Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des gens passent leur vie à manger : ils cherchent les bons aliments qui soient sains, qui respectent les animaux, qui soient justes pour les producteurs, solidaires et bons pour la santé. On dirait que le but de leur vie est de se nourrir ! Mais le but est autre, en vérité.

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

« Le corps est le temple de l'Être-Suprême,

le respecter est un devoir sacré. »

Bhaktimàrga 1-4-20

 

 

Dans un film, « Abyss », des hommes bloqués au fond de l’océan, dans un sous-marin, doivent en sortir et aller plus profond encore pour trouver leur salut. Pour ne pas être écrasés par la pression, il leur faut entrer dans une capsule pleine d’un liquide particulier et accepter de le respirer afin que leurs poumons en soient pleins… ainsi ils pourront respirer ce liquide, comme les poissons l’oxygène contenu dans l’eau, sans être écrasés par la pression. C’est simple : ils sont enfermés dans une capsule pleine de ce liquide et ils doivent ne plus retenir leur respiration et se laisser remplir entièrement. C’est ça le lâcher-prise ! Yaka.

 

 

Dans l’existence, c'est la même chose : il s’agit d’accepter de se laisser remplir par l’amour trouvé au centre de soi. Laisser tomber la peur de l’inconnu et accepter de se laisser remplir. Ce n’est pas une question de croire ou de ne pas croire, c’est plus que ça ; c’est instinctif. Qu’est-ce qui, en vous, peut bien avoir peur de se laisser remplir ? Qu’importe. C’est pour ça que vous n’arrivez pas à lâcher-prise facilement. Vous avez peur du vide. Mais il n’y a pas de vide ! C’est une fois que vous avez lâché que vous le savez, alors c’est facile, après ! C’est toujours plus facile après.

 

 

Vous êtes accroché à un mètre du sol et on vous dit de lâcher-prise et vous avez peur, vous restez tétanisé. On vous dit : « Lâche ! Il n’y a qu’un mètre » mais non, vous ne lâchez pas. C’est ça le lâcher-prise, cette nécessaire posture de la vie spirituelle sur La Voie. Vous n’avez rien, à perdre, vous avez tout à gagner mais vous ne lâchez pas.

 

 

 

Le règne du faux-ego

 

 

 

L’être humain a peur de lâcher ses certitudes, aussi difficiles et décevantes soient-elles, pour s’offrir à cet inconnu dont, au fond, son âme a gardé la mémoire. Il vit dans un mauvais paradigme. Sa conscience est bloquée au mauvais niveau et ça fait qu’il a peur de la paix, de l’amour, de la simplicité, du don de soi et du lâcher-prise. C’est le faux-ego qui règne sur son mental et comme l’être humain est identifié à son mental, comme il l’est à son corps, mais pas à son âme, il a peur de lâcher-prise.

 

 

Tout ce qui est mauvais pour lui l’attire, l’être humain et tout ce qui est bon pour lui le repousse. La drogue, l’alcool, le tabac, la graisse, le sucre, les plaisirs sans retenue, la cruauté l’attirent tandis que les légumes verts, l’eau, la méditation, la retenue, la sobriété, la simplicité, le lâcher-prise, l’humilité le repoussent. Il y en a qui parlent, dissertent, glosent à propos de l’alimentation, comment manger sain, comment les meilleurs médicaments sont les aliments… ils parlent du yin et du yang, de l’acide et de l’alcalin, des intrants, des additifs, du gluten, du lait, de la viande… enfin bref ! C’est une espèce de nébuleuse qui leur prend tout leur temps et toute leur vie et quand vous leur demandez pourquoi tout ça ils vous répondent : « Pour être en bonne santé ».

 

 

 

Le moyen n’est pas le but

 

 

 

C’est bien d’être en bonne santé, mais ce n’est pas le but de la vie ! Donc ils vivent pour être en bonne santé, pour mourir en bonne santé. En fait ils ont peur de la mort et ils essaient de la conjurer par ces efforts surhumains. C’est bien d’être en bonne santé, c’est dans l’agya… mais ce n’est pas le but. C’est un moyen d’accomplir son dharma mais pas le but. C’est mieux d’être bien pour méditer, pour être dans le service, pour pratiquer les quatre piliers et c’est la raison qui fait que je veille au bien-être de mon corps. Il est le temple de Dieu (comme le vôtre) et mon scaphandre de sortie extra-Royaume (la béatitude)… Mais mon but n’est pas d’être en bonne santé, il est d’accomplir le propos de mon existence et pour ça je dois être en aussi bonne santé que possible.

 

 

Vous avez une raison d’être… Au-delà de vos différents centres d’intérêt, il y a une raison à votre vie et cette raison est commune à chaque être vivant, à chaque être humain. Certains veulent être pilotes, d’autres paysans, d’autres encore nourrir leurs familles et les mettre à l’abri des bombes… toutes ces raisons sont bonnes, mais il est une raison d’être commune à tous, essentielle. L’important n’est pas toujours ce que vous faites mais qui le fait. Qui vous êtes quand vous le faites. L’important est d’avoir sa conscience « en face des trous ». C’est le propos de La Voie : de vous aider à avoir la conscience en face des trous, que lorsque vous faites quelque chose ce soit vraiment vous qui le faites, le vrai vous, le vous profond.

 

 

 

La conscience à la bonne place

 

 

 

Quand votre conscience est à la bonne place, à partir de là, c'est elle qui voit, qui entend, qui sent et qui fait les choses… vous faites les choses en toute conscience. Quand c’est la conscience qui est aux manettes ça se voit : on fait attention aux autres, on respecte la planète, les animaux, la biodiversité, ses devoirs, etc. Pour arriver à la conscience, la compréhension, le lâcher-prise, le détachement, c'est toujours la même chose, ça fonctionne pareil : tout se fait dans l’instant, étape après étape et si vous avez compris, si vous avez lâché prise vous pouvez toujours comprendre plus, lâcher plus, suivant votre évolution.

 

 

Il n’y a pas de fin et vous ne serez jamais définitivement arrivé, sauf au moment de vous désincarner, ce moment sonne la fin de la partie, en attendant la partie continue et il vous faut la jouer. Acceptez d’en être où vous en êtes et de faire au mieux avec ce que vous avez. Avant de poser le toit d’une maison, il faut avoir monté les murs et avant de monter les murs, vous devez creuser les fondations et faire les branchements. C’est ça aussi le lâcher-prise et l’humilité. Heureusement que vous y allez petit à petit, si vous y alliez d’un coup vous exploseriez ! Le chemin est plein de joie, ne soyez pas pressés d’arriver. Le pèlerin, arrivé au but, regrette le cheminement qui l’y a amené.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #santé, #but, #yogaoriginel, #lavoie, #spiritualité, #méditation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :