire de 1800*), et comme on passe sa journée on médite le soir venu. Avant de plonger, l’été, dans l’eau fraîche il est conseillé de vous mouiller la nuque, pour méditer, « mouillez-vous » la conscience tout au long de la journée par les pauses et les microfocalisations, par l’attention sur le Saint-Nom. Le service ne gêne pas la vie quotidienne, au contraire. Si vous avez du mal, ne culpabilisez pas, juste continuez d’essayer : c’est le propos de l’Observance et vous avez votre existence pour y arriver. Y arriver c’est la Réalisation. La Réalisation est le but.

 

 

* Dans de beaux lits quand bien des gens
Ne peuvent fermer la paupière,
Sur leurs grabats que d'indigents
Sommeillent la nuit tout entière :
Il est plus d'un homme à Paris
Qu'un pareil contraste effarouche :
Pour moi je n'en suis pas surpris ;
Comme on fait son lit on se couche.


Dumont, près de se marier,
Disait à sa jeune future :
« Pourquoi des plis à l'oreiller,
Des plumes sur la couverture ?
« Tenez, tout cela me déplaît,
« Et quand vous ornerez ma couche,
« Tâchez que le lit soit mieux fait ;
Comme on fait son lit on se couche. »


Paul hérita de bons aïeux,
Qui d'amasser avaient coutume ;
Tant que Paul fut sage comme eux
Comme eux il coucha sur la plume ;
Mais bientôt, le jeu l'entraînant,
Avec maint joueur il s'abouche :
Sur la paille il dort maintenant ;
Comme on fait son lit on se couche.


Las de sommeiller sur le foin,
Certain bas-Normand en cachette
Dérobe au tapissier du coin
Deux matelas, une couchette :
On l'arrête; il est entendu ;
Et l'affaire étant un peu louche,
On le condamne, il est pendu :
Comme on fait son lit on se couche.


Prompt à donner dans le panneau,
Ces jours derniers, le buveur Pierre,
En sortant de chez Ramponneau.
Tombe étendu sur une pierre :
Quoique le lit ne fût pas sain,
Pierre y dormit comme une souche,
Et s'écria le lendemain.
« Comme on fait son lit on se couche. »


Bravant la chance des combats,
Lorsque leur chef les accompagne ;
Voyez tous nos jeunes soldats
En chantant faire une campagne ;
Ils brûlent, en braves guerriers,
Jusqu'à leur dernière cartouche ;
Puis ils dorment sur des lauriers :
Comme on fait son lit on se couche.

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

 

Tag(s) : #satsang, #lavoie, #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #saintnom, #dieu

Partager cet article

Repost0