Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tout ce qui existe a un seul et même axe. Les formes sont différentes mais l'axe est le même et s'il est difficile à dire, à expliquer, peut être trouvé, expérimenté, ressenti par les bonnes méthodes. Les trois pieds de l'Agya sont une méthode.

 

 

L'astérisque* renvoie au dico

 

 

 

 

 

 

"De toutes choses ici et ailleurs, visibles comme invisibles

L'Un est l'origine et la fin"

[Bhaktimàrga 1-1-9]

 

 

Il y a l'Un et son Royaume

 

 

Il y a L'Un* et son Royaume*. Son Royaume est l'Unité*.

Il y a L'Un et l'Unité, le Roi et son Royaume. L'Unité, le Royaume c'est l'éternité.

L'éternité n'est pas le temps qui se déroule à l'infini.

L'éternité ne bouge pas, c'est l'instant. Qu'importe ce qui, dans l'espace,

bouge, l'énergie qui circule, les galaxies qui s'expansent:

l'éternité est immobile. Elle n'est jamais née et ne cessera jamais.

Ce n'est pas un voyage sans fin.

Un voyage, même sans fin, a un point de départ, pas l'éternité.

 

 

D'ailleurs on parle du samsàra comme d'une roue

qui tourne et une roue a un axe,

l'axe du samsàra est l'instant.

Vous avez le même axe et vous tournez autours.

Il est le commun dénominateur de tout.

C'est ce qui unit, par son milieu toute la Création.

C'est cet axe d'où tout provient et où tout retourne,

comme un trou noir qui d'un côté absorbe tout ce qui l'entoure

et de l'autre côté le restitue dans une autre dimension.

Ici, ce trou, cet axe est de Lumière* et de Paix* parfaite.

 

 

L'axe universel

 

 

Cet axe, l'instant éternel, est le point de jonction entre L'Un, l'Unité et la Création*,

la dualité* où nous vivons et qui nous obnubile.

Chaque être vivant possède ce même axe, mais qu'importe ce même axe

chez les autres, celui qui, pour vous, compte est celui qui est au milieu de vous:

c'est là qu'il vous faut aller voir, vous reposer.

 

 

Si ensuite la conscience de ce point commun chez les autres

vous rend plus conscient de notre fraternité, alors pourquoi pas

mais qu'importe en Vérité*, même si un peu de solidarité et de bienveillance

ne sont pas inutiles dans les rouages de la société humaine.

Il n'est pas indispensable d'aller vers l'autre pour se rendre au milieu de soi.

L'autre n'est pas un itinéraire obligé vers L'Un, l'Unité, la béatitude*.

 

 

J'ai de l'avance

 

 

Vous savez pourquoi je sais tout ça ? Parce que je serais un éveillé ?

Parce que je suis le guide* ? Et que l'article premier de la voie dirait que

''le guide a toujours raison et qu'il sait tout '' ? Non, bien sûr !

Il n'y a aucun règlement, aucune constitution, aucun article.

Cela vient que j'ai pas mal d'avance sur vous ! Un étudiant en médecine

de septième année en saura toujours plus, en médecine,

qu'un étudiant en médecine de première année...

et un médecin avec dix ans d'expérience en saura plus qu'un jeune diplômé.

J'ai reçu la Révélation en 1975...ça fait un moment mais pas seulement:

j'ai de l'avance parce qu'aussi loin que remonte ma mémoire

j'ai toujours eu conscience de ce centre, en moi, de cet axe,

de cette vacuité* pleine de la Paix du Saint-Nom*

dont je vous entretiens et dont je vous ai enseigné la technique.

 

 

Mes souvenirs d'enfance remontent au berceau et à ma tendre enfance

où je n'avais rien d'autre à faire que de ne rien faire.

A l'époque il n'était pas rare que les petits enfants n'aient absolument rien à faire,

on ne cherchait pas à les stimuler sans cesse.

Quand je n'avais rien à faire je restais à ne rien faire

et il se mettait à monter, du plus profond,

ce feeling que je sais être celui du Saint-Nom

et je ne m'ennuyais plus.

 

 

Ce feeling est ce qui m'a suivi toute ma vie: il a toujours été le seul point fixe

de mon existence et je sais que vous avez le même point fixe en vous !

Vous ne l'avez pas moins, je ne l'ai pas plus, juste j'ai de l'avance sur vous.

 

 

C'est quoi avoir de l'avance ?

C'est reconnaître le Saint-Nom à coup sûr.

Souvent vous le ressentez

mais vous ne savez pas si c'est lui, vous avez un doute,

alors...difficile de se concentrer sur Lui.

Parfois le bruit du monde est si fort

qu'on ne l'entend plus, parfois la confusion est si prégnante

qu'on ne le ressent qu'à peine.

Il est comme une violette au milieu des ronces.

Mais quand on sait le reconnaître

on se concentre dessus et alors il grandit.

En fait c'est notre Conscience* qui s'approfondit et bientôt

il prend toute la place.

Pourtant il n'a pas augmenté de taille ni de volume,

le Saint-Nom. Il ne dépend pas de notre Conscience

mais notre ressenti de Lui si.

 

 

Laissez-vous inspirer

 

 

Quand vous êtes conscient du Saint-Nom vous voyez le monde tel qu'il est.

Vous êtes comme un appareil photo argentique: vous laissez la lumière du monde

pénétrer en vous, par l'objectif de vos yeux et vous vous laissez impressionner.

La pellicule est votre mental* ou Esprit, votre ''conscience-domestique''.

Alors résonne à cette même fréquence contemplative votre Conscience profonde.

C'est comme de l'air chaud qui gonfle un ballon et le fait s'envoler.

 

 

La lumière du dehors vous rappelle celle du dedans, le calme du dehors,

quand le dehors est calme, vous rappelle le calme du dedans

et c'est ça la vraie vie spirituelle, en toute Conscience.

C'est le propos de la voie de la liberté où nous sommes, de vivre pleinement

notre vie d'être humain. La vivre entièrement, ni plus ni moins.

Vous ne serez jamais autre chose, de votre vivant, que des êtres humains vivants.

L'être humain est comme il est, il ne transforme pas l'eau en vin

ni ne marche sur l'eau. Si l'être humain ne peut pas être plus qu'un être humain

il ne s'agit pas, non plus, qu'il soit moins.

 

 

Cette avance que j'ai me permet de dire que cette vacuité pleine de Paix

et de satisfaction, que nous avons tous en notre dedans,

est durable et permanente. Je n'ai, en mémoire,

que le recul du temps qu'a duré, jusqu'ici, cette existence que je vis aujourd'hui,

alors je ne peux pas dire que cette Paix intérieure est éternelle,

mais je peux dire, sans risque d’exagérer,

qu'elle dure le même temps que l'existence et qu'elle est toujours là.

 

 

Vous savez, ou vous ne savez pas, j'ai aussi eu des malheurs, dans ma vie,

comme tout le monde et durant ces malheurs j'ai un peu boudé le Saint-Nom,

comme pour le punir et la Conscience n'était pas souvent là

et pourtant le Saint-Nom y était. La preuve qu'il y était toujours ?

Je l'ai retrouvé, une fois ces malheurs acceptés.

A chaque fois je l'ai retrouvé inchangé, au même endroit,

cet endroit que je vous ai montré

au cours de la Révélation*

ou que je vous montrerai si vous me le demandez.

 

 

Le commun dénominateur

 

 

Je sais que ce n'est pas différent pour vous, nous sommes tous faits

sur le même modèle. Cet état de Conscience où l'on est,

quand on est dans le Saint-Nom, c'est le commun dénominateur

de tous les êtres vivants conscients. Il vous faudra un peu de temps,

sans doute, pour vous en apercevoir mais qu'importe le temps !

Seul l'instant compte et l'instant est là maintenant, alors qu'importent

ceux qui sont passés et ceux qui sont à venir:

contentez-vous de celui qui est présent maintenant, en cet instant.

Quand vous êtes dans l'instant, conscient du Saint-Nom,

alors vous êtes unis à tous ceux qui sont, au même instant,

conscients du même Saint-Nom.

Cet égrégore positif est une Grâce* en action.

 

 

Quand vous êtes dans l'instant, sans réfléchir, satisfait de ce grand vide

plein de douceur et de Paix, alors c'est la béatitude, déjà.

Pas toute la béatitude mais déjà la béatitude. La béatitude n'est pas uniquement

le samadhi*. La béatitude ce n'est pas sortir de son corps et flotter dans l'astral.

Si vous désirez du sensationnel, prenez des amphétamines.

Le transcendantal est loin d'être exclu, je vous l'assure,

mais il ne doit pas être un but, la raison de votre Méditation*.

Méditer avec ce désir est une mauvaise posture intérieure.

 

 

Mis à part les techniques, vous voulez savoir comment méditer,

quelle posture mentale prendre ?

Regardez un lézard sur un mur au soleil

et vous en apprendrez beaucoup.

Si vous faite comme lui, alors vous connaîtrez Dhyana*.

Il est bien, simplement.

Cette béatitude vous l'avez déjà,

il suffit de vous en rendre compte.

Cessez de vouloir pour être.

C'est ça aussi le lâcher-prise:

lâcher le vouloir pour l'être...

juste un moment, le temps d'une pause

et plus si affinités.

 

 

Vous n'allez nulle part

 

 

Vous n'êtes pas sur un chemin où vous allez quelque part.

Nous allons tous au même endroit, à la désincarnation

et nous ne sommes pas pressés, alors en attendant vivez,

n'allez nulle part, simplement vivez. Profitez-en.

Où voulez-vous aller ? Juste soyez. Pour être uni il suffit simplement

de ne pas être dispersé. Moins vous êtes dispersé et plus vous êtes uni.

Le but est d'être uni, le truc c'est de ne pas vous disperser, de se dé-disperser.

Si vous avez reçu la Révélation, que vous êtes donc Marcheur*, Chela* ou premie*

vous savez comment faire ça, c'est le Service*, les pauses Saint-Nom

et la Méditation du soir et/ou du matin et/ou de l'après-midi,

bref de la Méditation formelle !

 

 

Il est plus facile d'être uni quand on ne court pas...il est plus facile d'être uni

quand on ne marche pas...il est plus facile d'être uni quand on ne parle pas...

il est plus facile d'être uni quand on ne regarde pas les images du dehors...

il est plus facile d'être uni quand on n'écoute pas les bruits du dehors...

il est plus facile d'être uni quand on ne bouge pas...

il est plus facile d'être uni quand on ne réfléchis pas...bref: quand on médite !

Même si on peut être uni en faisant toutes ces choses,

c'est le principe du Service, on va plus profond dans la Méditation.

 

 

C'est fou cette propension à vouloir être le maître d’œuvre de vos actes !

Si ce n'est pas de la vanité, je me demande ce que c'est.

Avez-vous une si haute opinion de vos capacités que vous désiriez ainsi

être le maître d’œuvre de votre vie ? Quel aveuglement !

Voulez-vous réaliser la Vérité* ? Mais la Vérité est trop grande,

vous ne pouvez rien en faire, juste en profiter.

Que voulez-vous que le lézard fasse du soleil ? Le poisson de l'océan ?

Soyez humble et simple. Je sais qu'il est difficile d'être simple

quand on est compliqué ! Mais essayez, au moins,

et essayez encore.

 

 

Vous n'allez pas réaliser le soleil !

C'est impossible de réaliser le soleil !

Il est trop gros, trop chaud et trop loin...

vous pouvez en profiter, en jouir.

Faite ça, simplement ça:

jouir du vide intérieur et de la Paix dont il est plein.

 

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

Autres Satsang sur ce thème:

-La boussole de l'âme

-Ma base référentielle intérieure

-La référence intérieure

 

Avec un smartphone, ou certaines tablettes, le blog est moins confortable

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #saintnom, #conscience, #yogaoriginel, #référence, #lavoie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :