Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Voici un Satsang donné à l'improviste, hors des jours et des heures de Satsang parce que sourire-intérieur, la mère de l'ashram nandi-àlaya l'a demandé. Il a été enregistré et ''couché sur papier'' à votre attention:

 

Ce qui compte dans la pratique ce n'est pas tant les merveilles que tu y trouves. Bien sûr que c'est bien de voir la Lumière intérieure et il arrive que tu ne la vois pas. C'est bien de la voir plus proche, plus grande, plus forte...c'est bien d'entendre la Musique intérieure mais ce qui compte, pour accomplir la cause de ta venue, c'est avoir de la constance.

 

Les fruits de l'arbre viennent avec des soins constants. L'Observance doit devenir ta façon de vivre. Quand on voit ce que les croyants font dans la pratique de leurs religions, sans rien attendre d'autre que d'être récompensé après leurs morts ou dans une autre incarnation ! Certaines religions ont des pratiques très très compliquées. Qu'est-ce que ces pratiques apportent aux croyants ? A part la satisfaction d'être un bon croyant. Pourquoi vous, les Marcheurs, Chela et premie devriez-vous toujours réfléchir à votre Observance ?

 

Vous devriez pratiquer parce qu'un jour vous avez adhéré à cette voie. C'est la constance qui compte. Vous constatez, alors, que votre existence se fait plus saine, plus régulière, plus harmonieuse. Ensuite, au fur et à mesure que votre Conscience s'approfondit, vous prenez conscience de choses plus profondes ! Oui, je sais, ça ressemble à un truisme, mais ça n'en n'est pas un: c'est pour mettre l'accent sur ceci: on ne peut pas prendre conscience de choses profondes, fondamentales si notre état de Conscience est superficiel.

 

Le mieux, pour avoir de la constance dans l'Observance, c'est d'être simple, de ne pas se poser la question: ''est-ce que je le fais ? Est-ce que je ne le fais pas ? '' Un musulman pieux fait ses cinq prières chaque jour, sans se poser de questions. Il n'a pas d'état d'âme. Heureux les esprits simples ! Il ne s'agit pas d'être parfait, à l'impossible nul n'est tenu, non, il s'agit juste d'avoir de la constance et de revenir au Saint-Nom dès que l'on se rend compte qu'on n'y est plus attentif.

 

C'est vraiment ça la vie d'un Marcheur, d'une marcheuse: d'être dans la constance avec simplicité. Il s'écarte ? Il revient ! Il s'écarte encore ? Il revient encore ! Parfois tu as peur du vide apparent du Saint-Nom, de la vacuité de Satçitananda quand tu es profondément attentive à Lui, mais tu vois bien, avec l'habitude, que cette vacuité n'est pas vide ! Qu'au contraire elle est pleine, pleine de béatitude. Préfères-tu la béatitude à la confusion ? Alors fais-le ! Pratique !

 

Plus tu es éloignée du Saint-Nom et plus tu le vois vide, à contrario, plus tu t'en approches et plus tu te rends compte qu'il est infiniment plein. C'est comme l'image imprimée d'un ciel bleu, juste ça: du bleu, rien que du bleu. En s'approchant tu vois les petits points et t’aperçois qu'ils sont une multitude.

 

Il y a l'Amour, il y a la Paix, il y a la Conscience, il y a l'éveil, il y a l'harmonie, il y a la Grâce, il y a son regard sur toi, il y a une raison d'être...plus tu te rapproche du Saint-Nom et plus tu vois les détails. La vacuité est pleine de Lui.

 

Tu as l'Agya et le guide. Avec l'Observance de l'Agya tu as les moyens de le faire, il ne reste qu'à le faire. L'Agya ne change pas. C'est la météo qui change, le jour, le mois, tes activités, ton humeur, les gens rencontrés, c'est tout ça qui change et au milieu de cette mouvance il y a l'Agya, stable avec le Saint-Nom rassurant.

 

Avoir soif de Lui, être simple et avoir de la constance...ajoute l'humilité et le lâcher-prise et tu as le quinté gagnant. Tu accomplis ta raison d'être.

Tag(s) : #satsang, #constance, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :