Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une mise au point destinée à ceux qui sont initiés au yoga-originel, qui peut aussi intéresser les chercheurs de Vérité où il est expliqué que la peur n'a pas sa place: tout est si simple, si naturel ! Vous avez la carte, la boussole et le navire, alors allez-y !

 

 

l'astérisque renvoie au dico

 

 

 

 

 

L'Agya*, qui est Service*, Satsang* et Méditation*,

pourrait se résumer à très peu de choses: restez conscient, réveillé

(ne pas confondre avec éveillé).

Je vois tant de comportements, au quotidien,

qui sont le fruit de ce manque de conscience,

les incivilités, la non prise en compte de l'autre.

 

 

Ces comportements, ces incivilités non coupables,

mais causés par le manque de conscience,

de prise en compte des autres, de l'environnement sont les signes évidents

de cet enfermement où vivent certaines personnes.

On les dirait dans un rêve dont ils seraient le centre

et que le monde, autour, serait inexistant.

 

 

Le but de l'Agya

 

 

Le but de l'Agya est d'être conscient

à travers les différentes pratiques qui le constituent,

le Service, le Satsang et la Méditation, d'être réveillé.

Attention vous savez, vous qui avez reçu la Révélation*,

que quand je dis ''être réveillé''

je ne parle pas de l'éveil*, qui est une autre chose.

Non, réveillé veut dire plus endormi, conscient de la réalité.

Dans la réalité on ne vit pas seul et,

dans les allées des hyper-marchés, sur les bords des trottoirs

ou sur les parking, sur les routes vous n'êtes pas seul,

d'autres gens partagent l'espace et il faut en tenir compte.

 

 

Faites au mieux, c'est le Service.

Le Service c'est non seulement de faire les choses,

en gardant une part de votre conscience

dans la pratique du Saint-Nom*,

ou dans le feeling du sourire-intérieur selon le cas,

c'est aussi de faire au mieux.

Le détachement* du non-agir*

n'est pas le rien-à- faire dans le rien-faire !

Le dharma* est de prendre en compte l'autre.

 

 

Dans le traité il est dit:

"La Paix vient pour celui qui se plie à ses devoirs"

[verset 1.14]

 

 

Et la prise en compte de l'autre fait partie de ces devoirs. Le traité dit aussi:

"La fusion de la Conscience dans la béatitude* parfaite,

huitième niveau de la liberté, est atteint en sept étapes".

[verset 2.28]

et ces étapes sont yama,

le respect de ses devoirs vis-à-vis des autres.

 

Le dharma, les yama font partie de l'Agya, de l'Observance*.

Il n'y a rien à jeter, rien à négliger: tout doit être respecté.

C'est ainsi que vous y arriverez.

Oui, ça demande de la rigueur, de la motivation

et personne ne peut vous donner une motivation,

une soif que vous n'auriez pas.

Il ne s'agit pas de concepts* mais de réalité.

 

Vous ne faites pas bien pour recueillir les remerciements,

la reconnaissance, l'assentiment de l'autre,

mais parce que c'est ainsi que vous devez le faire.

Ceci dit j'avoue qu'un merci de temps à autres ça fait plaisir !

 

On dit d'un ouvrier, d'un artisan

qui fait très bien son travail qu'il est consciencieux.

Il s'agit d'être en conscience, de quoi parle t-on ?

Il n'y a qu'une seule conscience et quel que soit le domaine où elle s'exerce

il s'agit toujours de la même conscience.

Le propos de l'Observance est de retrouver cette Conscience en soi

et de la fréquenter tellement

qu'on se rend compte que cette Conscience c'est soi !

 

 

Plus vous vous rendrez compte que votre Conscience c'est vous

plus tout ce que vous ferez sera plein de cette Conscience,

en sera les fruits. Vous deviendrez meilleur.

Ce n'est pas le but mais une conséquence en plus,

la cerise sur le gâteau.

 

 

Votre vie de Chela*, de premie* c'est l'Observance,

c'est à dire la vie en Conscience et vous savez,

cette vie n'est pas seulement utile aux autres,

à cause de la prise en compte que vous avez d'eux,

cette vie en Conscience est utile d'abord à vous:

être réveillé permet de voir les choses telles qu'elles sont et d'en profiter.

 

 

Le navire du Saint-Nom

 

 

Vous êtes sur le navire du Saint-Nom,

vous qui avez reçu la révélation, et ce navire a un cap.

Les quatre pauses Saint-Nom journalières,

quand c'est possible de les faire,

font parti des moyens de maintenir ce cap.

 

Ces pauses n'ont pas besoin de durer longtemps,

quelques dizaines de secondes suffisent et

au lieu de vous tourner vers la Mecque

vous vous retournez vers l'intérieur en prêtant plus attention au Saint-Nom,

à la technique que vous connaissez.

C'est la vraie prière du Christ.

Vous arrêtez tout, de vous inquiéter, de vous énerver,

de parler, de penser, d'agir, vous retirez vos ''chaussures''

et entrez dans le temple intérieur.

 

Vous portez votre temple en vous, il est toujours là, au même endroit

qui attend que vous vous tourniez vers lui.

Vous êtes libre de le faire ou de ne pas le faire.

Si vous le faites, profitez du calme que vous y trouverez,

si vous ne le faites pas, tant pis

mais ne vous étonnez pas que vous ne trouviez pas le calme,

la Paix qui vous fait défaut, à supposer qu'elle vous fasse défaut.

 

 

Vous ne serez ni jugé, ni puni de ne pas le faire

mis à part la punition que cette omission porte en elle même,

le manque de Conscience de Sa Grâce*.

Mais ne vous inquiétez pas, ce n'est pas trop tard pour le faire

quand vous le pourrez, quand vous penserez à le faire.

 

 

Le compas, qui vous permet de garder votre cap, c'est le Saint-Nom

à travers toutes les façons de le trouver

dans le Service, le Satsang et la Méditation

et si vous ne pouvez pas méditer, vous avez le Service.

Le Saint-Nom ne change pas si la façon de le chercher, de le trouver change.

L'important est de ne pas perdre le cap.

Vous pouvez louvoyer, l'important est de garder le bon cap,

le temps ne vous manque pas.

Votre âme ne se laisse pas arrêter par l'usure du corps.

Le but sera atteint et vous êtes en route vers lui depuis bien avant

celui, celle que vous êtes aujourd'hui.

 

Vous avez sans doute parcouru déjà les ''couloirs du temps'',

autrement dit les bardos où le temps se tord,

où vous croyez avoir passé deux jours alors que décédé en 1917

vous vous réincarnez en 2010.

Qu'importe la durée du voyage sur le Styx,

l'important est le moment où vous accostez.

 

 

Continuez votre voyage et n'ayez pas peur,

il a été organisé pour votre bien.

 

 

"L'incarnation est un départ et la mort un retour "

[Bhaktimàrga 1-3-16]

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

 

D'autres Satsang dans cet Esprit:

 

-Vous êtes arrivé

-La Vérité sur le Saint-Nom

-La Conscience et la mort

 

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable,

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur.

Tag(s) : #satsang, #but, #yogaoriginel, #agya, #lavoie

Partager cet article

Repost 0