Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce satsang dit que vous avez le choix toujours, quand vous êtes initié aux techniques de méditation de La Voie, d'être en Lui ou non. Le libre arbitre vous donne cette liberté. Mais on sait, d'expérience, comme il est mieux d'être en conscience que dans la confusion ! 

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la souffrance et la consolation de la lumière.
Même dans les pires moements de la vie, la consolation, la lumière existent en vous, croyez-moi

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

Le seul choix que nous avons est d'être avec ou sans Lui. Je n'ai pas beaucoup expérimenté la vie sans mais les rares fois où ça m'est arrivé ce n'était pas bien, je préfère avec Lui. Vous qui êtes initié et qui connaissez les quatre techniques, vous avez l'agya et c'est facile avec la pratique d'être dans la conscience de Lui. Encore faut-il le vouloir et avoir la bonne posture. Cette posture est intérieure, évidemment : il n'y a pas de postures comme dans certaines disciplines. Sans cette posture intérieure vous n'arriverez pas à vraiment profiter de la Grâce, de Sa guidance.

 

 

Ce n'est pas toujours évident d'avoir cette posture intérieure. Elle fait partie d'une dimension de subtilités et le monde qui est le plus facile à appréhender est moins subtil... il est plus phénoménal. Il y a une certaine propension à la facilité en nous, vous n'avez pas remarqué ? Le phénoménal, le grossier est plus facile. Souvent vous êtes en un ''endroit '' du champ de la conscience qui est très fin : c'est l'orée, le trait de frontière entre l'absence de conscience et la conscience de Lui. D'un côté, il y a la confusion, l'ignorance, les fluctuations de l'esprit et de l'autre ce que certains désignent par le mot vacuité, ce qui fait penser à beaucoup que cet « endroit » est vide. Oui, cet « endroit » est vide, vide de pensées, de sentiments, de souvenirs, de sensations, de concepts, de vanité, de ténèbres, mais il est plein de béatitude, de joie, de connaissance, de Grâce, de conscience, de lumière et de musique enfin.

 

 

La vie en conscience est tellement plus belle. C'est la certitude d'être entré dans le train et d'aller là où il a été prévu que vous alliez. C'est tellement mieux que de rester sur le quai à regarder passer les trains ! La différence est très petite, d'un côté, il y a le besoin de le faire, de l'autre non.

 

 

 

Tout dépend de vous

 

 

 

Tout dépend de vous. C'est de votre libre-arbitre de monter ou de ne pas monter dans le train. Mais ne vous imaginez pas que quand vous serez dans le train, celui qui mène à votre but, tout soit tout le temps parfait. Si quelque chose en vous le pense, cessez de l'écouter ! Il est impossible de n'avoir que le bon et le mauvais jamais et puis, qu'est-ce que le bon et le mauvais ? Qui en juge ? Quels sont ses critères ? Pour une personne de l'extérieur les plaisirs sont bons, pour quelqu'un de l'intérieur la douceur du Saint-Nom est bonne.

 

 

Alors que faire ? Continuer, avez-vous le choix ? Pratiquez, observez l'agya, pratiquez ses quatre piliers et suivez mon enseignement pour connaître ces moments magiques où la certitude vous prend et où vous avez le sourire-intérieur. Sinon vous n'aurez pas ces moments. Vous n'aurez que les autres moments, ceux où vous êtes dans la confusion sans moyen pour en sortir. Quand on est disciple ce n'est pas toujours parfait, mais de ne plus être disciple n'améliore rien. Il y a bien quelque chose qui se réjouit, mais sa réjouissance ne profite qu'à lui... vous savez de qui, de quoi je parle.

 

 

J'ai de l'expérience, sur cette voie et je peux vous dire que la vraie vie, c'est celle avec Lui... L'autre, celle sans lui est une existence, nous existons comme existent les fourmis, les amibes, les lapins, mais sans cette conscience de la béatitude et c'est ce qui fait toute la différence.

 

 

« Santosàd anuttamah sukha-làbhah.

La satisfaction est l'insurpassable accomplissement du bonheur ».

Yogasûtra livre deux, aphorisme 42

 

 

Parfois vous voyez la lumière intérieure, en méditant dessus et d'autres fois vous ne la voyez pas, comme quoi la technique ne suffit pas ! Mais ça ne signifie pas que la lumière n'est là que quand vous la voyez ! Elle est là tout le temps ! Elle ne dépend pas que vous la voyiez ou non. Quand vous la voyez, regardez la, regardez la fixement, sans bouger. Elle éclaire votre esprit, vous donne la compréhension et toute votre existence s'en ressent. Quand vous ne la voyez pas, pour telle ou telle raison, rassurez-vous, il n'y a pas qu'elle : la montagne a quatre pentes et le satsang éclaire au moins autant que la lumière.

 

 

Pour en revenir à la posture intérieure, rassurez-vous : elle vient avec la durée, la durée et la régularité de l'Observance. Cette posture intérieure, c'est elle qui fait toute la différence. Elle est composée d'humilité, de simplicité, de lâcher-prise, de détermination, de constance, de foi. On ne peut se forcer à l'humilité pas plus qu'à la simplicité... Ces vertus spirituelles viennent d'elles-mêmes quand vous êtes arrivé à un certain degré de conscience. Approfondir sa conscience demande du temps, c'est le but de votre vie, à travers les différentes incarnations que vous avez traversées. Ayez confiance.

 

 

 

Dieu est toujours là

 

 

 

La différence entre conscience et inconscience est très fine et pourtant les conséquences sont grandes. Même dans la peine la plus grande il y a le moyen de toucher au bonheur : il est à l'intérieur il suffit de se tourner vers lui, mais tout est là, se tourner vers lui ! Personne ne le fera pour vous. Observer l'agya c'est le moyen de vous tourner vers lui. Pour ça vous devez avoir reçu la Révélation et pour ça vous devez la demander. À qui ? À moi, demandez-moi. Je sais le faire et c'est mon dharma (devoir). Je n'en tire aucune gloire ni avantage, mais je dois le faire parce que je peux le faire, alors demandez-moi. Ensuite vous observerez l'agya, ses quatre piliers, le service, le satsang, la méditation, les angas, petit à petit, la bonne posture intérieure s'installera, avec la Réalisation.

 

 

« Celui qui observe la sadhana se place sous la Grâce,

S'il en sort qu'il s'y remette et s'y remette encore »

Bhaktimàrga 1-4-35

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #observance, #agya, #lavoie, #spiritualité, #méditation, #bonheur

Partager cet article

Repost0