Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il ne faut pas écouter « celui-qui-sépare » (le faux-ego), qui pourrait, quand il a réussi avec la complicité des événements, à vous mettre dans la confusion, vous susurrer : « Tu as passé tant de temps en dehors du Saint-Nom, alors ? est-ce la peine d'y revenir ? On ne joue pas avec le Saint-Nom, il mérite mieux qu'on le prenne et le rejette comme un jouet... tu n'es pas digne de Lui ». Il ne faut pas écouter ce type de discours.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, les pensées, les émotions, la vanité.
Êtes-vous l'auteur de vos pensées et émotions ? Oui ? En êtes-vous sûr ?

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Que l’homme âgé interroge un enfant sur la Vie et il vivra. » (Bhaktimàrga 2-7-8). Bien sûr que dans l'existence et même dans la pratique de La Voie il se passe des choses. Ces choses se terminent, d'autres commencent et les jours passent ainsi, l'un après l'autre, puis les semaines, les mois et les années, enfin et ça jusqu'au bout. Nous avons, nous les êtres humains, partagé l'année en un certain nombre de mois et les mois en semaines, les semaines en jours et les jours en heures puis en minutes et en secondes... Et tout ça crée chez-nous cette espèce d'égrégore mental que nous nommons le temps. C'est sûr que pour nous le temps représente quelque chose ; une durée, mais en fait il n'existe pas.

 

 

Je le sais parce que j'ai vécu, dans le Saint-Nom et dans la Lumière-intérieure, des choses qui sont comme dans les films de science-fiction : on entre dans une toute petite cabane en bois, une cabane de jardin et à l'intérieur, c'est immense, comme un palais ! Eh bien le temps, c'est la même chose, quand on le voit de l'extérieur, il paraît durer des heures et des heures et quand on entre à l'intérieur, il ne dure qu'un bref instant.

 

 

 

Ni le temps ni l'espace n'existent

 

 

 

Dans la dimension de dhyàna (méditation profonde), ni le temps ni l'espace n'existent. Vous pouvez passer des heures, voir des jours hors de la conscience du Saint-Nom et quand vous la retrouvez, c'est comme si vous ne l'aviez jamais quitté ! Le Saint-Nom est là, toujours égal à lui-même, il ne dépend pas du temps ni de notre comportement. Le Saint-Nom est hors du temps. Enfant, quand je le ressentais, il était comme aujourd'hui, exactement le même ! C'est pour ça que je suis enfant dans la conscience du Saint-Nom. Je retrouve, par effet miroir, des états-d'âme que j'avais enfant, ce même goût, ce même parfum du Saint-Nom. Il est ma « madeleine de Proust ».

 

 

C'est pour ça qu'il ne faut pas écouter « celui-qui-sépare » (le faux-ego), qui pourrait, quand il a réussi avec la complicité des événements, à vous mettre dans la confusion, vous susurrer : « Tu as passé tant de temps en dehors du Saint-Nom, alors ? Est-ce la peine d'y revenir ? On ne joue pas avec le Saint-Nom, il mérite mieux qu'on le prenne et le rejette comme un jouet... tu n'es pas digne de Lui ». Il ne faut pas écouter ce type de discours. De toute façon, il ne faut pas prêter attention aux paroles du faux-ego même dites avec la voix de vos pensées.

 

 

Cette voix est un leurre, comme les différentes personnalités que vous affichez en fonction de l'endroit, du moment et du « public » ! Vous êtes bien plus profond que ça, bien plus fondamental. Il vous faut retrouver cette identité profonde qui est vous vraiment. C'est là que vous êtes le plus beau, la plus belle. Le Saint-Nom est toujours là, il vous faut simplement y revenir. En vérité le temps n'existe pas. Vous pouvez rester des années sans vous connecter. Quand vous vous reconnectez, c’est comme si vous n'aviez jamais cessé, sauf que vous avez été, durant tout ce temps, dans la confusion et sans conscience de cette paix, c’est ça qui est dommage. Ce n'est pas utile de culpabiliser, c'est fait et culpabiliser ne changera rien. Dieu ne juge pas, il n'est pas un juge. Il est cette force consciente qui donne la vie et la maintient toujours, cette force qui est en vous comme en toutes choses.

 

 

 

L'énergie de la vie

 

 

 

La vie, c'est de l'énergie, toutes les vies sont énergie, l'énergie première. Il n'y a qu'elle et elle est faite de nombreuses fréquences. Certaines font les infrarouges, d'autres les ultraviolets, d'autres encore les rayons gamma, les infrasons, les ultrasons, les couleurs, le gaz, la pierre, la pensée, la lumière, etc. Il n'y a que cette énergie sous d'innombrables formes que vous pouvez percevoir sans instrument, d'autres que vous ne percevez qu'avec des instruments et d'autres, les plus nombreuses, que vous ne percevez ni ne devinez. La méditation profonde est une manière de percevoir cette énergie d'une façon particulière et privilégiée. Vous avez cette énergie en vous. Parfois vous en  êtes un peu conscient. D'autres fois un peu plus conscient, mais il vous est impossible, dans cette vie, dans ce corps et avec ces sens, d'avoir conscience de la totalité de cette énergie... quand ça vous arrive vous entrez en Nirvikalpa-samadhi (extase).

 

 

 

Faites-le ou ne le faites pas,

c'est pour vous

 

 

 

L'existence est belle malgré ses imperfections... l'imperfection de l'existence est aussi celle de votre conscience. Quand vous êtes imparfaitement conscient de la vie, vous voyez la vie imparfaite. C'est comme dans la méditation sur la lumière-intérieure, quand vous la voyez, les yeux fermés et qu'elle varie de taille. Des fois elle est scintillante, en nuées. D'autres fois elle est brillante comme une tache jaune, blanche, puis d'autres fois elle grandit, devient comme une tranche d'ananas, puis elle grandit encore et rapetisse, ce n'est pas la lumière qui varie ; c'est votre conscience d'elle, qui s'approche puis s'éloigne, qui varie d'intensité.

 

 

Vous avez souvent un peu conscience de cette force de vie qui est en vous, le Saint-Nom. Quand vous en avez un peu conscience, par l'Observance des quatre piliers de l'agya, vous ressentez déjà tant de paix ! C'est le but de La Voie : ressentir cette paix, avoir conscience d'elle le plus souvent, le plus fort et le plus longtemps possible. Inutile de culpabiliser, de se fouetter, de demander pardon, juste retrouvez la conscience du Saint-Nom chaque fois que vous le pouvez, que vous le voulez. C'est pour vous, ça ne concerne que vous. Une seconde de conscience efface dix ans d'inconscience. Quand la lumière vient, que les ténèbres soient là depuis une heure, une journée, un mois ou des années ne change rien, quand la lumière vient les ténèbres disparaissent ! Alors ça vous appartient ! Faites-le ou ne le faites pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #spiritualité, #méditation, #béatitude, #fauxego, #vanité, #diable

Partager cet article

Repost0