Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est grâce à la dualité que nous pouvons être nous-même, avoir une conscience et le libre-arbitre. Votre âme, vient de la dualité. L'ego lui a été donné en mariage pour former l'âme-incarnée, autrement dit la conscience ou Témoin.

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Tout est partagé entre l’Unité et la dualité, le Un et le multiple, la lumière et les ténèbres. Au-delà de ce que vous pensez, que vous soyez d’accord ou pas avec ça, c’est vrai : il y a un « Antagonisme » (qui est le jeu de Dieu ou sa Lilà) fondamental entre la lumière et les ténèbres, le bien et le mal, la conscience et l’inconscience. C’est manichéen… Mani l’a dit, entre autres maître éveillé. Dans cette incarnation, dans ce monde phénoménal vous êtes dans cette dualité, vous en faites partie, et ce, jusqu’à la fin. Vous êtes dans la dualité, c’est le paradigme fondamental de la vie incarnée. Le yin et le yang, le jour et la nuit, le froid et le chaud, le bonheur et le malheur, le bien et le mal… ça ne peut être autrement. C’est de cette dualité que naît le mouvement, la Vie.

 

 

« Le bien existe et son contraire aussi,

il n'y a pas d'ombre sans soleil. »

Bhaktimàrga 1-4-30

 

 

« Le mal a tant de noms il est faux-ego,

ahamkara, inconscience, Malin et celui-qui-sépare. »

Bhaktimàrga 1-4-31

 

 

Ce monde de dualité est une Grâce, rendez-vous compte de cette Grâce ! Bien sûr que la dualité, les vents contraires, quand ils sont contraires à vos désirs, vous paraissent ne pas être une Grâce, mais qu’en savez-vous ? Il est de coutume de dire : « Les voies du Seigneur sont impénétrables », ce qui signifie que les plans de Dieu ne peuvent être compris. C’est grâce à cette dualité que nous pouvons être nous-même, avoir une conscience et le libre-arbitre. L’âme, votre âme, vient de la dualité. L’ego a été donné en mariage à l’essence de vie pour former l’âme-incarnée, autrement dit la conscience ou Témoin.

 

 

« L’âme est conscience dans la cohorte des êtres sur la voie du retour »

Bhaktimàrga 1-2-11

 

 

« L'âme vient de l'Être-Suprême,

la Grâce lui donne chair et la marie à l'ego

pour qu'elle prenne conscience

et puisse dire « je » en toute liberté. »

Bhaktimàrga 1-2-12

 

 

La dualité nous a donné et nous donne encore tous les grands et les petits plaisirs de la vie, le chant des oiseaux, un trait de lumière qui perce les nuages pour éclairer un arbre au milieu d’un champ, une soirée entre amis, autour d’un beau plateau de fromages et d’une, ou deux bouteilles de bon vin, le sourire d’un enfant, le parfum envoûtant d’un être aimant et aimé, etc. Pour un pratiquant de La Voie ce sont les mêmes plaisirs avec le bonheur, la clarté et la douceur du Saint-Nom en plus.

 

 

Il n’est pas question de nier la dualité, ce serait vain, il s’agit d’ajouter à la dualité une unité méditative pour être dans l’harmonie en conscience. L’illusion du monde disparaît quand la conscience s’éveille. Pour éveiller votre conscience vous avez les quatre piliers de l’agya et de les observer est le travail de toute une vie, votre vie, celle de maintenant. Pour vous tout est illusion parce que votre impermanence fait que vous êtes né et que vous mourrez à cette dimension un jour. Tout ce qui naît meurt et tout ce qui meurt est illusion. Ce n’est pas illusion, Màyà parce que ça n’existe pas, mais parce que ça existe pour peu de temps… en tout cas pour vous.

 

 

Vous êtes dans la Lilà de Dieu, son jeu qui est comme une danse cosmique et vous faite partie de cette danse comme cette poussière qui danse dans l’air aux mouvements du danseur. Quelle vanité de se croire important ! Quelle illusion ! Tout est vanité, tout est provisoire, alors ? Alors vivez votre vie et soyez heureux de la vivre autant que faire se peut en conscience par l’Observance. La conscience de Son amour est le sel de la vie. Vous n’êtes pas toujours conscient, vous passez de la conscience à la confusion selon que vous êtes ou non dans la pratique, tant pis. C’est ainsi ; parfois des nuages passent dans le ciel le plus bleu, ça n’empêche pas le ciel d’être bleu, juste ça le cache un instant, mais le nuage passe, il suffit d’attendre.

 

 

Être dans L’Unité est plus le propos de la méditation formelle, quand vous vous asseyez et que vous pratiquez les techniques qui vous ont été révélées. Des moines zen passent leur vie à tenter d’atteindre l’Unité, le « Satori ». Vous êtes sur La Voie, profitez et soyez heureux. L’Unité est aussi la simplicité. Simple est le contraire de multiple, non ? Alors la simplicité si chère au zen, est perçue par certains, à propos des discours de La Voie, comme du simplisme mais « Heureux les simples d’esprit ou pauvres d’esprit Car le Royaume est à eux » (Matthieu 5:3).

 

 

« L’homme est libre d’aller ou de ne pas aller au Royaume,

Cette liberté en est la clé de son humanité. »

Bhaktimàrga 1-2-16

 

 

Il y a une infinité d’avis à propos des choses, c’est le propre de la dualité et de la confusion. Chaque personne a ses avis et pour que ces avis s’accordent avec ceux d’une autre personne il faut presque un miracle. Le monde des arguments n’est pas celui de L’Unité. Vous ne convaincrez jamais personne avec des arguments, car chacun préfère ses arguments, même faux, à ceux des autres, même vrais. Alors ne cherchez pas à convaincre les autres et vivez La Grâce en vous, pour vous, simplement. Vivre et laisser vivre.

 

 

 

L’Unité est simple

 

 

 

Ceux qui aiment la complexité, les complications, les arguments n’aiment pas L’Unité, la paix… Ils désignent la simplicité et la paix par ce vocable : « Routine » et trouvent mortifère la routine et la paix. Ils veulent de l’aventure, du bruit, de l’animation. Il y a, en chaque être-humain, une partie qui aime la dualité, les complications et une autre partie qui aime la paix et la simplicité. Certains aimeront le calme de la campagne, d’autres l’animation des grandes métropoles. Certains aimeront être seul chez eux, assis devant un feu de bois, un chat ronronnant sur les genoux, d’autres préféreront être saouls dansant à Ibiza. C’est la liberté, le libre-arbitre que chacun a de faire de sa vie ce qu’il veut. Choisissez.

 

 

La porte de la béatitude est la vacuité… le vide. Ce vide est vide de pensée, de bruit, de complication. Cette vacuité fait peur à beaucoup, même à ceux, à celles qui aiment Dieu et désirent Sa Grâce. En méditation formelle il y en a qui reculent devant cette vacuité. Arrivés à Dhyàna (méditation profonde) ils reculent, par peur du vide. Une sorte de vertige les prend. Qu’ils continuent, ça passera un jour. Si vous aimez la paix, la simplicité, le Saint-Nom, Sa Grâce vous êtes sur la bonne voie, il suffit de continuer. Si vous estimez que vous n’avancez pas vite sur la voie de la conscience, ne vous inquiétez pas : vous avez toute l’éternité pour y arriver et comme il est dit dans le Yogasûtra, livre un, aphorisme 22 : « Mrdu-madhyàdhimàtratvàt tato'pi visesah. Même dans ce cas, l'intensité de l'Observance fait une différence. » (De vitesse de réalisation).

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #simplicité, #unité, #dualité, #yoga, #lavoie, #spiritualité

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :